Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

ARCHIVÉ - École de la fonction publique du Canada


Avertissement Cette page a été archivée.

Information archivée dans le Web

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n’a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s’appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette information dans tout autre format de rechange à la page « Contactez-nous ».

Section II – Analyse des activités de programme

2.1 Résultat stratégigue

L’École de la fonction publique du Canada n’a qu’un seul résultat stratégique :

Les fonctionnaires ont les connaissances communes et les compétences en leadership et en gestion dont ils ont besoin pour exercer leurs responsabilités envers les Canadiens.

Au moyen de ce résultat stratégique, l’École de la fonction publique du Canada apportera des avantages durables aux Canadiens en s’assurant que tous les fonctionnaires du pays ont les connaissances et les compétences dont ils ont besoin pour être offrir un excellent service aux Canadiens, aujourd’hui et à l’avenir.

La situation économique et financière actuelle peut avoir une incidence sur l’École de la fonction publique du Canada, étant donné que les dépenses en formation sont discrétionnaires et que l’École de la fonction publique du Canada exerce peu de contrôle sur l’inscription des participants. Tel que mentionné dans l’analyse des risques, l’École de la fonction publique du Canada doit prendre en considération à la fois la demande en formation et les recettes nécessaires pour concevoir, élaborer et assurer la prestation des cours et des programmes, étant donné que la conception des nouveaux cours a lieu en même temps que les cours existants sont donnés. Il y a également un besoin persistant de formateurs qualifiés, de facilitateurs et de spécialistes en la matière, en plus de la nécessité de rester à jour en ce qui concerne le matériel de cours et la formation d’appoint des employés et spécialistes pour s’assurer qu’ils maintiennent les compétences et les aptitudes requises.

Cela dit, l’École de la fonction publique du Canada prend des mesures pour relever ces défis, y compris l’établissement de relations plus étroites avec les ministères et les collectivités fonctionnelles et l’optimisation de l'utilisation des technologies. L’environnement actuel montre la nécessité d’une planification, d’un suivi et d’une identification des tendances pour permettre la reconnaissance précoce de la demande de formation qui peut exiger des ajustements de capacité au sein de l’École de la fonction publique du Canada. Ce suivi permettrait également à l’École de la fonction publique du Canada de mieux prévoir les tendances du marché et de régler son approche en fonction d’une meilleure planification des incidences possibles sur les recettes. L’École de la fonction publique du Canada dispose de systèmes de suivi des budgets, des dépenses et des recettes, et se concentre sur la promotion et le marketing des cours.

La mise en œuvre du système harmonisé de gestion de l’apprentissage (SHGA), un logiciel normalisé à l’échelle internationale, appuiera les efforts de l’École de la fonction publique du Canada visant à l’intégration et la simplification de ses processus opérationnels liés aux inscriptions, à la gestion et à l’administration de l’apprentissage. Il renforcera également la capacité de l’École de la fonction publique du Canada à rendre des comptes sur divers aspects de l’apprentissage au sein de la fonction publique, y compris les exigences énoncées par la Politique en matière d'apprentissage, de formation et de perfectionnement, et permettra à l'École de la fonction publique du Canada de gérer plus efficacement ses activités.

L’École de la fonction publique du Canada fera un suivi du nombre d’activités d’apprentissage qui ont pour objet le perfectionnement du leadership, des compétences en gestion et des connaissances communes, de même que du nombre de participants à ces activités d’apprentissage. En outre, l’École de la fonction publique du Canada fera un suivi sur le pourcentage des fonctionnaires qui ont participé aux activités d’apprentissage de l’École de la fonction publique du Canada et qui croient que la formation dispensée répondait à leurs besoins et constituait un investissement valable pour leur employeur.

Le résultat stratégique de l’École de la fonction publique du Canada est appuyé par quatre activités de programme :

  • L’apprentissage de base
  • Le développement du leadership organisationnel
  • L’innovation dans la gestion du secteur public
  • Les services internes

L’École de la fonction publique du Canada reçoit des fonds alloués à l’apprentissage de base, notamment ceux destinés à la formation exigée par la Politique en matière d'apprentissage, de formation et de perfectionnement, y compris le Programme d’orientation à la fonction publique et la formation relative à la délégation des pouvoirs. La majorité des autres produits et services d’apprentissage conçus et offerts par l’École de la fonction publique du Canada sont donnés selon le principe de la récupération des coûts. Dans l’ensemble, les recettes provenant de ces activités représentent environ 40 pour cent du budget de fonctionnement projeté de l’École de la fonction publique du Canada pour 2009-2010.

Un examen stratégique horizontal des organismes centraux responsables des ressources humaines du gouvernement du Canada, dont a fait partie l'École de la fonction publique du Canada, a été effectué en 2008-2009. Le principal objectif de cet examen était d’assurer l’efficience et l’efficacité de la gestion des ressources humaines en éliminant le dédoublement des activités.

Grâce à l’examen stratégique horizontal, l’École de la fonction publique du Canada à identifier des façons plus efficiente et plus efficace et d’harmoniser pleinement ses programmes avec les besoins d’apprentissage des ministères et des organismes. Un nombre de changement dans la programmation ont été identifiés et sera progressivement mise en œuvre sur une période de trois ans. Tel qu’indiqué dans le budget de 2009, le gouvernement affectera les économies découlant de l’examen à la création et au maintien d'une fonction publique moderne et axée sur le savoir, et dont le milieu de travail est productif et tourné vers l'avenir afin de mieux réaliser les objectifs prioritaires des Canadiens.

L’examen stratégique horizontal a une influence sur chacune des quatre activités de programme qui soutiennent le résultat stratégique de l'École de la fonction publique du Canada. Parmi les principaux changements sont la refonte du Programme d’orientation à la fonction publique, qui passe d’une formation en salle de classe d’une durée de deux jours à une séance en classe d’une journée accompagnée par une formation en ligne préalable et l’accroissement de l’offre de produits de formation et de perfectionnement de l’École de la fonction publique du Canada selon le principe de la récupération des coûts. De plus, les programmes ministériels de formation en leadership au niveau des gestionnaires et aux niveaux supérieurs feront l’objet d’une restructuration afin de s’assurer qu’ils répondent aux besoins du renouvellement de la fonction publique.

Activités de programme

Apprentissage de base

L’École de la fonction publique du Canada contribue à la création d’un effectif professionnel en offrant les activités d’apprentissage dont les fonctionnaires ont besoin pour accomplir leurs tâches actuelles et relever les défis de leur prochain emploi, dans un milieu de travail dynamique et bilingue grâce à la prestation d’activités d’apprentissage de base. Les possibilités d’apprentissage développées et offertes par l’École de la fonction publique du Canada concordent avec les priorités de gestion de la fonction publique et satisfont aux exigences de la Politique en matière d'apprentissage, de formation et de perfectionnement et aux normes du savoir qui s’y rattachent.

Activité de programme : Apprentissage de base
Ressources humaines (ETP) et dépenses prévues (En milliers de dollars)
2009-2010 2010-2011 2011-2012
ETP Dépenses prévues ETP Dépenses prévues ETP Dépenses prévues
443 66 162 443 66 112 443 62 953
Résultats attendus de l'activité de programme Indicateurs de rendement Objectifs
Les fonctionnaires peuvent mettre en application les connaissances de base acquises auprès de l’École de la fonction publique du Canada dans leur milieu de travail. L’École de la fonction publique du Canada calculera le pourcentage de participants qui souhaitent, qui peuvent et/ou qui ont mis en application les connaissances acquises au cours d’activités d’apprentissage de base dans leur milieu de travail. 80 % des participants peuvent mettre en application les connaissances acquises.
ddhttp://www.csps-efpc.gc.ca/oao/index-fra.asp

L’activité de programme Apprentissage de base contribue à l'atteinte du résultat stratégique en fournissant les connaissances communes dont les fonctionnaires ont besoin. Afin de réaliser cet objectif, l’École de la fonction publique du Canada vise à s’assurer que :

  • les employés des principaux organismes de la fonction publique continuent de participer régulièrement aux cours;
  • les participants terminent le Programme d’orientation à la fonction publique dans le délai prescrit par la norme de service de l’École de la fonction publique du Canada (c.-à-d. dans les six mois suivant leur assignation à la formation);
  • les participants acquièrent une bonne compréhension du fonctionnement du Parlement et du gouvernement, des valeurs et de l’éthique de la fonction publique, de leur rôle et de leurs responsabilités envers les Canadiens et ce, en fonction des normes en matière de connaissances fixées par l'employeur;
  • les cadres dirigeants connaissent leurs responsabilités; et
  • les évaluations de l’apprentissage et la rétroaction des participants sont positives.

Quatre initiatives appuient cette activité de programme :

  • La formation indispensable, qui comprend le programme d’Orientation à la fonction publique et la Formation relative à la délégation des pouvoirs.
  • Le développement professionnel, qui comprend la Programmation pour les collectivités fonctionnelles et des programmes de Développement professionnel.
  • L’apprentissage des langues officielles, qui comprend des Services de formation linguistique et des Services de maintien de l’acquis en langue seconde.
  • L’apprentissage en ligne, qui comprend le Programme de cours en ligne et le Programme des technologies de collaboration en ligne.

Formation indispensable

Orientation à la fonction publique
Des programmes d’orientation ont été mis au point et sont offerts aux nouveaux fonctionnaires et aux nouveaux cadres dirigeants. Le défi consiste à satisfaire la demande annuelle d’environ 8000 participants en classe par année, provenant des régions et de la région de la capitale nationale (RCN). Afin de répondre à cette demande en utilisant les ressources qu’elle a à sa disposition et d’honorer son engagement envers l’examen stratégique horizontal, l’École de la fonction publique du Canada a procédé à la refonte du programme d’Orientation à la fonction publique, qui utilise dorénavant une méthode d’apprentissage mixte formée d’une séance de formation d’une journée en classe accompagnée par de la formation en ligne préalable. Un suivi de la nouvelle version du programme sera fait afin de s’assurer que le nouveau modèle de prestation se conforme aux normes de l'employeur en matière de connaissances ainsi qu’aux priorités et aux objectifs du gouvernement dans le cadre du renouvellement de la fonction publique.

Orientation Participants Trained

L’École de la fonction publique du Canada poursuivra sa collaboration avec les organismes qui investissent déjà dans une orientation intensive et structurée afin d’agir en synergie et de multiplier les liens entre les programmes. Elle cherchera également des moyens de résoudre les difficultés liées à la cohérence du programme national et à la disponibilité suffisante d’instructeurs qualifiés. De nouvelles méthodes de prestation seront considérées afin de tenir compte des fonctionnaires qui n’ont pas accès à des ordinateurs, et les communications avec les ministères seront plus fréquentes afin d’encourager l’inscription à la formation indispensable et l’exécution des volets en ligne.

Formation relative à la délégation de pouvoirs
Conformément à la Politique en matière d'apprentissage, de formation et de perfectionnement, l’École de la fonction publique du Canada continue d’offrir de la formation sur la délégation de pouvoirs à quatre groupes d’employés : les superviseurs, les gestionnaires, les cadres supérieurs (des niveaux EX-1 à EX-3) et les sous-ministres adjoints. Ces groupes sont assujettis à une formation et une évaluation obligatoires afin qu’ils puissent exercer leurs pouvoirs délégués de façon adéquate.

La fonction publique continue de mettre l’accent sur une gestion responsable et vise à pourvoir les postes de gestion dont les titulaires prendront leur retraite. La demande est plus forte que prévu étant donné le grand nombre de participants souhaitant suivre la formation à des fins de perfectionnement. Il est nécessaire que l’École de la fonction publique du Canada établisse un équilibre entre la demande de formation indispensable et la demande de formation de perfectionnement. Afin de répondre aux demandes et d’augmenter la capacité à l’aide des ressources existantes, l’École de la fonction publique du Canada remaniera le programme et adoptera une approche d’apprentissage mixte semblable à celle utilisée pour le programme d’Orientation à la fonction publique. Le remaniement permettra de maintenir la pertinence et l’exactitude des contenus relativement aux normes de connaissances préconisées par l’employeur. Il reflètera également la rétroaction reçue des participants.

La planification de la relève demeure essentielle afin d’assurer la disponibilité d’instructeurs qualifiés. Les défis liés aux salles de classe sont gérés au moyen du suivi des inscriptions et de l’ajustement des horaires. La collaboration avec les coordonnateurs ministériels de la formation indispensable se poursuit afin d’identifier et d’inscrire les employés qui doivent suivre la formation indispensable.

Développement professionnel

La demande d’apprentissage en matière de perfectionnement professionnel est gérée à l’aide d’un processus de révision annuel des programmes d’apprentissage et d’une matrice de décision qui facilite le suivi des nouveaux cours et de l’infrastructure de prestation qui s’y rattache.

Il y a une demande constante des ministères et organismes pour des cours personnalisés. En 2009-2010, l’École de la fonction publique du Canada continuera d’établir des protocoles d'entente (PE) avec les ministères et les organismes afin de concevoir et d’offrir des cours destinés à appuyer les sous-ministres à l’égard de leurs responsabilités en matière d’apprentissage et d’assurer une approche cohérente au sein des organisations. Cela exigera la simplification du processus d’établissement des PE afin de le rendre plus efficace et mieux centré sur les priorités générales.

Programmation pour les groupes fonctionnels
Certaines collectivités fonctionnelles, notamment celles des ressources humaines et des finances, traversent une période de transition en raison des départs à la retraite et d’une plus grande demande en matière de services et d’expertise. L’École de la fonction publique du Canada continuera de respecter ses engagements envers le renouvellement de la fonction publique et d’appuyer les sous-ministres à l’égard de leurs responsabilités en matière d’apprentissage en travaillant avec les principales collectivités fonctionnelles afin de définir les enjeux stratégiques et de répondre aux besoins en constante évolution, et en fournissant des services de perfectionnement continu aux membres des collectivités fonctionnelles, en temps opportun, en élaborant des programmes d’apprentissage liés aux secteurs prioritaires, comme la gestion de l’information, la vérification interne, la gestion des ressources humaines et des finances, et en donnant la formation indispensable aux collectivités de la gestion de l’information, de l’acquisition, à la gestion du matériel et aux biens immobiliers. En outre, l’École de la fonction publique du Canada suivra les progrès de l’initiative de renouvellement des politiques du SCT et collaborera avec ses partenaires en vue de communiquer aux collectivités fonctionnelles les changements de politique survenus, puisqu’elles sont souvent les premières touchées et qu’elles ont un rôle à jouer dans la mise en œuvre de ces changements (p. ex. : la Politique sur les paiements de transfert).

En 2009-2010, l’École de la fonction publique du Canada prévoit augmenter sa réactivité en offrant des cours selon son répertoire des cours offerts et selon des PE avec divers ministères et organismes. Toutefois, la conception de cours destinés aux nouvelles collectivités qui prévoient n’offrir qu’un petit nombre de scéances demeure problématique et il est nécessaire de trouver un équilibre entre l’investissement à court terme et la récupération des coûts à long terme. L’École de la fonction publique du Canada encouragera les possibilités de partenariat avec les ministères et les organismes qui peuvent « parrainer » ces collectivités fonctionnelles.

Programmation pour le développement professionnel
Les fonctionnaires ont besoin de possibilités d’apprentissage leurs permettant de perfectionner leurs aptitudes et leurs compétences professionnelles, en gestion et en leadership. Le Plan d’action pour le renouvellement de la fonction publique 2008-2009 souligne que le perfectionnement des fonctionnaires à tous les échelons en tant que leaders, gestionnaires et employés habilités est central pour une institution à haut rendement et souligne la nécessité d’accorder une grande attention à la gestion des compétences et du rendement. En outre, selon les conclusions du groupe de consultation de la communauté nationale des gestionnaires, l’apprentissage lié au rendement et à la gestion des personnes est une priorité clé qui devrait faire augmenter la demande des programmes de l’École de la fonction publique du Canada

En 2009-2010, l’École de la fonction publique du Canada continuera d’offrir un large éventail de cours de perfectionnement des compétences en gestion et en leadership dans son répertoire de cours et par l’entremise de PE. Elle s’appuiera sur sa programmation actuelle en élargissant ses relations avec la communauté des gestionnaires de la fonction publique et en développant de nouveaux produits dans le cadre de son programme d’apprentissage en gestion du rendement afin de soutenir les besoins d'apprentissage des gestionnaires. Afin de faciliter l’accès aux occasions d’apprentissage et de renforcer son rôle de partenaire en apprentissage auprès des gestionnaires, l’École de la fonction publique du Canada préparera un nouveau programme d’apprentissage pour gestionnaires, qui tirera parti de la technologie dans ce secteur prioritaire et emploiera une approche d’apprentissage plus intégrée et plus mixte. L’École de la fonction publique du Canada mettra également sur pied une communauté de praticiens constituée des instructeurs internes et externes responsables de ses programmes de perfectionnement professionnel afin de promouvoir une approche plus intégrée de l’échange de données et de connaissances entre les divers secteurs des programmes.

Apprentissage des langues officielles

Accès aux services de formation linguistique
L’École de la fonction publique du Canada offre à tous les fonctionnaires des services de formation linguistique de qualité et à coût raisonnable donnés par des fournisseurs qualifiés en temps opportun. En 2009-2010, l’École de la fonction publique du Canada continuera de chercher des façons novatrices de faciliter l’accès aux services de formation linguistique et veillera à l’exécution des phases préalables à la mise en œuvre d’une Offre à commandes principale et nationale aux fournisseurs de formation linguistique des régions. En outre, l’École de la fonction publique du Canada continuera d’offrir des plans et des services d’apprentissage précis, à coût raisonnable et en temps opportun, et de la formation dans les régions, au besoin.

Sous réserve des approbations financières nécessaires, l’École de la fonction publique du Canada mettra aussi en œuvre une initiative dans le cadre de la Feuille de route pour la dualité linguistique canadienne 2008-2013, laquelle élargira l’accès aux produits d’apprentissage de la langue seconde par le biais d’universités canadiennes ce qui, par conséquent, donnera aux futurs fonctionnaires la possibilité d’apprendre une langue seconde et de maintenir les acquis linguistiques et contribuera au renouvellement de la fonction publique.

Services pour le maintien des acquis linguistiques
Il existe une demande croissante d’outils et de produits en ligne destinés au maintien des acquis linguistique et à l’acquisition par soi-même, et de solutions d’apprentissage linguistique sur mesure. Le but de l’École de la fonction publique du Canada est d’offrir un accès consistant et en temps opportun à des outils et à des services de maintien des acquis linguistiques dans toutes les régions du pays afin de promouvoir une culture de bilinguisme en milieu de travail.

En 2009-2010, l’École de la fonction publique du Canada préparera, mettra à jour et fournira aux fonctionnaires des plans d’apprentissage des langues secondes. Elle assurera également un contrôle de la qualité normalisée de ses services de formation linguistique dans l’ensemble du pays, offrira des services de formation linguistiques aux apprenants ayant des difficultés d'apprentissage, fournira des enseignants et des animateurs qualifiés en formation linguistique, sur place, et collaborera avec les ministères afin de promouvoir et assurer une culture de bilinguisme au sein de la fonction publique.

Apprentissage en ligne

Programme de cours en ligne
Comme le démontrent les évaluations et l’utilisation croissante de Campusdirect année après année, les fonctionnaires ont une préférence de plus en plus marquée pour le mode de formation en ligne. En outre, il existe une attention accrue à la réduction des déplacements dans le but de mieux utiliser le temps de fonctionnaires et de diminuer les coûts.

L’École de la fonction publique du Canada s’assure à donner accès à des outils et à des produits d’apprentissage en ligne personnalisés aux fonctionnaires de l’ensemble du pays. Au cours du prochain exercice financier, l’École de la fonction publique du Canada soutiendra l’élaboration et la diffusion de produits d’apprentissage en ligne et d’apprentissage mixte. Des solutions d’apprentissage intégrées seront aussi offertes grâce à la mise sur pied et à l'entretien de portails d'apprentissage. De plus, l’École de la fonction publique du Canada préparera le transfert de Campusdirect vers l’infrastructure du SHGA.

Un rapport d’évaluation des cours personnalisés offerts sur Campusdirect a mis en évidence une importante amélioration de la qualité entre les cours élaborés durant les premières années du programme et les cours plus récents. Le rapport souligne qu’il est possible de faire mieux en ce qui a trait à la conception pédagogique et à l’actualité des liens Internet. Avant d’investir dans le remaniement des programmes de cours, leur pertinence sera évaluée et les conclusions de la révision des programmes seront considérées. La stratégie de maintien mettra l’accent et s’attardera d’abord sur les cours des secteurs prioritaires occupant un classement moins élevé. De plus, à partir de 2010-2011 et conformément à l’examen stratégique horizontal, l’École de la fonction publique du Canada explorera la possibilité de proposer les cours commerciaux offerts par l’intermédiaire de Campusdirect aux ministères et organismes selon le principe de la récupération des coûts.

Programme de technologie de collaboration en ligne
Les clients s’attendent à pouvoir disposer des plus récentes technologies de collaboration et des dernières innovations qui favorisent les interactions, l’apprentissage, le dialogue et l’échange du savoir. Ces nouvelles technologies contribuent également à attirer et à retenir les fonctionnaires de la prochaine génération, qui ont l’habitude de travailler et d’apprendre dans ce type d’environnement.

L’École de la fonction publique du Canada continuera à travailler avec des spécialistes de la technologie de l’information (TI) et les dirigeants principaux de l'information des ministères dans le but de définir les normes et les attentes et de s’assurer que l’infrastructure de l’École de la fonction publique du Canada soutien l’adoption de nouvelles technologies. Il y aura également un travail de collaboration constant avec les ministères et les organismes pour alléger les restrictions d’accès à Internet, qui sont souvent liées aux coupe-feu et aux mesures de sécurité.

L’École de la fonction publique du Canada travaille à élargir son utilisation des technologies comme les conférences Web, le réseautage personnel, la baladodiffusion, les classes virtuelles et d’autres outils interactifs. Le perfectionnement continu de l’expertise et le renforcement de la capacité de prestation du service sont nécessaire afin de pouvoir offrir cet apprentissage en ligne. On prévoit qu’en 2009-2010 de 3000 à 4000 participants utiliseront les outils et les véhicules de collaboration de l’École de la fonction publique du Canada, comme le portail des communautés des praticiens.


Points saillants de la planification des activités de programme
Au cours des trois prochaines années, l’École de la fonction publique du Canada travaillera sur ces activités et:
  • continuer le suivi, l’évaluation et la mise à jour des programmes afin d’en assurer la pertinence et la cohérence;
  • s’assurer que les programmes continuent de respecter les priorités et les objectifs du gouvernement, de satisfaire aux normes pertinentes et de susciter la participation des fonctionnaires;
  • collaborer avec les organismes pertinents afin de continuer de satisfaire aux normes du savoir et aux exigences de réattestation;
  • établir et maintenir une structure des ressources humaines stable pour assurer la capacité;
  • nouer des partenariats avec des associations professionnelles et des organisations académiques afin d’augmenter les capacités;
  • continuer à définir les collectivités fonctionnelles, d’entretenir des relations avec elles et de concevoir des cours à leur intention;
  • mettre en œuvre un programme d’apprentissage sur la gestion du rendement répondant aux besoins en matière d’apprentissage des gestionnaires;
  • renforcer les relations avec la communauté des gestionnaires, les ministères et les organismes clients de manière à répondre aux besoins d’apprentissage des gestionnaires dans l’ensemble du pays;
  • tirer parti de l’utilisation des technologies, y compris les solutions mixtes, et élargir l’utilisation des outils d’auto-évaluation et d’auto-éducation pour favoriser l’apprentissage;
  • procéder à la recherche, à l’essai et à l’adoption de technologies de collaboration pertinentes et novatrices pour étendre l’accès aux programmes de l’École de la fonction publique du Canada et d’assurer l’avenir de la fonctionnalité avec le SHGA;
  • continuer à chercher des façons novatrices et rentables de maintenir les compétences acquises en matière de langues officielles.

Développement du leadership organisationnel

L’École de la fonction publique du Canada renforce la fonction publique et contribue au renouvellement de cette dernière en renforçant les compétences en leadership des leaders actuels et futurs à l’aide d’activités de perfectionnement du leadership comme des cours, des programmes, des séminaires et des événements ciblés.

Activité de programme : Développement du leadership organisationnel
Ressources humaines (ETP) et dépenses prévues (En milliers de dollars)
2009-2010 2010-2011 2011-2012
ETP Dépenses prévues ETP Dépenses prévues ETP Dépenses prévues
102 12 783 102 11 769 102 9 202
Résultats attendus de l'activité de programme Indicateurs de rendement Objectifs
Les gestionnaires, les cadres supérieurs et les cadres dirigeants de la fonction publique sont satisfaits des activités, des programmes et des cours de perfectionnement en leadership reçus. L’École de la fonction publique du Canada mesurera la satisfaction des fonctionnaires à propos des activités de leadership fournies. Les activités de leadership reçoivent en moyenne 4 points sur une échelle de satisfaction générale de 5 points.
Les gestionnaires, les cadres supérieurs et les cadres dirigeants peuvent mettre en application leurs compétences en leadership dans leur milieu de travail. L’École de la fonction publique du Canada calculera le pourcentage de participants qui souhaitent, qui peuvent et/ou qui ont mis en application les connaissances acquises durant les activités de perfectionnement du leadership dans leur milieu de travail. 80 % des participants sont en mesure de mettre en application les connaissances acquises.
aaahttp://www.csps-efpc.gc.ca/lde/index-fra.asp

Étant donné la grande importance accordée aux responsabilités en matière de leadership et les taux élevés de départs à la retraite prévus par les employés et les cadres dirigeants, la demande des programmes qui préparent les leaders à une fonction publique moderne évoluant dans un environnement mondialisé a augmenté.

Trois initiatives soutiennent cette activité de programme :

  • Les compétences en leadership
  • Les programmes de développement en leadership
  • Le renforcement de la communauté du leadership

Compétences en leadership

Les superviseurs, les gestionnaires, les cadres supérieurs et les cadres dirigeants de la fonction publique ont besoin d’avoir accès à des occasions d'apprentissage qui les aideront à améliorer leurs compétences en leadership afin qu’ils puissent gérer le changement et atteindre les objectifs de l’organisation. L’École de la fonction publique du Canada collaborera avec des équipes de gestion afin d’appuyer un solide leadership en matière de gestion du changement. La priorité du plan d’action du renouvellement de la fonction publique en ce qui a trait au perfectionnement du personnel et la nécessité d’acquérir de meilleures compétences en gestion des talents et en leadership continuera de faire augmenter la demande des programmes de l’École de la fonction publique du Canada.

En 2009-2010, l’École de la fonction publique du Canada continuera d’offrir un large éventail de cours de formation en leadership, notamment Le leadership en période de crise, et renforcera ses programmes en concluant de nouveaux partenariats, en élaborant de nouveaux outils et en faisant la promotion de l’utilisation des outils déjà existants comme la rétroaction à 360 degrés. L’École de la fonction publique du Canada continuera aussi d’explorer les possibilités de PE avec les ministères et les organismes afin de joindre plus de participants à travers le pays, de répondre aux besoins d’apprentissage organisationnel et d’aider les sous-ministres face à leurs responsabilités en matière d’apprentissage au sein de leurs organisations.

Les fonctionnaires souhaitent mieux comprendre le contexte international dans lequel ils travaillent ainsi que les approches de gestion et des pratiques de pointe d’autres administrations. Les nouveaux programmes de l’École de la fonction publique du Canada visent à :

  • sensibiliser les fonctionnaires face au contexte mondial (par des programmes comme Les rouages de Washington, Leadership sans frontières et le Programme avancé en leadership); et
  • promouvoir les principales aptitudes et compétences professionnelles et en leadership (par des cours sur la communication et la mobilisation des intervenants, des citoyens et des employés).

Programmes de développement du leadership

La tendance vers une plus grande responsabilisation des sous-ministres face à l’apprentissage au sein de leurs organisations, alliée aux taux élevés de retraite prévus et à l’attention accordée à la gestion des compétences, rend indispensable la planification de la relève tant au niveau ministériel et qu’à l’échelle du gouvernement. L’École de la fonction publique du Canada doit se positionner avantageusement en tant que fournisseur de produits et d’activités d’apprentissage appuyant la gestion des compétences. Le résultat visé est que les ministères et les organismes puissent renforcer les compétences en leadership de manière à atteindre l’excellence en matière de prestation de services aux Canadiens et de conseils auprès des ministres, aujourd’hui et à l’avenir.

Suite à l’harmonisation des rôles et des responsabilités découlant de l’examen stratégique horizontal, les activités de formation et de perfectionnement précédemment exécutées par l’Agence de la fonction publique du Canada (c.-à-d. les activités d’apprentissage et les forums des sous-ministres adjoints (SMA)) seront transférées à l’École de la fonction publique du Canada, et la série d’activités offertes aux SMA sera simplifiée. L’École de la fonction publique du Canada collaborera également avec ses partenaires du gouvernement afin de renouveler les programmes de perfectionnement du leadership au niveau des gestionnaires et aux niveaux supérieurs afin qu’ils répondent aux besoins du renouvellement de la fonction publique.

Étant donné l’accroissement de la demande pour les programmes de leadership durant la période 2006-2008, l’École de la fonction publique du Canada doit consolider les ressources lui permettant de combler ces besoins de manière durable. Elle devra également collaborer avec ses partenaires de portefeuille du Conseil du Trésor afin d'établir un continuum du leadership qui permettra de s’assurer que les programmes répondent aux besoins actuels et futurs.

En 2009-2010, l’École de la fonction publique du Canada continuera d’offrir des programmes de perfectionnement en leadership conçus de manière à proposer un perfectionnement professionnel structuré et complet aux fonctionnaires prometteurs. De plus, à la suite d’un projet pilote concluant, l’École de la fonction publique du Canada mettra sur pied iLeadership, à l’intention des personnes au rendement supérieur qui ont un fort potentiel en matière de leadership et qui aspirent à un premier poste en gestion. Avec la mise en œuvre d’iLeadership, une complète consolidation du continuum du leadership sera atteinte, des cadres de premier niveau aux cadres dirigeants.

Pour accomplir ce travail, l’École de la fonction publique du Canada doit continuer à renforcer ses ressources internes avec ses connaissances détaillées de l’appareil gouvernemental et ses partenariats avec des universités pour appuyer la recherche et la conception des programmes.

Renforcement des communautés de leadership

En 2009-2010, l’École de la fonction publique du Canada continuera d’offrir aux leaders des occasions de discuter des enjeux et des priorités d’intérêt commun dans une enceinte sûre, de cultiver leurs réseaux et de partager des pratiques de pointe. L’accent sera mis sur le renforcement de communautés à l’échelle de la fonction publique et la progression du leadership au moyen de partenariats. Des occasions de cultiver ces réseaux seront fournies par des activités comme la Journée de l'apprentissage des chefs d’organismes fédéraux, les séminaires des sous-ministres, les séminaires des SMA et le Forum des SMA.

L’École de la fonction publique du Canada dressera une liste des nouveaux enjeux en matière de gestion, d’éminents conférenciers et des pratiques de pointe. Ces dispositions permettront aux leaders de la fonction publique de se tenir à jour à propos des plus récentes techniques de collaboration et du perfectionnement de compétences en gestion et d’être plus au fait des contraintes et des possibilités associées à la mondialisation. Il sera nécessaire de renforcer les relations avec les partenaires académiques et internationaux afin de faire avancer les connaissances, améliorer la prestation des programmes, faciliter les programmes internationaux et partager des pratiques de pointe.

Points saillants de la planification des activités de programme
Au cours des trois prochaines années, l’École de la fonction publique du Canada travaillera sur ces activités et:
  • poursuivre la consolidation et le renforcement des cours offerts;
  • définir les besoins d’apprentissage par l’élaboration et la documentation des pratiques de pointe et la création de programmes pour combler les écarts;
  • s’assurer d’un solide continuum du perfectionnement du leadership;
  • cibler de nouvelles occasions de perfectionnement du leadership dans un contexte mondial;
  • continuer d’élargir l’accessibilité aux cours offerts en régions; et
  • tirer profit de nouvelles technologies pour favoriser le perfectionnement des compétences en leadership.

Innovation dans la gestion du secteur public

L’École de la fonction publique du Canada améliore le rendement et l’efficacité de la fonction publique en intégrant le perfectionnement individuel des fonctionnaires aux solutions d’apprentissage axées sur l’organisation, la gestion du changement et l’innovation en gestion. De plus, elle documente et fait circuler les innovations et les pratiques de pointe en gestion publique, et offre des conseils et du soutien aux organisations de la fonction publique à propos de l'apprentissage, de la gestion du changement et de l'innovation dans la gestion du secteur public.

Activité de programme : Innovation dans la gestion du secteur public
Ressources humaines (ETP) et dépenses prévues (En milliers de dollars)
2009-2010 2010-2011 2011-2012
ETP Dépenses prévues ETP Dépenses prévues ETP Dépenses prévues
77 11 268 77 11 249 77 10 929
Résultats attendus de l'activité de programme Indicateurs de rendement Objectifs
Les organisations de la fonction publique ont accès à des outils et à des services qui les aident à intégrer l’apprentissage, gérer le changement et innover. L’École de la fonction publique du Canada fera un suivi du nombre d’organisations qui obtiennent des services d’innovation dans la gestion du secteur public. 25 ministères et organismes.
Les organisations de la fonction publique intègrent l’apprentissage, gèrent le changement et innovent en adaptant des pratiques de pointe L’École de la fonction publique du Canada mesurera la satisfaction des organisations de la fonction publique avec les services d’innovation dans la gestion du secteur public de l’École de la fonction publique du Canada. Un taux de satisfaction de 80 %.
aaahttp://www.csps-efpc.gc.ca/pbp/index-fra.asp

Deux initiatives appuient cette activité de programme :

  • Les services d’apprentissage organisationnel
  • Les pratiques de gestion novatrices

Services d'apprentissage organisationnel

Un service axé sur la clientèle est une priorité pour l’École de la fonction publique du Canada. Il est essentiel que les besoins des ministères et des organismes en matière d’apprentissage soient rencontrés et que les fonctionnaires connaissent les programmes et les services de l’École de la fonction publique du Canada. Le partage de pratiques de pointe et de solutions éprouvées dans la fonction publique aide les fonctionnaires à maintenir les compétences et les outils nécessaires à la gestion efficace du changement.

L’engagement de l’École de la fonction publique du Canada à satisfaire aux besoins uniques des ministères et des organismes en matière d’apprentissage a mené à une augmentation de la prestation de cours personnalisés. Elle offre également du soutien tel des activités de promotion auprès de la clientèle, des réunions avec les coordonnateurs de la formation indispensable, des conseils en matière de gestion du changement et des services d'aide à la transition.

En 2009-2010, l’École de la fonction publique du Canada continuera de fournir des conseils et du soutien en matière d’apprentissage aux ministères et aux organismes et les aidera à atteindre des objectifs de renouvellement de la fonction publique. À cette fin, l’École de la fonction publique du Canada offrira des solutions basées sur l’équipe, qui intègrent la recherche sur les innovations en gestion, le perfectionnement individuel et la gestion du changement organisationnel.

Les relations avec la clientèle ministérielle seront améliorées grâce à une collaboration continue avec les Conseils fédéraux régionaux, les ministères et les organismes afin de définir les besoins régionaux et organisationnels en matière d’apprentissage. Cela alimentera le processus d’établissement des priorités de l’École de la fonction publique du Canada et la révision de ses programmes. On cherchera à reconnaître les possibilités de collaboration entre les organisations de manière à multiplier les synergies de l’apprentissage dans la fonction publique.

L’École de la fonction publique du Canada continuera également d’appuyer la gestion du changement et le développement organisationnel en mettant l’accent sur des solutions et des pratiques de pointe normalisées et sur l’emploi de conseillers de la fonction publique qui sont familiers avec des défis et des enjeux précis. Le partenariat avec l’Agence canadienne de développement international sera maintenu afin de continuer de fournir des solutions de développement organisationnel à d’autres pays selon le principe da la récupération des coûts.

Pratiques de gestion novatrices

La complexité et l’évolution rapide de l’environnement actuel, l’accent mis par le renouvellement de la fonction publique sur le recrutement postsecondaire, et des diplômés plus compétents en matière d’administration publique, forcent l’apprentissage dans la fonction publique à demeurer innovateur, réceptif et d’avant-garde.

En leur apportant son soutien en matière d'acquisition et de la diffusion de pratiques de gestion de pointe, l’École de la fonction publique du Canada constitue ainsi une ressource pour les ministères, les organismes et les collectivités. Les défis de gestion majeurs peuvent être abordés en partie par l’intégration des pratiques de pointe à l’apprentissage au sein de l’École de la fonction publique du Canada. Cela exigera la mise en place d’un programme sur les pratiques de pointe liées aux nouveaux défis qui se présentent.

Au cours du prochain exercice financier, l’École de la fonction publique du Canada continuera d’appuyer le développement de communautés de praticiens dans la fonction publique. Elle fera également la promotion des pratiques de pointe qui sont harmonisées avec les activités de renouvellement de la fonction publique, de renouvellement des politiques, de développement des collectivités, ainsi qu’avec celles du programme d’apprentissage de l’École de la fonction publique du Canada. De plus, elle continuera de renforcer ses partenariats avec les universités à l’aide de conférences, de séminaires et d’échanges, consolidera les acquis du programme de leadership, et terminera la mise en œuvre du programme Étudiants contribuant à l'avancement et à l'innovation en recherche (ÉCLAIR). Dans le cadre de l’harmonisation en vertu de l’examen stratégique horizontal, l’École de la fonction publique du Canada procédera à la réduction et à la réorientation de ses efforts en matière d’acquisition et de diffusion des pratiques de pointe, ainsi qu’à ceux accordés au Programme des sous-ministres champions du programme universitaire et au Programme visant les fonctionnaires en résidence.

Points saillants de la planification des activités de programme
Au cours des trois prochaines années, l’École de la fonction publique du Canada travaillera sur ces activités et:
  • continuer de soutenir les besoins stratégiques ministériels en matière de gestion du changement à l’aide d’une analyse continue des tendances et de consultations afin de rester à l’avant-plan de la gestion stratégique du changement;
  • consolider les cours liés aux universités offerts par l'École de la fonction publique du Canada afin de continuer à promouvoir l’innovation et le partage des pratiques de pointe, et de favoriser le recrutement de diplômés universitaires de talent au sein de la fonction publique;
  • déterminer de nouvelles possibilités de partenariat, y compris avec l’Agence canadienne de développement international, en réponse à des besoins internationaux.

Services Internes

Les services internes sont formés de groupes d’activités et de ressources connexes qui sont administrés de façon à répondre aux besoins des programmes et des autres obligations générales d’une organisation. Ces groupes sont : Services de gestion et de surveillance, Services des communications, Services juridiques, Services de gestion des ressources humaines, Services de gestion des finances, Services de gestion de l'information, Services des technologies de l'information, Services de gestion des biens, Services de gestion du matériel, Services de gestion des acquisitions, Services de gestion des voyages et autres services administratifs. Les services internes comprennent uniquement les activités et les ressources qui s’appliquent à l’échelle d’une organisation et non celles fournies uniquement à un programme 3.

Ressources financières
(En milliers de dollars)
  Ressources humaines (ETP)
2009-2010 2010-2011 2011-2012   2009-2010 2010-2011 2011-2012
21 711 19 060 17 726   318 318 318

En 2009-2010, l’École de la fonction publique du Canada continuera d’utiliser des activités promotionnelles et de marketings novateurs et axées sur la clientèle afin de renseigner ses clients sur ses programmes, ses services et ses cours.

La mise en œuvre et le suivi de la nouvelle structure de gouvernance se poursuivront. Cette structure a été officialisée en 2008-2009 afin de rendre la prise de décisions, l’élaboration de politiques, la gestion stratégique et l’intégration plus efficaces au sein de l’École de la fonction publique du Canada. Un soutien continu est accordé au ministre et au conseil d’administration de l’École de la fonction publique du Canada, y compris l’organisation d’au moins deux réunions du conseil d’administration par année.

Des efforts soutenus seront investis afin de renforcer davantage la planification intégrée et l’harmonisation des ressources humaines et financières, des activités opérationnelles et de la gestion des risques avec les objectifs de rendement et l’architecture des activités de programme. Les processus qui soutiennent le Cadre de responsabilisation de gestion et liés au Cadre de mesure du rendement continueront d’être améliorés et communiqués. Les efforts d’amélioration des rapports ministériels, comme le Rapport sur les plans et les priorités et le Rapport ministériel sur le rendement, se poursuivront et les relations avec les analystes du SCT seront davantage renforcées afin de favoriser la tenue de consultations efficaces et en temps opportun.

La mise en œuvre de la version à jour du profil de risque de l'organisation et des plans d’action connexes sera effectuée. Le suivi et l’amélioration de la fonction de vérification interne se poursuivront afin d’en assurer la conformité avec la Politique sur la vérification interne du Conseil du Trésor. Le plan d’évaluation de l’École de la fonction publique du Canada sera également mis à jour en fonction des exigences de la nouvelle Politique d’évaluation du Conseil du Trésor et assurera que les résultats des évaluations contribuent à la prise de décisions en matière de gestion.

La nouvelle version du site intranet lancée en 2008-2009 sera améliorée afin de soutenir le travail des employés à l’aide d'outils et de ressources clés et de renforcer la compréhension du rôle de l’École de la fonction publique du Canada en tant que prestataire de services d’apprentissage de la fonction publique.

L’École de la fonction publique du Canada automatisera son modèle de prévision des coûts de manière à assurer une prévision cohérente des coûts des produits et services, et intégrera mieux le modèle au processus de planification des activités. L’École de la fonction publique du Canada mettra également en place un partenariat de soutien en matière d’hébergement des systèmes financiers avec un autre ministère utilisateur de SAP (système financier), qui offrira une meilleure fonctionnalité du système, des processus simplifiés et de meilleurs rapports qui viendront appuyer la prise de décisions.

Environ un tiers du budget de l’École de la fonction publique du Canada est dépensé par le biais de contrats. Un processus concurrentiel est utilisé pour environ 90 pour cent du volume d’achat monétaire de l’École de la fonction publique du Canada, ou environ 75 pour cent de l’ensemble des marchés. Afin de maintenir le haut niveau d’intégrité du processus d’attribution des marchés, le comité interne d'examen des marchés examinera les marchés pouvant présenter des risques importants en fonction des critères établis et tentera de mieux utiliser les ressources contractuelles pour les priorités élevées.

Il est essentiel que la dotation se fasse en temps opportun afin de répondre à la demande continue d’instructeurs qualifiés, d’animateurs et de spécialistes en la matière. Des pratiques et des outils novateurs de ressources humaines seront mis en place afin d'accélérer la dotation, de maintenir l’effectif en poste et de réduire le fardeau administratif. Des plans d’action seront préparés pour résoudre les enjeux soulevés lors des sondages internes auprès du personnel et du Sondage auprès des fonctionnaires fédéraux. Un suivi du rendement par rapport à ces plans d’action sera également effectué afin de constater les progrès. Le Bureau de l'ombudsman, chargé de fournir le leadership organisationnel et des conseils spécialisés en matière de modes alternatifs de résolution et de gestion informelle des conflits, fera l’objet d’une promotion continue.

La technologie sera mise à profit au cours du prochain exercice financier afin d’améliorer l’infrastructure de l’École de la fonction publique du Canada et sa capacité à s’adapter rapidement au changement. La mise en œuvre du système harmonisé de gestion de l’apprentissage débutera afin de pourvoir l’École de la fonction publique du Canada des fonctionnalités essentielles à son mandat. Le système de gestion des dossiers, des documents et de l'information (SGDDI) sera mis en œuvre, suite à la réussite du projet pilote réalisé en 2008-2009. D’autre part, l'entente sur les Services de technologies de l’information partagés se poursuivra.

Les besoins en matière de locaux pour bureaux et de salles de classe supplémentaires seront gérés au moyen de travaux d’aménagement, d’investissements et de déménagements dans des installations déjà existantes. Des solutions à court terme seront trouvées pour répondre aux besoins immédiats pendant la préparation d’un plan consolidé pour la région de la capitale nationale.

Points saillants de la planification des activités de programme
Au cours des trois prochaines années, l’École de la fonction publique du Canada travaillera sur ces activités et:
  • continuer d'améliorer la gestion ministérielle et les activités de suivi afin de répondre aux priorités gouvernementales tels le renouvellement de la fonction publique et le Cadre de responsabilisation de gestion;
  • appuyer le conseil d’administration, qui se réunit au moins deux fois par année;
  • soutenir le comité de vérification de l’École de la fonction publique du Canada, qui se réunit trois fois par année;
  • continuer de mener des vérifications et des évaluations approuvées afin d’assurer une efficience et une efficacité continues des activités de l’École de la fonction publique du Canada;
  • analyser de manière continue le rendement des cours afin d'améliorer leur conception et leur prestation et de s’assurer qu’ils remplissent leurs objectifs;
  • continuer d’améliorer les programmes de communication et de marketing;
  • développer des plans d’action d’après les résultats des sondages auprès du personnel et du Sondage auprès des fonctionnaires fédéraux, et suivre les progrès;
  • poursuivre les innovations livrées en ressources humaines afin de fournir une fonction de gestion des ressources humaines à valeur ajoutée permettant d’appuyer les programmes et les secteurs d’activités de l’École de la fonction publique du Canada;
  • réviser les politiques internes, les programmes et les cours de l’École de la fonction publique du Canada pour s’assurer qu’ils s’harmonisent avec les mises à jour des politiques du SCT résultant du renouvellement des politiques;
  • appliquer le modèle du dirigeant principal des finances de manière à assurer la conformité avec la Politique sur la gouvernance en matière de gestion financière du SCT;
  • poursuivre la réforme et la restructuration de la gestion des finances, de la gestion de l’information, des technologies de l’information et des pratiques d'acquisition afin d’assurer le maintien de l’intégrité des procédures de l’École de la fonction publique du Canada et la mise en œuvre des outils et systèmes les plus récents;
  • mettre en œuvre le SHGA;
  • mettre en œuvre la nouvelle plateforme SAP (système financier);
  • mettre à jour le Cadre de contrôle interne de l’École de la fonction publique du Canada pour les rapports financiers ministériels et employer un vérificateur externe pour attester de la qualité des contrôles internes et du solde d'ouverture de 2009-2010;
  • continuer le suivi du profil de risques de l'organisation et du plan de continuité des opérations et améliorer leur intégration aux pratiques de planification des activités;
  • élaborer une stratégie à long terme de gestion des locaux dans la région de la capitale nationale et dans toutes les régions du pays (pour les locaux à bureaux et les salles de classe); et
  • continuer de surveiller et d’améliorer le système de gestion des avoirs.


3 Certaines activités actuellement classées dans la catégorie des services internes de l’École de la fonction publique du Canada concernent le marketing des programmes et des services d’apprentissage et les systèmes d'inscription et de rapports sur les apprenants. Étant donné que ces fonctions n’appartiennent qu’au soutien des programmes, elles seront alignées avec les activités opérationnelles des programmes en 2009-2010 afin de mieux se conformer à l’orientation du SCT en matière de services internes.