Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

ARCHIVÉ - Agence de la santé publique du Canada - Rapport

Avertissement Cette page a été archivée.

Information archivée dans le Web

Information archivée dans le Web à  des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n’a aucunement été modifiée ni mise à  jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s’appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à  la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette information dans tout autre format de rechange à  la page « Contactez-nous ».

Message de la ministre

L'honorable Leona Aglukkaq, C.P., dpute - Ministre de la Sant

titre de ministre de la Sant du Canada, j'ai le plaisir de prsenter le Rapport ministriel sur le rendement de l'Agence de la sant publique du Canada (ASPC) pour l'exercice 2010-2011. Le travail de l'Agence dmontre la volont ferme du gouvernement du Canada de protger et d'amliorer la sant et la scurit de tous les Canadiens.

Le rapport met en lumire les progrs accomplis dans le cadre d'importantes initiatives de sant publique contribuant la prvention des maladies et des blessures et favorisant la sant et le mieux-tre. Par exemple, l'Agence a ouvert la voie une stratgie visant inciter les jeunes et les intervenants participer aux discussions et la prise de mesures relativement au poids sant, en commenant par Notre sant, notre avenir , une approche innovatrice de mobilisation par Internet. Entreprise au nom du Conseil du Rseau de sant publique et en collaboration avec les gouvernements provinciaux et territoriaux, l'approche de mobilisation constituait le fondement du travail continu de 2011-2012 pour lutter contre les consquences de l'obsit, court et plus long terme, sur la sant des enfants et des jeunes Canadiens. Cette approche appuie et respecte la Dclaration sur la prvention et la promotion , et Freiner l'obsit : Cadre d'action fdral, provincial et territorial pour la promotion du poids sant , adopts par les ministres fdral, provinciaux et territoriaux de la Sant, ou de la Promotion de la sant/des modes de vie sains, et approuvs par les ministres responsables du Sport, de l'Activit physique et des Loisirs. Au cours du dernier exercice, l'ASPC a poursuivi ses efforts de collaboration concernant la sant mentale, le diabte, les maladies du cœur et la sclrose en plaques (SP). Une contribution de deux millions de dollars l'Institut canadien d'information sur la sant pour l'laboration du Systme canadien de surveillance de la SP en vue d'assurer une meilleure comprhension des caractristiques de la SP et de l'utilisation des traitements dans l'ensemble du Canada en est un exemple notable.

Dans le cadre de sa rponse aux leons tires de la pandmie de grippe H1N1, l'Agence a continu prendre des mesures concrtes afin de mieux se prparer et d'intervenir en cas d'urgence de sant publique. Un nouveau contrat long terme d'approvisionnement en vaccin antipandmique, attribu en mars 2011, fournit aux gouvernements provinciaux et territoriaux une gamme plus large de vaccins. De plus, un contrat d'approvisionnement en vaccin antipandmique a t mis en place comme source de secours tre utilise dans l'ventualit o l'approvisionnement principal serait perturb. Ces contrats garantissent un approvisionnement sr en vaccins pour les Canadiens en cas de pandmie de grippe.

Au nom du gouvernement du Canada, l'ASPC assure la coordination de l'Initiative canadienne de vaccin contre le VIH, finance par le gouvernement du Canada et la Fondation Bill et Melinda Gates. La collaboration renouvele runit des chercheurs de premier plan des secteurs public et priv ainsi que la communaut internationale dans le but de mettre au point un vaccin contre le VIH. Pour s'attaquer aux taux levs de tuberculose dans le Nord du Canada, l'ASPC a appuy le projet Taima tuberculose, un projet pilote qui vise amliorer les activits prventives existantes et inspirer les efforts futurs dans le Nord pour diagnostiquer et traiter les infections tuberculeuses latentes.

L'Agence tient le systme de la Rserve nationale de secours qui a appuy la rponse du gouvernement au tremblement de terre du Japon ainsi que plusieurs demandes d'approvisionnement d'urgence et de produits pharmaceutiques des provinces. L'Agence a galement rempli son rle en matire de sant publique pendant les sommets du G8 et du G20 en Ontario en dployant des quipes d'intervention d'urgence microbiologique et des laboratoires mobiles pour aider au maintien de la biosret et de la bioscurit sur place.

Grce ce large ventail d'activits importantes et son travail en troite collaboration avec les provinces, les territoires, les professionnels en sant publique et les scientifiques, l'ASPC demeure un chef de file mondial dans la prvention des maladies et des blessures, prvoyant les menaces la sant et la scurit et y rpondant et contribuant l'amlioration des connaissances et des comptences des praticiens de la sant publique au Canada.

L'honorable Leona Aglukkaq, C.P., dpute
Ministre de la Sant


Message de l'administrateur en chef de la sant publique

David Butler-Jones, M.D. - Administrateur en chef de la sant publique

Le Rapport sur le rendement ci-joint prsente l'ensemble du travail entrepris par l'Agence de la sant publique du Canada (ASPC) pour appuyer la sant des Canadiens. Nos employs, travaillant en collaboration, appliquent leur expertise dans le but de rduire les ingalits en sant, de dfinir et de prvenir la maladie et les blessures, et de renforcer les capacits des praticiens de la sant publique au Canada.

Nos ralisations tmoignent du leadership de l'ASPC dans sa collaboration avec les provinces, les territoires, les praticiens de la sant publique et les organismes de la sant publique internationaux. Ces partenariats suscitent de rels progrs en sant publique. Par exemple, le Protocole d'intervention lors de toxi-infections d'origine alimentaire (PRITIOA) 2010 du Canada tablit les principes directeurs cls et les procdures pour la dtermination d'une closion d'intoxication alimentaire, touchant plus d'une province ou d'un territoire, et l'intervention qui suivra. Il runit l'ASPC, les provinces et les territoires, ainsi que Sant Canada et l'Agence canadienne d'inspection des aliments. Le PRITIOA permet une intervention efficace, en temps opportun et coordonne en cas d'une closion de maladie alimentaire dans l'ensemble du Canada, quel que soit l'endroit o elle se produit.

La collaboration est aussi essentielle la promotion de la sant, du mieux-tre et de la qualit de vie des Canadiens. L'ASPC a fourni du financement en vue d'appuyer l'laboration et le lancement des nouvelles lignes directrices en matire d'activit physique de la Socit canadienne pour la physiologie de l'exercice en janvier 2011 et s'est associe aux Instituts de recherche en sant du Canada et financ des synthses de connaissances favorisant l'laboration future de lignes directrices en matire d'activit physique. Pour assurer la scurit des enfants et des jeunes pendant leurs activits, l'Agence a mis sur pied l'initiative Actif et scuritaire pour traiter des blessures lies aux sports et aux loisirs. En partenariat avec l'Organisation mondiale de la Sant, l'ASPC a jou un rle de premier plan dans la cration de collectivits plus accueillantes et plus saines pour les ans par le truchement de l'Initiative des collectivits-amies des ans touchant 400 collectivits dans sept provinces du Canada.

Les donnes probantes et la science sont le fondement du processus de prise de dcision, des politiques et des programmes de l'Agence. Le travail scientifique ralis dans nos laboratoires de calibre mondial vient l'appui de la prvention des closions de grande ampleur et de la rponse celles-ci, qu'elles prennent naissance ici, au Canada, ou dans d'autres pays. Nos scientifiques continuent faire des recherches de pointe pour dfinir et lutter contre les bactries et les virus nouveaux et mergents. Au Laboratoire de lutte contre les zoonoses d'origine alimentaire, les scientifiques ont labor une mthodologie pour faire la distinction entre diffrentes souches de bactries et dterminer plus rapidement la source des maladies d'origine alimentaire. Les scientifiques du Laboratoire national de microbiologie ont effectu le squenage complet du gnome des souches de cholra de l'closion qui a eu lieu en 2010 en Hati pour aider dterminer son origine. Pour respecter la Loi sur les agents pathognes humains et les toxines , l'Agence a nou un dialogue avec les chercheurs et les employs de laboratoire qui manipulent, entreposent ou utilisent les pathognes humains et les toxines pour aider renforcer la capacit ncessaire pour se conformer aux nouvelles exigences visant manipuler ces produits potentiellement dangereux de manire sre et scuritaire.

Le renforcement de la capacit en sant publique demeure une priorit importante pour l'Agence. L'an dernier, une formation a t offerte plus de 3 000 praticiens de sant publique au sein de l'ASPC et l'extrieur dans le cadre du programme Comptences en ligne. Un cours pilote d'pidmiologie en ligne, destin aux apprenants autochtones et du Nord a permis d'offrir une formation efficace et adapte la culture tout en permettant de surmonter les obstacles que constitue la distance gographique. Ce cours pilote a renforc la capacit des praticiens de sant publique autochtones et du Nord qui travaillent dans leurs collectivits. Au sein mme de l'Agence, nous avons continu crer un milieu de travail sain, dynamique et productif, anims par les efforts de renouvellement de la fonction publique et notre engagement permanent l'gard de nos valeurs de respect pour la dmocratie, l'intgrit, la grance et l'excellence.

Le prsent rapport dmontre l'engagement continu de l'ASPC amliorer la sant des Canadiens, en partenariat avec les provinces, les territoires ainsi que les intervenants et les organismes de sant publique. Je suis ravi de faire partie de cet effort collectif en sant publique au Canada.

David Butler-Jones, M.D.
Administrateur en chef de la sant publique


Section I - Survol de l'organisation

Raison d'tre

La sant publique a trait aux efforts organiss que dploie la socit pour maintenir les personnes en sant et pour prvenir les blessures, les maladies et les dcs prmaturs. Elle comprend des programmes, des services et des politiques qui protgent et favorisent la sant de tous les Canadiens. Au Canada, les trois ordres de gouvernement, le secteur priv, les organisations non gouvernementales, les professionnels de la sant et le public se partagent la responsabilit de la sant publique.

LImage indiquant un lien 'Agence de la sant publique du Canada ( l'Agence ou l'ASPC ) a t cre en septembre 2004, l'intrieur du Image indiquant un lien portefeuille de la Sant du gouvernement fdral, afin de remplir l'engagement du gouvernement du Canada d'accorder une plus grande importance la sant publique en vue de contribuer la protection et l'amlioration de la sant et de la scurit de tous les Canadiens et de contribuer au renforcement du systme de sant.

Responsabilits

Les responsabilits suivantes incombent l'Agence :

  • contribuer la prvention des maladies et des blessures et la promotion de la sant;
  • amliorer le nombre et la qualit des donnes de surveillance et largir les connaissances relatives aux maladies et aux blessures au Canada;
  • agir pour que le gouvernement fdral exerce un leadership et rende compte de sa gestion lors de situations d'urgence en sant publique;
  • tre une plaque tournante favorisant la fois la diffusion du savoir-faire canadien dans le reste du monde et l'application, aux programmes de sant publique du Canada, des rsultats de travaux internationaux de recherche et dveloppement;
  • renforcer la collaboration intergouvernementale dans le domaine de la sant publique et faciliter l'adoption d'approches nationales en matire d'laboration de plans et de politiques en sant publique.

Rsultat stratgique et architecture des activits de programme (AAP)

Soucieuse de remplir efficacement son mandat, l'Agence mise sur l'architecture des activits de programme illustre ci-dessous pour atteindre un rsultat stratgique, soit la promotion de la sant, des disparits rduites en matire de sant ainsi que la prvention et l'attnuation des maladies et des blessures.

Rsultat stratgique : Un Canada capable de promouvoir la sant, de rduire les disparits en matire de sant et de prvenir et d'attnuer les maladies et les blessures

Cliquez pour agrandir

[version textuelle]

Priorits organisationnelles

chelle de cotation de l'tat du rendement
tat du rendement Dfinition
Dpass Plus de 100 p. 100 du niveau de rendement attendu par rapport la priorit prcise dans le Rapport sur les plans et les priorits (RPP) a t atteint au cours de l'exercice.
Entirement atteint 100 p. 100 du niveau de rendement attendu par rapport la priorit prcise dans le RPP a t atteint au cours de l'exercice.
Atteint en grande partie De 80 99 p. 100 du niveau de rendement attendu par rapport la priorit prcise dans le RPP a t atteint au cours de l'exercice.
Passablement atteint De 60 79 p. 100 du niveau de rendement attendu par rapport la priorit prcise dans le RPP a t atteint au cours de l'exercice.
Non atteint Moins de 60 p. 100 du niveau de rendement attendu par rapport la priorit prcise dans le RPP a t atteint au cours de l'exercice.

Priorit organisationnelle tat
I. Gestion des risques pour la sant publique des Canadiens Type : Permanente
Activits de programme : 1.1, 1.2, 1.3, 1.5, 1.6
Le renforcement de la capacit de l'Agence de pressentir et contrer les risques pour la sant publique, tant rels que possibles, contribuera prvenir et attnuer les maladies.
a) Intgration du savoir-faire et des renseignements tirs de l'exercice de la gestion des interventions du gouvernement fdral pour lutter contre la pandmie de grippe A (H1N1).

Entirement atteint

L'Agence a fait des dmarches afin de suivre les recommandations contenues dans le rapport intitul Image indiquant un lien Leons retenir : Rponse de l'Agence de la sant publique du Canada et de Sant Canada la pandmie de grippe H1N1 de 2009 et dans le Image indiquant un lien Rapport du Snat sur la Rponse du Canada la pandmie de grippe H1N1 de 2009 , surtout en matire de leadership et de coordination. Conformment son plan d'action de la direction, l'Agence a pass de nouveaux contrats d'approvisionnement en vaccins afin d'assurer un accs rapide un vaccin antipandmique produit au Canada.

b) Amlioration de l'tat de prparation afin de ragir aux maladies infectieuses mergentes et aux autres phnomnes touchant la sant publique (y compris l'tablissement et la mise en œuvre d'un plan relatif aux rassemblements de masse).

Entirement atteint

L'Agence a amlior l'tat de prparation en entreprenant un examen du Plan canadien de lutte contre la pandmie d'influenza et de la Rserve nationale de secours, y compris l'amlioration de la capacit du Centre des oprations d'urgence, qui est en fonction en tout tempss, soit 24 heures sur 24, 7 jours par semaine.

En ce qui concerne les rassemblements de masse, l'Agence a contribu la gestion efficace des risques pour la sant publique lors des sommets des G8 et G20. Comme prvu, elle a dploy son quipe d'intervention d'urgence microbiologique en vue d'aider maintenir la scurit biologique l'occasion de ces vnements. L'Agence a galement particip l'laboration de procdures opratoires normalises et d'exercices pralables aux sommets qui ont facilit l'change de renseignements avec les partenaires en sant publique.

c) Renforcement des stratgies de surveillance.

Entirement atteint

L'Agence a renforc un grand nombre de systmes de surveillance visant des maladies et des populations pour tous les types de maladies, en plus de renforcer la capacit l'aide de scnarios visant valuer les problmes complexes de sant publique.


Priorit organisationnelle tat
II. Promotion de la sant des Canadiens vulnrables Type : Permanente
Activits de programme : 1.2, 1.3, 1.4, 1.5
L'amlioration de la sant des Canadiens dfavoriss et vulnrables par le biais de politiques et d'interventions plus stratgiques et mieux cibles aidera rduire les disparits en matire de sant.
a) Renforcement des initiatives permettant d'amliorer l'tat de sant et le bien-tre des enfants et des jeunes.

Entirement atteint

L'Agence a fait la dmonstration du besoin permanent d'interventions prcoces afin de faire progresser la sant et le bien-tre des enfants et des adolescents, et laborer des mthodes visant rejoindre cette population sur le Web. Par exemple, cette anne le Fonds national d'aide aux projets stratgiques sur l'ensemble des troubles causs par l'alcoolisation fœtale a financ des projets qui contribuent enrichir la base de donnes sur la prvalence et les rpercussions de ces troubles au Canada.

b) Mobilisation des autres secteurs et des autres ministres afin de mettre au point des politiques publiques judicieuses et des investissements connexes et d'agir sur ces lments.

Entirement atteint

Les Canadiens de tous les ges et de tous les milieux profitent du recours des stratgies sur les modes de vie sains. En misant sur la lance tablie, l'Agence a :

  • accru le rendement des praticiens en sant publique nordiques et autochtones travaillant dans leurs collectivits;
  • fait participer d'autres secteurs et ministres un dialogue sur l'obsit, afin qu'ils contribuent l'laboration d'une politique publique favorisant la sant;
  • appuy l'laboration de lignes directrices rvises en matire d'activit physique.
c) Soutien de la conception, de la mise en œuvre et de l'valuation de politiques et d'interventions novatrices. Cette mesure comprend l'change systmatique des connaissances en vue de procurer de plus grands avantages pour les Canadiens.

Entirement atteint

L'Agence a augment le nombre d'activits de surveillance, ce qui a permis d'largir les connaissances sur les maladies chroniques et infectieuses et de mieux les comprendre, de mme que d'acqurir les connaissances manquantes dans des domaines tels les affections neurologiques et la rsistance aux antimicrobiens, procurant ainsi de plus grands avantages pour les Canadiens.

Parmi les politiques et interventions novatrices appuyes par l'Agence se trouvent l'Initiative des collectivits-amies des ans et Outiller les Canadiens - la sant mentale pour la vie .

d) Enrichissement du corpus de donnes probantes en vue d'laborer des politiques et des interventions.

Entirement atteint

L'Agence a appuy la conception, la mise en œuvre et l'valuation de politiques et d'interventions novatrices, en particulier pour la sant mentale et la rduction des disparits en matire de sant.



Priorit organisationnelle tat
III. Capacit en sant publique Type : Permanente
Activits de programme : 1.2, 1.3, 1.5, 1.6
Le renforcement des capacits pancanadiennes et des capacits de l'Agence se traduira par un systme de sant publique plus robuste, ce qui contribuera promouvoir la sant, rduire les disparits en matire de sant et prvenir et attnuer les maladies et les blessures.
a) Renforcement des services et des capacits d'intervention sur le terrain en matire de sant publique.

Entirement atteint

L'Agence procde l'oprationnalisation de l'accord fdral, provincial et territorial sur l'assistance mutuelle, y compris des mcanismes en vue de coordonner et d'appuyer l'change de professionnels de la sant entre les administrations advenant une demande d'aide. Le renforcement supplmentaire des services et des capacits d'intervention sur le terrain en matire de sant publique a t rendu possible grce aux mesures suivantes :

  • le lancement et exploitation de l'Institut de formation visant les services extrieurs;
  • l'augmentation de l'inscription aux modules d'apprentissage Comptences en ligne ;
  • la mise en œuvre du pilote EPI-1 sur la sant publique chez les Autochtones, conu pour atteindre efficacement des apprenants disperss sur le plan gographique.
b) Renforcement de
l'approche de
rglementation en matire
de sant publique (p. ex.
mise au point de
rglements l'appui de la
Loi sur les agents
pathognes humains et les
toxines ).

Entirement atteint

L'Agence a renforc l'approche de rglementation en sant publique en largissant les services de mise en quarantaine, en se conformant au Rglement sanitaire international et en s'engageant dans une troite collaboration avec les intervenants, ce qui constitue la premire tape de l'laboration du cadre de rglementation pour la mise en œuvre de la Loi sur les agents pathognes humains et les toxines . Les premiers succs comprennent l'inscription d'environ 1 000 organismes qui manipulent des pathognes humains et des toxines.

c) Amlioration des initiatives touchant la salubrit des aliments, notamment en ce qui touche la listriose.

Entirement atteint

L'Agence a amlior des initiatives touchant la salubrit des aliments en appliquant, en collaboration avec Sant Canada et l'Agence canadienne d'inspection des aliments, les recommandations tires de son document Image indiquant un lien closion de listriose en 2008 : Rapport des leons tires, de mme que du Image indiquant un lien Rapport de l'enquteure indpendante sur l'closion de listriose de 2008 qui comprend l'laboration du cadre pour la Rserve de sant publique en vue de se prparer aux formations et aux exercices.



Priorit organisationnelle tat
IV. Amlioration de la diffusion des connaissances et du recours aux pratiques exemplaires en matire de sant publique Type : Permanente
Activits de programme : 1.2, 1.3, 1.4, 1.5, 1.6
Le recours amlior aux pratiques efficaces en matire de sant publique, fond sur la constitution d'une solide assise de connaissances, contribuera promouvoir la sant, rduire les disparits en matire de sant et prvenir et attnuer les maladies et les blessures.
a) Mise au point d'une stratgie en vue d'amliorer la diffusion des produits du savoir par l'intermdiaire du site Web de l'Agence.

Passablement atteint

L'Agence a amlior la diffusion des produits du savoir par l'intermdiaire de son site Web en mettant au point des outils d'interrogation et d'analyse contenant les donnes accessibles au public, qui permettent aux utilisateurs de personnaliser les tableaux et les diagrammes selon leurs besoins ainsi qu'en se servant du Image indiquant un lien Portail canadien des pratiques exemplaires en vue de produire et de diffuser des connaissances fondes sur des preuves l'chelle locale, provinciale, territoriale, nationale et internationale.

Les travaux se poursuivent pour laborer une plus vaste stratgie visant accrotre la diffusion de produits de connaissances sur le site Web de l'Agence.

b) Renforcement des mcanismes permettant de traduire les donnes probantes en lignes directrices et en outils fonds sur la pratique, par le truchement du Image indiquant un lien Groupe d'tude canadien sur les soins de sant prventifs et avec le concours d'autres organismes qui s'attardent traduire les donnes probantes en mesures concrtes.

Entirement atteint

L'Agence continue d'appuyer le Image indiquant un lien Groupe d'tude canadien sur les soins de sant prventifs qui dirige l'laboration de recommandations sur la pratique clinique pour les soins primaires et prventifs. Le Groupe d'tude a termin une synthse ainsi qu'un rapport d'examen sur l'ensemble des donnes probantes en plus d'avoir prpar des lignes directrices et rdig des articles de journaux auxiliaires sur le dpistage du cancer du sein. De plus, de nouveaux groupes de travail sur le diabte, la dpression, le cancer du col de l'utrus, l'obsit chez les enfants et les adultes et l'hypertension, qui sont mens par le Groupe d'tude, ont t crs pour faire participer les intervenants la rvision et l'laboration des lignes directrices et des outils d'application des connaissances qui y sont associs.



Priorit organisationnelle tat
V. Recherche de l'excellence en
affaires
Type : Engagement antrieur
Activit de programme : 2.1
Le renforcement de l'infrastructure de gestion et d'administration permettra l'Agence de mieux servir l'intrt et les besoins des Canadiens en matire de sant publique.
a) Prestation d'un soutien stratgique et d'un soutien sur le plan des politiques afin d'atteindre les buts oprationnels de l'Agence et de respecter les priorits ministrielles, en portant une attention particulire la prise de dcisions scientifiques.

Atteint en grande partie

L'Agence prpare actuellement un plan stratgique en matire de science et de recherche en vue d'harmoniser les activits scientifiques et de recherche avec ses buts oprationnels et les priorits ministrielles. Ce plan permettra de veiller ce que l'Agence, en plus de maintenir le niveau d'excellence dans la tenue de ses activits scientifiques, effectue celles qui conviennent afin d'offrir un soutien stratgique et un soutien sur le plan des politiques.

b) Mise au point d'outils en vue d'tablir une infrastructure de gestion stable et tourne vers l'avenir (Par example plan d'investissement).

Passablement atteint

L'Agence a stabilis son architecture des activits de programme et continue de rviser et d'amliorer le cadre de mesure du rendement qui y est associ.

L'Agence a rdig son premier plan d'investissement, notamment une liste des investissements des fins de consultation interne, d'tablissement des priorits et de validation. Ce plan devrait tre achev en 2011-2012.

L'Agence a galement labor une politique sur la gestion des risques et son premier profil de risque de l'organisation cernant les principaux risques, facteurs de risque, mthodes de matrise du risque et stratgies de gestion du risque. Elle poursuivra ses plans en vue de concevoir des outils de gestion des risques et de communiquer tous ses employs les exigences en matire de gestion du risque que contient la norme de gestion intgre du risque.


Priorit organisationnelle tat
VI. Gestion axe sur les
personnes
Type : Nouvelle
Activit de programme : 2.1
En agissant sur le dveloppement d'une culture axe sur les personnes en milieu de travail qui valorise l'excellence de la main-d'œuvre, le leadership et l'engagement des employs, l'Agence contribue satisfaire les besoins relatifs aux programmes, ce qui favorise l'atteinte du rsultat stratgique.
a) Conduite d'un examen portant sur la prestation des services et sur la gestion stratgique des ressources humaines, l'appui des priorits et du mandat de l'Agence, ainsi que mise en œuvre de mesures sur l'horizon de planification triennal.

Passablement atteint

En 2009-2010, l'Agence a ralis un examen portant sur la prestation des services et la gestion stratgique des ressources humaines (RH). Depuis, un modle de prestation des services en RH a t labor et se trouve l'tape de la mise en œuvre. Le plan de travail pour l'ensemble de politiques sur les RH intgres et rvises est en cours de prparation, et les tableaux de bord des RH devraient tre termins en 2011-2012.

b) tablissement d'un cadre de gestion des ressources humaines (RH) sur l'horizon de planification triennal, l'appui du renouvellement de la fonction publique et de l'exercice de la fonction de l'administrateur en chef de la sant publique.

Entirement atteint

L'Agence a labor un cadre de gestion des personnes (anciennement le cadre de gestion des ressources humaines) et a fait de bons progrs la premire anne de ce plan triennal, y compris ce qui suit :

  • le lancement de consultations sur la gestion des comptences et d'outils de planification du roulement de personnel aux postes-cls;
  • la prparation de la migration vers PeopleSoft qui remplacera le systme d'information sur les RH, qui est dsuet;
  • l'tablissement d'un cadre de contrle de la dotation;
  • l'laboration de priorits en matire de renouvellement du personnel et de recrutement.
c) Adoption d'une approche globale du bien-tre en milieu de travail, par l'entremise d'une srie d'initiatives visant stimuler l'engagement, la motivation et le mieux-tre des employs.

Entirement atteint

L'Agence a labor et mis en œuvre son plan d'action pour le bien-tre en milieu de travail et en a surveill les progrs. Voici les principales activits incluses :

  • la prparation et prestation d'une prsentation l'intention de la haute direction au sujet des domaines prioritaires cls et des activits connexes;
  • la prestation d'une formation plus de 215 employs au Canada propos de la lutte contre le harclement et du respect en milieu de travail;
  • le lancement d'un wiki sur le bien-tre en milieu de travail, qui a reu plus de 2 700 visites.

Analyse du risque

L'Agence de la sant publique du Canada doit relever toute une varit de dfis pour atteindre son rsultat stratgique et respecter ses priorits. Ces dfis proviennent d'un environnement politique changeant, qui comprend une incertitude sur le plan conomique persistante, des changements dmographiques, une chane alimentaire mondiale en expansion et dont les aliments proviennent maintenant de nombreux pays, et des taux croissants de migration, de commerce et de voyages internationaux. Le travail dans cet environnement met en lumire le besoin croissant de continuer d'amliorer la coordination et la collaboration, tant l'externe, entre les autorits sanitaires l'chelle fdrale, provinciale, territoriale, rgionale et locale, qu' l'interne, au sein de l'Agence et du portefeuille de la Sant, car la prvention et l'attnuation des maladies chroniques et infectieuses, y compris l'intervention en cas d'pidmies de maladies d'origine alimentaire et de maladies infectieuses, doivent tre gres de faon efficace. Dans cet environnement politique en volution, l'ASPC a continu de rpondre aux priorits changeantes et contrer les risques afin de prsenter des rsultats aux Canadiens.

Intervenir en cas de maladie infectieuse et en assurer la gestion

Avec l'augmentation de la migration, du commerce et des voyages internationaux, le Canada et les autres pays connaissent un plus grand risque de vivre des pidmies de maladies infectieuses. La vitesse de transmission de telles maladies augmente galement, car des millions de personnes partent chaque jour en voyage l'tranger, comme il a t soulign pendant l'pidmie de H1N1. Au cours de l'exercice financier, l'Agence a continuellement travaill afin de se prparer de tels risques. Elle poursuit notamment sa collaboration avec Sant Canada et d'autres partenaires en vue de dfinir et d'intgrer les leons apprises et les recommandations d'valuation tires du rapport Image indiquant un lien Leons retenir : Rponse de l'Agence de la sant publique du Canada et de Sant Canada la pandmie de grippe H1N1 de 2009 et du Image indiquant un lien Rapport du Snat sur la Rponse du Canada la grippe H1N1 de 2009 . L'Agence a aussi commenc la rvision et l'examen complets du Plan canadien de lutte contre la pandmie d'influenza (PCLPI) en collaboration avec les provinces et les territoires, afin que le document demeure toujours d'actualit et qu'il volue au fil des nouvelles donnes probantes et expriences. De plus, pour se tenir prte intervenir advenant une pandmie, l'Agence a octroy, en mars 2011, un nouveau contrat long terme d'approvisionnement en vaccin antipandmique, qui fournit aux gouvernements provinciaux et territoriaux une gamme largie de produits de vaccination. De plus, un contrat d'approvisionnement en vaccin antipandmique a t mis en place comme source de secours tre utilise dans l'ventualit o l'approvisionnement principal serait perturb. Ces contrats garantissent un approvisionnement sr en vaccins pour les Canadiens en cas de pandmie de grippe. L'ASPC a aussi mis jour ses analyses de la taille et de la composition de la rserve nationale d'antiviraux et travaille actuellement l'laboration d'une stratgie de durabilit long terme.

L'intervention en cas de risques pour la sant publique et la gestion de ceux-ci dpendent de la capacit de l'Agence et de ses partenaires surveiller rigoureusement la sant publique pendant les urgences comme l'pidmie de H1N1. Pour y arriver, l'Agence a augment ses efforts visant amliorer sa capacit de surveillance en prenant, entre autres, des mesures importantes afin d'laborer une approche de surveillance intgre et appuye par des systmes, ce qui constitue une priorit-cl pour les intervenants en sant publique l'chelle fdrale, provinciale et territoriale au Canada. L'Agence a aussi collabor avec Sant Canada pour raliser des progrs importants en matire de gestion des risques, en laborant le Plan d'intervention d'urgence du portefeuille de la Sant, qui s'harmonise avec le Plan fdral d'intervention d'urgence du Canada.

L'Agence a galement dirig le programme des systmes-pilotes d'intervention pour lutter contre les maladies infectieuses, conu dans le but de renforcer l'infrastructure de sant publique du Canada et de contrer les dangers pour la sant associs aux maladies infectieuses d'origine hydrique et transmission vectorielle rsultant des changements climatiques. Finalement, l'Agence reconnat les risques de maladies infectieuses inhrents aux rassemblements de masse. Un plan en la matire a donc t prpar dans l'ventualit o une pidmie se dclarerait pendant les Olympiques de Vancouver de 2010 ou les rassemblements du G8 et du G20.

Intervenir en cas de maladies d'origine alimentaire

L'closion de listriose en 2008 a prouv que la faon dont les aliments se rendent la table des Canadiens au 21e sicle augmente le risque de maladies d'origine alimentaire. Dans le but de contrer ce risque, l'Agence a collabor avec Sant Canada et l'Agence canadienne d'inspection des aliments afin de mettre en œuvre des mesures suivant les recommandations mises dans le Image indiquant un lien Rapport de l'enquteure indpendante sur l'closion de listriose en 2008 . L'application de ces recommandations permettra au gouvernement du Canada d'intervenir plus efficacement si ce type de maladie se prsente nouveau, surtout si elle touche plus d'une administration. L'Agence a aussi renforc la surveillance de la listriose en ajoutant la bactrie Listeria monocytogenes au Programme national de surveillance des maladies entriques, qui surveille chaque semaine d'autres pathognes entriques.

Pour contrer ce risque, une approche intergouvernementale et interministrielle est ncessaire. cette fin, et la suite de consultations de grande envergure, les ministres de la Sant et de l'Agriculture l'chelle fdrale, provinciale et territoriale (FPT), le Comit FPT sur la salubrit des aliments et le Conseil des mdecins hyginistes en chef ont approuv en juin 2010 un protocole modernis d'intervention lors de toxi-infection d'origine alimentaire (PRITIOA). De plus, l'Agence a collabor avec Sant Canada et l'Agence canadienne d'inspection des aliments en vue d'laborer un Plan d'intervention d'urgence lors de maladie d'origine alimentaire (PIUMOA) pour les pidmies de maladie d'origine alimentaire ncessitant une intervention qui n'est pas couverte par le PRITIOA (2010). Le PIUMOA utilise un systme commun de commandement des interventions et il dcrit les principes de gestion d'une urgence lors de maladies d'origine alimentaire que doit observer le portefeuille de la Sant.

Changement dmographique

L'Agence reconnat que la population canadienne vieillit, ce qui cre de nouvelles demandes dans le systme de soins de sant et un risque grave d'augmentation des cots. La ncessit de rgler ce problme est une des raisons pourquoi l'administrateur en chef de la sant publique a dcid de se concentrer sur les ans dans son Image indiquant un lien Rapport sur l'tat de la sant publique au Canada : Vieillir - ajouter de la vie aux annes de 2010. L'Agence travaille en vue de contrer ce risque l'aide d'une gamme d'initiatives concrtes. Par exemple, elle a jou un rle majeur dans la cration d'environnements accueillants pour les ans par l'intermdiaire de l'Initiative des collectivits-amies des ans. L'Agence et Sant Canada ont aussi labor la Image indiquant un lien Trousse ducative Mangez bien et soyez actif qui aide les intermdiaires en sant et en ducation enseigner aux enfants et aux adultes, y compris aux ans, ce qu'est un mode de vie sain. Finalement, l'Agence collabore avec le milieu de la sant publique pour surveiller les tendances et les facteurs de risque des maladies chroniques, qui sont plus rpandues chez les ans, et pour encourager la prvention.

Risque pour l'organisation

L'ASPC continue amliorer son approche en gestion du risque l'aide de la mise en œuvre de la norme de gestion intgre du risque. Voici les principales ralisations de 2010-2011 : l'approbation de la Politique sur la gestion des risques de l'Agence (essentielle pour dterminer les attentes et les responsabilits en la matire), l'approbation d'un nouveau profil de risque de l'organisation qui cerne les risques, les facteurs de risque, les mthodes de matrise du risque et les stratgies de gestion du risque, et une formation en gestion du risque pour le personnel. Selon sa planification, l’Agence continuera de travailler la mise au point d’outils de gestion du risque (p. ex. des critres communs concernant l’incidence des risques, la probabilit, les contrles et la tolrance) et de mieux communiquer au personnel les exigences ce sujet qui figurent dans la norme de gestion intgre du risque (p. ex. un site intranet sur la gestion des risques destin aux employs), domaines dans lesquels l’Agence n’a pas accompli autant de progrs qu’elle l’aurait souhait.

Sommaire du rendement

Ressources financires en 2010-2011 (en millions de dollars)
Dpenses prvues Total des autorisations Dpenses relles
664,8 711,9* 618,1**

Ressources humaines en 2010-2011 (quivalents temps plein - ETP)
Prvues Relles Diffrence
2,590 2,606 (16)***

* Le total des autorisations a t de 47,1 millions de dollars suprieur aux dpenses prvues. Cet cart s'explique surtout par l'octroi de nouvelles autorisations pour un projet spcial ayant trait la disponibilit du vaccin antipandmique, le report de fonds du budget de fonctionnement et le renouvellement du financement du Programme d'aide prscolaire aux autochtones dans les collectivits urbaines et nordiques.

** En 2010-2011, les dpenses relles ont t de 93,8 millions de dollars infrieures au total des autorisations. Cet cart s'explique surtout par la remise du projet spcial ayant trait la disponibilit du vaccin antipandmique alors que des solutions de rechange sont tudies et par le report court terme des activits en vertu de l'Initiative canadienne de vaccin contre le VIH renouvele; le report, aux exercices subsquents, du financement pour la construction du Laboratoire JC Wilt; et une lgre sous-utilisation des budgets pour les oprations et contributions.

***L'cart de 16 entre les nombres prvus et rels d'quivalents temps plein s'explique surtout par l'embauche de professionnels qualifis dans quelques secteurs de programme.

Tableaux sur le sommaire du rendement

Rsultat stratgique : Un Canada capable de promouvoir la sant, de rduire les disparits en matire de sant et de prvenir et d'attnuer les maladies et les blessures
Indicateurs de rendement Objectifs Rendement en 2010-2011
Esprance de vie ajuste en fonction de la sant (EVAS) la naissance

Maintenir ou dpasser l'EVAS de 2001
du Canada rapport par Statistique
Canada.1

Total - 69,6

Femmes - 70,8

Hommes - 68,3

Selon Statistique Canada, en 2001, l'EVAS la naissance s'tablissait 69,6 ans, soit 70,8 ans pour les femmes et 68,3 ans pour les hommes2 .
La diffrence (en annes) entre
l'EVAS la naissance observe pour
les catgories de revenu
correspondant au premier tiers et au
dernier tiers de la population au
Canada

Maintenir ou rduire la diffrence en annes.

Femmes - 3,2

Hommes - 4,7

Au Canada, pour la catgorie de revenu la plus leve, l'EVAS des hommes et des femmes s'tablissait respectivement 70,5 et 72,3 ans en 2001. Un examen comparatif des diffrentes catgories de revenu rvle qu' la naissance, les femmes de la catgorie de revenu la plus leve prsentaient une meilleure EVAS que les femmes de la catgorie de revenu la moins leve (cart de 3,2 ans). Le mme phnomne s'observe chez les hommes, qui, sur le plan de l'EVAS, prsentaient un cart de 4,7 ans entre la catgorie de revenu la plus leve et la catgorie de revenu la moins leve3 .

Certains facteurs dterminent les annes de vie en bonne sant pour les Canadiens, dont les suivants : les facteurs de risque lis aux habitudes de vie personnelle et familiale; les facteurs gntiques et environnementaux; les progrs technologiques; les dterminants sociaux; l'accessibilit et la qualit des soins de sant; les pratiques et initiatives en sant publique aux chelons fdral, provincial, territorial et local des gouvernements. L'Agence travaille de pair avec les intervenants gouvernementaux et non gouvernementaux afin de contribuer ces initiatives en sant publique. Il est possible d'valuer les rsultats de ces facteurs et efforts combins en consultant les mesures sommaires de la sant de la population.

L'esprance de vie ajuste en fonction de la sant (EVAS) la naissance est un indice sommaire composite de la sant de la population. Il est plus complet que la mesure de l'esprance de vie, laquelle est plus connue, puisqu'il combine, en une seule statistique, la dure de vie et la qualit de vie lie la sant. L'EVAS se dfinit comme le nombre d'annes qu'une personne peut s'attendre vivre en bonne sant tant donn les conditions courantes de morbidit et de mortalit4 .

Par l'entremise de tous ses programmes, l'ASPC contribue rehausser l'EVAS au Canada. Excuts en collaboration avec les partenaires FPT de la sant, ces programmes permettent au gouvernement fdral d'exercer un leadership et d'octroyer un soutien en vue de promouvoir la sant, de rduire les disparits en matire de sant, de renforcer la capacit en sant publique, de prvenir et d'attnuer les blessures ainsi que les maladies chroniques et infectieuses, d'offrir un soutien pertinent relativement la recherche, de surveiller les situations et les tendances se rapportant la sant et aux maladies et, enfin, de rduire le risque et les consquences des urgences en sant publique.

(En millions de dollars)
Activit de programme Dpenses relles en 2009-2010 2010-20115 Concordance avec les rsultats du gouvernement du Canada
Budget principal des dpenses Dpenses prvues Total des autorisations Dpenses relles
Sciences et technologie pour la sant publique 74,5 85,0 85,0 97,2 81,6 Image indiquant un lien Des Canadiens en sant
Surveillance et valuation de la sant de la population 66,1 57,4 58,3 78,0 76,0 Image indiquant un lien Des Canadiens en sant
tat de prparation et capacit en sant publique 329,0 121,1 104,1 106,2 60,7 Image indiquant un lien Des Canadiens en sant
Promotion de la sant 177,0 178,7 178,8 183,4 177,4 Image indiquant un lien Des Canadiens en sant
Prvention et rduction des maladies et des blessures 132,8 114,9 115,7 102,6 86,3 Image indiquant un lien Des Canadiens en sant
Excution de la rglementation et interventions en cas d'urgence 53,3 28,3 29,5 25,0 23,2 Image indiquant un lien Un Canada scuritaire et scuris
Total 832,7 585,4 571,4 592,4 505,2  

Activit de programme Dpenses relles en 2009-2010 2010-2011
Budget principal des dpenses Dpenses prvues Total des autorisations Dpenses relles
Services internes 111,5 92,6 93,4 119,5 112,9

Profil des dpenses

Plan d'action conomique du Canada

Plan d'action conomique du Canada ($ m)

[version textuelle]

Cliquez pour agrandir

En vue de faciliter le dplacement efficace et rentable des biens et des chantillons au sein du Centre scientifique canadien de sant humaine et animale (CSCSHA), le Conseil du Trsor a approuv, en avril 2009, l'largissement du CSCSHA et ce, dans le cadre du Plan d'action conomique du Canada. Les dpenses prvues du projet s'tablissaient 20,6 millions de dollars en 2010-2011.

Les dpenses relles s'levaient 18,7 millions de dollars en 2010-2011, ce qui a donn lieu un surplus de 1,9 million. ce titre, une conomie de 1,5 million tait attribuable au contrat relatif l'approche de gestion de la construction qui a permis d'apporter des correctifs la conception au cours du projet et ainsi d'en amliorer l'efficience.

Le projet avance bon train et devrait tre achev en octobre 2011. Les dpenses prvues pour 2011-2012 sont de 0,4 M$.

Tendance des dpenses ministrielles

volution des dpenses ($m)

[version textuelle]

Cliquez pour agrandir

Budget des dpenses par crdit vot

Pour obtenir de l'information sur nos crdits organisationnels ou nos dpenses lgislatives, veuillez consulter les Comptes publics du Canada de 2010-2011, volume II. Une version lectronique est offerte sur le site Web de Travaux publics et Services gouvernementaux Canada 6