Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

ARCHIVÉ - Service correctionnel du Canada - Rapport


Avertissement Cette page a été archivée.

Information archivée dans le Web

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n’a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s’appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette information dans tout autre format de rechange à la page « Contactez-nous ».

Section 2 : Analyse des activités de programme par résultat stratégique

L’unique résultat stratégique du Service est lié à quatre activités de programme connexes et harmonisées : garde, interventions correctionnelles, surveillance dans la collectivité et services internes. L’efficacité et l’efficience du SCC dans la gestion de ces domaines constituent la base des résultats en matière de sécurité publique.

2.1 Garde

L’activité de programme Garde signale l’importance de veiller à ce que les délinquants soient détenus de manière raisonnable, sûre, sécuritaire et humaine pendant qu’ils purgent leur peine. Bon nombre des besoins quotidiens des détenus ont trait à des éléments essentiels comme l’alimentation, les vêtements, les services de santé mentale et les soins de santé. L’activité comprend également des mesures de sécurité dans les établissements, y compris la lutte contre le trafic de drogues et les mesures de contrôle appropriées pour prévenir les incidents.

Résultat stratégique
La garde, les interventions correctionnelles et la surveillance des délinquants dans la collectivité et dans les établissements contribuent à la sécurité publique
Activités de programmes
Garde Interventions correctionnelles Surveillance dans la collectivité Services internes

 

2.1.1 Résumé du rendement et analyse de l’activité de programme10


Ressources financières pour 2010-2011 (en millions de dollars)
Dépenses prévues Autorisations Dépenses réelles
1 687,4 1 724,2 1 478,5


Ressources humaines pour 2010-2011 (ETP)
Ressources prévues Ressources réelles Différence
9 423 10 452 1 029

Résultat attendu

Les délinquants dans les établissements font l’objet d’une garde raisonnable, sûre, sécuritaire et humaine.

Résultat

Le SCC a atteint en partie les cibles fixées par rapport à l’activité de programme.

  Indicateurs de rendement Cibles État des résultats Type de données11 2008-2009 2009-2010 2010-2011
Évasions d’établissements fédéraux Taux d’évasion des établissements fédéraux12 Réduction sur cinq ans Le taux général d’évasion a diminué APD 0,18 0,24 0,13
Décès de délinquants attribuables à des causes non naturelles Taux de décès des délinquants attribuables à des causes non naturelles13 Réduction sur cinq ans Le taux de décès de délinquants attribuables à des causes non naturelles a légèrement augmenté APD 0,14 0,14 0,15
Taux de comportements violents par les délinquants Employés agressés par des détenus14 Réduction sur cinq ans Le taux d’employés agressés par des détenus a diminué. APD 2,00 2,07 1,92
  Détenus agressés par des détenus15 Réduction sur cinq ans Le taux de détenus agressés par d’autres détenus a augmenté légèrement. APD 4,22 4,25 4,96
  Employés blessés par des détenus16 Réduction sur cinq ans Le taux d’employés blessés par des détenus a légèrement fluctué, mais a diminué. APD 0,39 0,32 0,35
  Détenus blessés par des détenus17 Réduction sur cinq ans Le taux de détenus blessés par d’autres détenus a augmenté. APD 3,86 3,72 4,65
Disponibilité des drogues dans les établissements Saisies liées à la drogue18 Réduction sur cinq ans Le taux de saisies liées à la drogue a augmenté APD 10,56 13,71 15,37
  Résultats positifs aux analyses d’urine aléatoires19 Réduction sur cinq ans Le taux de résultats positifs aux analyses d’urine aléatoires a augmenté légèrement. % 7,16 7,36 7,43
  Analyses d’urine aléatoires refusées20 Réduction sur cinq ans Le taux de refus relatifs aux analyses d’urine a diminué. % 10,47 8,61 8,01
Délinquants dont les besoins en santé mentale sont confirmés, qui sont mis en liberté conditionnelle au moment où ils y sont admissibles21 Pourcentage de délinquants dont les besoins en santé mentale sont confirmés, qui sont mis en liberté conditionnelle au moment où ils y sont admissibles Réduction sur cinq ans Nombre de délinquants qui se voient refuser la mise en liberté sous condition au moment où ils sont admissibles en raison de problèmes de santé mentale qui n’ont pas été traités. % 38,7 % (431 sur 1 114) des délinquants ayant des besoins en santé mentale22 qui ont été mis en liberté ont bénéficié d’une semi-liberté ou d’une libération conditionnelle totale.

Les délinquants admis dans les établissements du SCC ont de plus en plus d’antécédents de violence, de condamnations antérieures durant la jeunesse ou à l’âge adulte et d’affiliations à des gangs et à des organisations criminelles et sont de plus en plus souvent atteints de maladies infectieuses et de problèmes de santé mentale, et les Autochtones sont toujours surreprésentés. Tous ces enjeux peuvent avoir des répercussions sur les résultats liés à la garde mais, malgré les nombreuses difficultés, il y a eu plusieurs réussites opérationnelles notables liées à l’activité de programme « Garde », notamment 

  • Pour appuyer sa Stratégie de gestion de la population, le SCC a créé le Comité national de gestion de la population et des comités régionaux de gestion de la population pour les établissements et les collectivités, qui ciblent les éléments suivants :
    • Contrôle des éléments qui ont une incidence sur la gestion de la population chaque trimestre;
    • Élaboration de stratégies ciblant la gestion des gangs, les délinquants radicalisés, les délinquantes et la répression des drogues et tenue de consultations intergouvernementales.
  • On a amélioré les processus de repérage des membres de gangs, et on a déterminé plus précisément les niveaux d’affiliation.
  • Le SCC a continué de mettre en œuvre des initiatives pour accroître sa capacité d’intervention et prévenir les décès évitables des délinquants sous garde en prenant les mesures suivantes :
    • rencontres annuelles avec les bureaux provinciaux et territoriaux des coroners en chef et des médecins légistes pour explorer les moyens d’améliorer les stratégies du SCC visant à prévenir les décès en établissement et en discuter;
    • mise en place de lignes directrices pour l’utilisation des défibrillateurs externes automatisés dans les établissements fédéraux, et diffusion d’un bulletin de sécurité intitulé Vulnérabilités des infrastructures (points d’attache et prévention du suicide);
    • en mars 2011, on a mis à jour une stratégie nationale et un plan d’action pour répondre aux besoins des délinquants qui s’automutilent;
    • un processus amélioré de dépistage des troubles de santé mentale à l’évaluation initiale a permis de repérer les délinquants ayant des troubles de santé mentale dès le début de leur peine, de façon à ce qu’ils puissent rapidement être aiguillés vers des services en santé mentale. Pendant l’exercice 2010 2011, environ 2 550 délinquants ayant fait l’objet d’un mandat de dépôt ont fait l’objet d’un examen à l’évaluation initiale, et ce, en temps opportun, soit dans les 14 jours suivant l’admission, pour déterminer s’ils présentaient des symptômes qui pourraient être des indicateurs de troubles de santé mentale. Environ1 300 délinquants ont fait l’objet d’un examen en dehors de ces délais, pour un total de 3 850 délinquants. Au total, approximativement 73 pour cent de tous les nouveaux délinquants ayant fait l’objet d’un mandat de dépôt ont été examinés pendant l’exercice 2010 2011;
    • pour sensibiliser davantage le personnel, on a offert des séances de formation de base sur la santé mentale.

Le SCC a également continué de renforcer la capacité de formation de l’effectif en prenant un certain nombre de mesures :

  • Un module de formation concernant la sécurité active a été intégré au Programme de formation correctionnelle, qui a aussi été amélioré pour assurer la sécurité du personnel, la transition relative aux armes à feu, la gestion des urgences dans les établissements, l’interception et la répression des drogues et la gestion des risques associés au profil diversifié et complexe des délinquants;
  • On a commencé la formation de sensibilisation aux gangs, et on a commencé à élaborer la formation de gestion des gangs;
  • La Formation de recyclage sur la sécurité personnelle a été mise à jour de façon à ce qu’un nouveau module puisse être utilisé pour la formation en région.

Un certain nombre d’employés du SCC a assisté à un atelier sur l’évaluation des risques que présentent les délinquants radicalisés. Il s’agit d’une mesure visant à améliorer la compréhension des employés et leur capacité d’évaluer les délinquants radicalisés et de les gérer. En outre, le SCC a aussi mené une étude dans ce domaine dans le but d’en arriver à une meilleure compréhension des délinquants radicalisés.

Pour aborder le problème des drogues dans les établissements, le SCC a pris des mesures, notamment les suivantes :

  • La mise en œuvre de la Stratégie antidrogue, qui est une composante de la Stratégie de gestion de la population. La Stratégie antidrogue vise à réduire l’introduction et l’usage de drogues illicites dans les pénitenciers fédéraux ainsi que dans la collectivité et se concentre sur la prévention, le traitement et l’intervention ainsi que l’application de la loi;
  • Le SCC a un Groupe de travail sur la lutte contre la drogue qui travaille pour s’assurer d’avoir une approche cohérente et intégrée à l’échelle nationale afin de contrôler et de gérer les drogues illicites;
  • Le Programme des équipes canines de détection de drogues est une composante clé du modèle qui est mis en œuvre pour sécuriser les entrées principales et les périmètres des établissements du SCC. En tout, 15 équipes (nouvelles et de remplacement) ont été embauchées et formées, et le SCC compte maintenant 86 postes avec 75 équipes sur place, en plus de trois équipes de formation. Des chiens détecteurs de drogue ont participé à 144 des 2 086 saisies liées à la drogue, ce qui représente 6,9 pour cent des saisies liées à la drogue illicite effectuées au SCC;
  • Il y a eu 33 saisies de drogues de plus auprès des visiteurs, comparativement à l’exercice précédent (101 comparativement à 68)23;
  • Le renseignement de sécurité a contribué à 186 saisies de drogues sur 2 086 (8,9 pour cent);
  • Pour renforcer la sécurité dans la collectivité, des centres correctionnels communautaires ont conclu des ententes avec des établissements à proximité pour permettre aux chiens détecteurs de drogue de fouiller régulièrement les centres correctionnels communautaires;
  • Les produits de communication de la Stratégie antidrogue contribuent à mettre l’accent sur l’importance d’éliminer les drogues. Pendant la période visée par le présent rapport, le site Web du SCC a fait l’objet d’un total de 10 315 requêtes, le dépliant en anglais ayant fait l’objet de 4 533 requêtes, et le dépliant en français ayant été consulté 1 190 fois. La vidéo en anglais a été vue 3 338 fois, et la vidéo en français a fait l’objet de 1 246 requêtes.

Le SCC mène des enquêtes sur les incidents, notamment sur le décès de délinquants ou les cas de blessures corporelles graves et sur toute affaire liée aux opérations du SCC. Pendant l’exercice 2010‑2011, le SCC a mené 143 enquêtes nationales.

Un Cadre de responsabilisation à l’égard des décès sous garde a été créé, et des indicateurs de rendement clés sont en cours d’analyse afin d’étayer la prise de décisions.

2.1.2 Leçons retenues

Les conclusions des enquêtes sur les incidents sont régulièrement diffusées au sein du SCC dans le but de favoriser un environnement d’apprentissage et de contribuer à en tirer des leçons, et le SCC améliore sa capacité d’enquêter sur des incidents afin de tirer profit de la technologie actuelle pour maximiser les possibilités d’apprentissage à partir des conclusions de ces enquêtes.

Le SCC a commencé un examen des méthodes de prévention et d’intervention concernant les décès en établissement, qui a pour objectif de fournir une assurance modérée que le SCC a donné suite aux principaux engagements liés aux risques élevés concernant les décès sous garde.

Le Service mène des études nationales sur l’automutilation chez les délinquants et les délinquantes, études qui fourniront de l’information sur la nature des comportements et ce qui les motive. Les études serviront aussi à fournir des renseignements concernant la santé mentale et les antécédents personnels et criminels des délinquants.

Des améliorations de la prestation de services en santé mentale, notamment le Système informatisé de dépistage des troubles mentaux à l’évaluation initiale, ont accru la capacité du Service de cerner les délinquants ayant des besoins importants en santé mentale, notamment ceux qui sont à risque de commettre un suicide, plus tôt pendant leur peine et de leur offrir un traitement.

Il y a un certain nombre de variables qui ont des répercussions sur les incidents violents observés dans les établissements du SCC, à savoir les types de délinquants admis, qui ont de plus en plus d’antécédents de violence, de condamnations antérieures pour des activités criminelles et d’affiliations avec des gangs et des organisations criminelles. Les activités de gang présentent une grave menace pour la sécurité, l’efficience et l’efficacité de la gestion des unités opérationnelles du SCC et la prestation de soutien aux délinquants admissibles qui tentent de retourner en toute sécurité dans la collectivité. Il faut anticiper les augmentations dans la population carcérale et prévoir les moyens de réagir aux incidents de comportements violents et de les empêcher de prendre de l’ampleur. On porte une attention particulière à l’amélioration de la sécurité active, d’une part, et à la réduction des effets des actes violents par des interventions et de l’équipement de protection et d’intervention supplémentaires, d’autre part.

2.2 Interventions correctionnelles

L’activité de programme, qui est liée aux initiatives du SCC dans les établissements et dans la collectivité, fait ressortir l’importance de modifier de façon positive le comportement et d’assurer une réinsertion réussie et en toute sécurité des délinquants dans les collectivités du Canada. Cette activité de programme vise à répondre aux besoins des délinquants dans un certain nombre d’aspects de leur vie qui sont associés à leur comportement criminel.

Résultat stratégique
La garde, les interventions correctionnelles et la surveillance des délinquants dans la collectivité et dans les établissements contribuent à la sécurité publique
Activités de programmes
Garde Interventions correctionnelles Surveillance dans la collectivité Services internes

2.2.1 Résumé du rendement et analyse de l’activité de programme 24


Ressources financières pour 2010-2011 (en millions de dollars)
Dépenses prévues Autorisations Dépenses réelles
436,0 456,8 410,1


Ressources humaines pour 2009-2010 (ETP)
Ressources prévues Ressources réelles Différence
4 172 4 365 193

Résultats attendus

Les interventions correctionnelles tiennent compte des risques et des besoins de chaque délinquant et contribuent à la réadaptation et à la réinsertion réussies des délinquants.

Résultat

Le SCC a atteint toutes les cibles fixées par rapport à l’activité de programme.

  Indicateurs de rendement Cibles État des résultats Type de données 2008-
2009
2009-
2010
2010-
2011
Participation aux interventions correctionnelles Nombre de participations aux interventions correctionnelles cernées dans les plans correctionnels25 Augmentation sur cinq ans Le nombre d’inscriptions à des programmes correctionnels reconnus à l’échelle nationale a augmenté. Nbre 6 227 6 516 8 191
  Nombre d’interventions correctionnelles figurant dans les plans correctionnels qui ont été réalisées26 Augmentation sur cinq ans Le nombre de délinquants qui terminent des programmes correctionnels a augmenté. Nbre 4 710 5 196 6 651
Mises en liberté discrétionnaires Pourcentage des délinquants qui ont droit à une mise en liberté discrétionnaire au moment où ils sont admissibles27 Augmentation sur cinq ans Le pourcentage de délinquants bénéficiant d’une mise en liberté discrétionnaire a augmenté. % 43,10 43,75 43,54
Réincarcérations après la mise en liberté en raison d’une nouvelle condamnation pour une infraction avec violence (2 ans) Pourcentage des délinquants réincarcérés après leur mise en liberté en raison d’une nouvelle condamnation pour une infraction avec violence (dans les deux ans suivant l’expiration du mandat)28 Réduction sur cinq ans Le pourcentage de délinquants réincarcérés dans les deux ans suivant l’expiration de leur mandat en raison d’une nouvelle condamnation pour une infraction avec violence a diminué. % 4,68% (2006-2007) à 4,43% (2008-2009).
Réincarcérations après la mise en liberté en raison d’une nouvelle condamnation pour une infraction avec violence (5 ans) Pourcentage des délinquants réincarcérés après leur mise en liberté en raison d’une nouvelle condamnation pour une infraction avec violence (dans les cinq ans suivant l’expiration du mandat)29 Réduction sur cinq ans Le pourcentage de délinquants réincarcérés dans les cinq ans suivant l’expiration de leur mandat en raison d’une nouvelle condamnation pour une infraction avec violence a diminué. % 9,51% (2003-2004) à 9,40% (2005-2006).
Réincarcérations après la mise en liberté en raison d’une nouvelle condamnation pour une infraction (2 ans) Pourcentage des délinquants réincarcérés après leur mise en liberté en raison d’une nouvelle condamnation30 Réduction sur cinq ans Le pourcentage de délinquants réincarcérés dans les deux ans suivant l’expiration de leur mandat en raison d’une nouvelle condamnation pour une infraction a diminué. % 11,20% (2006-2007) à 10,31% in (2008-2009).
Réincarcérations après la mise en liberté en raison d’une nouvelle condamnation pour une infraction (5 ans) Pourcentage des délinquants réincarcérés après leur mise en liberté en raison d’une nouvelle condamnation31 Réduction sur cinq ans Le pourcentage de délinquants réincarcérés dans les cinq ans suivant l’expiration de leur mandat en raison d’une nouvelle condamnation pour une infraction a augmenté. % 21,32% (2003-2004) à 21,81% (2005-2006).

Le SCC continue à avoir de la difficulté à offrir de façon efficace et efficiente des programmes correctionnels à des délinquants qui sont de plus en plus nombreux à présenter des déficits liés à l’éducation et à l’apprentissage de même que des troubles de santé mentale, à s’être vu imposer des peines plus courtes et à être classés à un niveau de sécurité élevé.

Un certain nombre de nouvelles initiatives ont été lancées afin d’accroître l’efficacité opérationnelle et la capacité d’intervenir efficacement auprès des populations de délinquants.

  • Le Modèle de programme correctionnel intégré s’appuie sur une nouvelle approche qui permettra au SCC d’offrir les bons programmes aux bons délinquants, au bon moment pendant leur peine, tout en continuant de répondre aux besoins précis des délinquants liés à leur comportement criminel. Le Modèle de programme correctionnel intégré compte trois volets distincts pour les délinquants : le Programme multicibles, le Programme adapté pour les Autochtones, et le Programme pour les délinquants sexuels. Pendant la période visée par le présent rapport, le modèle a été mis à l’essai dans la région du Pacifique. En tout, 1 257 participants ont suivi le Modèle de programme correctionnel intégré en établissement pendant les trois premiers trimestres de 2010‑2011, par rapport à 497 délinquants qui ont suivi les Programmes correctionnels nationaux32 pendant la même période en 2009‑2010;
  • Un Cadre communautaire pour les délinquantes révisé a été mis en œuvre et vise principalement l’intégration des efforts correctionnels en établissement et dans la collectivité. L’un des thèmes centraux du cadre est la communication et l’intégration des efforts des équipes de gestion de cas dans les établissements et dans la collectivité.

La capacité de procéder à des interventions correctionnelles efficaces en temps opportun auprès des délinquants violents a été améliorée grâce à une augmentation de 22 pour cent des inscriptions aux programmes, par rapport à 2009-2010, et un taux de réussite de 82 pour cent33.

Le SCC a mis en œuvre le Cadre de responsabilisation des services correctionnels pour Autochtones afin de mieux contrôler et mesurer la capacité de l’organisation d’aborder les besoins uniques et les risques associés aux délinquants autochtones et de renforcer cette capacité. Le SCC a continué d’élaborer et de mettre en œuvre des programmes adaptés à la culture et conçus pour aborder les besoins uniques des délinquants autochtones.

On a renforcé la capacité en matière de programmes grâce à l’embauche de 48 agents de programmes correctionnels pour Autochtones, et l’augmentation du nombre d’inscriptions aux programmes, le recrutement d’intervenants, de gestionnaires et d’Aînés autochtones. Il y a eu une augmentation globale de 69,9 pour cent du nombre d’inscriptions de délinquants autochtones à des programmes adaptés pour les Autochtones par rapport à l’exercice précédent.

Inscriptions de délinquants autochtones à des programmes correctionnels adaptés pour les Autochtones 34
Les données correspondent au nombre total de délinquants autochtones inscrits à des programmes correctionnels adaptés pour les Autochtones reconnus partout au pays au sein des établissements fédéraux.
  2009-2010 2010-2011 Écart (en %)
Premières nations 435 737 69,4
Inuits 30 51 70,0
Métis 97 167 72,2
Total 562 955 69,9

Le SCC a également commencé la mise à l’essai du Modèle de programme correctionnel intégré pour les Autochtones destiné aux délinquants autochtones de sexe masculin dans tous les établissements et dans tous les centres communautaires des régions du Pacifique et de l’Atlantique. Les résultats préliminaires indiquent que :

  • les délinquants inscrits à ce nouveau modèle de programme attendent moins longtemps avant de participer à leur premier programme et sont plus nombreux à terminer leurs programmes;
  • les délinquants autochtones ont eu accès à leur premier programme plus tôt que leurs homologues non autochtones pendant les exercices 2009‑2010 et 2010‑2011;
  • en tout, 58,3 pour cent des délinquants autochtones ont eu accès à leur premier programme dans les six mois qui ont suivi leur admission, une amélioration de 5,1 pour cent par rapport à l’exercice précédent;
  • le nombre de délinquants autochtones qui terminent tous les programmes correctionnels des établissements fédéraux a augmenté de 47,9 pour cent (de 1 352 en 2009‑2010 à 1 999 en 2010‑2011).

Le taux de réussite de tous les programmes correctionnels dans les établissements fédéraux par des délinquants autochtones a augmenté de 1,9 pour cent, passant de 79,5 pour cent à 81,4 pour cent. Pendant la période visée par le présent rapport, on a aussi entrepris de nouvelles Initiatives relatives aux Sentiers autochtones, et l’amélioration des unités de guérison et d’intervention permettra d’offrir aux délinquants autochtones des possibilités de mieux se préparer à la transition vers des environnements de niveau de sécurité moins élevé qui offrent un meilleur potentiel de mise en liberté et de libération conditionnelle réussies.

La préparation des délinquants à la mise en liberté a été un domaine clé d’intérêt, avec de nombreuses réalisations pendant la période visée par le présent rapport :

  • Le SCC a continué de mettre l’accent sur l’amélioration de la gestion des cas en facilitant l’établissement de nouvelles politiques;
  • La formation pour l’acquisition de compétences professionnelles, les initiatives de formation professionnelle et les possibilités d’emploi dans la collectivité ont toutes été améliorées;
  • Les délinquants se voient toujours attribuer du travail dans les établissements par CORCAN, et ils continuent d’obtenir des certificats de formation professionnelle et des placements dans la collectivité avec l’aide de coordonnateurs de l’emploi dans la collectivité;
  • Dans le cadre du Programme de forums communautaires, sept séances qui portaient principalement sur l’emploi et l’employabilité des délinquants ont été données d’un bout à l’autre du Canada;
  • Le nombre d’inscriptions aux programmes d’éducation a augmenté de 1,35 pour cent, et le taux de réussite a augmenté de 1,07 pour cent;
  • Le SCC a fourni du financement et exercé un leadership en vue de l’élaboration des modules de la Stratégie de ressources pour les condamnés à perpétuité; le soutien des pairs et la responsabilité des délinquants sont au cœur de l’approche globale. Des modules de formation précis élaborés pour la trousse de formation relative à la Stratégie de ressources pour les condamnés à perpétuité contribuent à la responsabilité des délinquants en orientant et en encadrant les condamnés à perpétuité au cours des diverses étapes de leur peine.

Pour mettre en œuvre des stratégies et des programmes adaptés au sexe et destinés aux délinquantes, le SCC a mis sur pied le Continuum de soins pour les délinquantes et le cercle de soins pour les délinquantes autochtones. Le manuel du Programme pour délinquantes sexuelles est prêt et sera lancé à l’automne 2011. Le Programme de prévention de la violence pour délinquantes se poursuit dans cinq établissements et sera incorporé aux programmes d’intensité élevée destinés à toutes les délinquantes. Le Programme d’intervention pour délinquantes toxicomanes a été éliminé progressivement pendant la période visée par le présent rapport, à mesure que le programme modernisé (continuum de soins) était mis en œuvre. Un outil de réévaluation de la cote de sécurité sexospécifique est utilisé.

Pour renforcer la prestation de services aux délinquants issus d’une minorité ethnoculturelle, le Service a souligné divers événements ethnoculturels au cours de l’exercice, notamment en parrainant un éventail d’activités culturelles. Un certain nombre de délinquants appartenant à une minorité ethnoculturelle ont assisté à des séances d’information sur la planification de leur mise en liberté. Des livres et des dépliants sur l’employabilité ont été rédigés et publiés dans diverses langues pour les besoins de divers groupes culturels. Le nombre de bénévoles provenant de diverses communautés culturelles a également augmenté.

L’évaluation et la détermination des risques et des besoins des délinquants appartenant à une minorité ethnoculturelle ont également été prises en considération dans l’amélioration du Processus d’évaluation initiale des délinquants. En outre, un Portail ethnoculturel a été activé à l’été 2010 afin de permettre au personnel dans les établissements d’acquérir des compétences concrètes, de façon à faciliter les interventions auprès de ce groupe de délinquants diversifié sur le plan culturel. Le SCC a également mis à l’essai diverses composantes d’une trousse de formation sur la Gestion des conflits interculturels qui vise à sensibiliser le personnel et à améliorer sa compréhension afin de favoriser des interventions appropriées et efficaces en cas de conflits.

2.2.2 Leçons retenues

Pour répondre de manière efficace aux besoins des délinquants, il est très important d’assurer un continuum de soins, et cela est possible grâce à une relation de travail solide entre le personnel dans les établissements et celui dans la collectivité. La possibilité de procéder à la mise en liberté sécuritaire, et ce, le plus tôt possible au cours de la peine dépend des relations efficaces entre le personnel dans les établissements et dans la collectivité, d’une part, et de la participation d’intervenants et de partenaires, d’autre part.

À l’échelle internationale, on reconnaît et soutient de plus en plus l’élaboration et la mise en œuvre de programmes adaptés en fonction du sexe. Le SCC a continué de fournir aux femmes des programmes qui sont structurés en fonction des besoins uniques des femmes de même que des différences ethniques, culturelles, spirituelles et linguistiques.

2.3 Surveillance dans la collectivité

Cette activité de programme montre l’importance des efforts du SCC pour garantir que les délinquants admissibles seront intégrés de façon sécuritaire dans les collectivités grâce à une solide gestion de l’infrastructure correctionnelle dans la collectivité, à des services de logement et de santé, au besoin, ainsi qu’à une surveillance pour la durée de la peine du délinquant. Le résultat attendu à l’égard de cette activité de programme est que les délinquants demeurent dans la collectivité en tant que citoyens respectueux de la loi.

Résultat stratégique
La garde, les interventions correctionnelles et la surveillance des délinquants dans la collectivité et dans les établissements contribuent à la sécurité publique
Activités de programmes
Garde Interventions correctionnelles Surveillance dans la collectivité Services internes

2.3.1 Résumé du rendement et analyse de l’activité de programme35



Ressources financières 2010-2011 (en millions de dollars)
Dépenses prévues Autorisations totales Dépenses réelles
123,9 134,6 102,7


Ressources humaines (2010-2011) (ETP)
Ressources prévues Ressources réelles Différence
174 201 27

Résultat attendu

Une surveillance structurée et positive des délinquants durant le processus de réinsertion graduelle contribue à la réadaptation et à la réinsertion des délinquants, ainsi qu’à la sécurité publique.

Résultat

Le SCC a atteint toutes les cibles fixées pour l’activité de programme Surveillance dans la collectivité.

  Indicateurs de rendement Cibles État des résultats Type de données36 2008-2009 2009-2010 2010-2011
Délinquants sous surveillance dans la collectivité qui font l’objet d’une suspension Taux de délinquants sous surveillance dans la collectivité qui font l’objet d’une suspension37 Réduction sur cinq ans Le taux de délinquants sous surveillance dans la collectivité qui ont fait l’objet d’une ou de plusieurs suspensions de leur libération conditionnelle a diminué. APD 72,97 69,96 65,22

 

  Indicateurs de rendement Cibles État des résultats Type de données 2008-2009 2009-201038
Délinquants sous surveillance dans la collectivité qui sont de nouveau condamnés Taux de délinquants sous surveillance dans la collectivité qui sont de nouveau condamnés39 Réduction sur cinq ans Le taux de délinquants sous surveillance dans la collectivité qui ont été condamnés de nouveau a diminué. APD 12,60 11,75
  Taux de délinquants sous surveillance dans la collectivité qui sont de nouveau condamnés pour une infraction non violente40 Réduction sur cinq ans Le taux de délinquants sous surveillance dans la collectivité qui ont été condamnés de nouveau pour une infraction non violente a diminué. APD 10,45 9,82
  Taux de délinquants sous surveillance dans la collectivité qui sont de nouveau condamnés pour une infraction violente41 Réduction sur cinq ans Le taux de délinquants sous surveillance dans la collectivité qui ont été condamnés de nouveau pour une infraction violente a diminué. APD 2,15 1,93

Le SCC a continué de se concentrer sur l’intégration des efforts correctionnels associés aux activités de surveillance dans la collectivité. Tout au long de l’exercice, le SCC a réalisé ce qui suit :

  • Les districts ont mis en œuvre un éventail d’initiatives et d’activités pour gérer les délinquants présentant un risque élevé, notamment les équipes/unités de surveillance intensive, les activités d’accompagnement, les unités de préparation pour les cas spécialisés et l’utilisation des centres d’établissement de rapports.
  • La formation en direct sur l’ordonnance de surveillance de longue durée a été améliorée et sera lancée au moment de l’adoption de la politique révisée de gestion des cas dans la collectivité.
  • Les employés des services de santé mentale dans la collectivité ont participé à des activités de renforcement de la capacité communautaire comme la promotion de la mise en place de nouveaux services et l’amélioration des programmes sociaux et des services de santé en encourageant les collectivités et les organismes à lutter contre les problèmes sociaux importants par la sensibilisation dans la collectivité.
  • Pendant l’exercice 2010‑2011, les employés du SCC ont communiqué avec plus de 2 000 partenaires, intervenants et organismes communautaires.
  • Les programmes de maintien des acquis des délinquants dans la collectivité ont été améliorés, ce qui a permis une augmentation de 31 pour cent du nombre d’inscriptions aux programmes par rapport à 2009‑2010.
  • Environ 3 150 délinquants ont reçu des services en santé mentale dans la collectivité — 19 pour cent étaient des Autochtones et 10 pour cent étaient des femmes.
  • Le SCC a continué de renforcer ses partenariats avec les collectivités associées aux groupes des Premières nations, des Métis et des Inuits au moyen d’initiatives de liaison et de réunions de la Fédération canadienne des municipalités, ainsi qu’en collaborant à l’évaluation de propositions présentées au Fonds du Programme de liaison avec la collectivité, et pour les questions qui touchent les Services aux victimes.
  • Au cours de l’exercice 2010‑2011, 120 délinquants ont participé au Projet pilote de surveillance électronique dans la région de l’Ontario. Pendant la même période, 64 délinquants ont terminé le Programme de surveillance électronique faisant l’objet du projet pilote.
  • Dans le cadre des Normes nationales de formation, des séances de formation sur la Sécurité personnelle dans la collectivité ont été données.
  • Le SCC a fait de la sensibilisation dans la collectivité et a participé en établissant des partenariats avec des organisations sans but lucratif de tout le pays qui travaillent en collaboration au sein des collectivités pour sensibiliser la population et construire un réseau de soutien pour les délinquants en réinsertion dans la collectivité.
  • Une Stratégie des services correctionnels communautaires pour les délinquantes reconnaissant les services résidentiels comme étant un élément clé de la réinsertion sociale a été mise en œuvre.
  • La capacité de logement de femmes dans la collectivité a augmenté dans deux importants centres urbains avec l’ajout de places qui a fait l’objet d’un contrat dans un établissement résidentiel communautaire de Toronto et la création de trois appartements supervisés à Calgary. Le SCC a également lancé un projet pilote avec un organisme afin de trouver cinq placements dans une maison privée dans le sud de l’Ontario.
  • Le SCC a continué de créer des partenariats solides avec des partenaires du système de justice pénale et des organismes d’application de la loi afin de continuer à améliorer la sécurité dans la collectivité et la gestion des cas des délinquants.
  • Les ressources communautaires ont été améliorées grâce à des mesures comme les initiatives d’emploi, le renseignement de sécurité et la dotation de onze postes d’agents du renseignement de sécurité dans la collectivité.
  • Pendant la période visée par le présent rapport, le SCC a élaboré des plans afin de prendre davantage de mesures et d’intervenir plus souvent pour gérer les délinquants présentant un risque élevé qui vivent dans un établissement résidentiel communautaire. La mise en œuvre de ces mesures est en cours.
  • La Stratégie de logement du SCC mise sur les résultats de la participation des intervenants à la Stratégie des services correctionnels communautaires pendant l’exercice 2010‑2011.
  • Le SCC a aussi contribué à l’élaboration de la formation relative au Programme de perfectionnement continu des agents de libération conditionnelle, qui concerne la préparation des cas de demandes de libération conditionnelle.
  • Le SCC a créé une solution de surveillance et de production de rapports pour les membres du personnel qui travaillent dans la collectivité et les agents du Centre national de surveillance, afin d’accroître la sécurité dans les collectivités.
  • Le SCC a continué d’aider à l’élaboration et à la mise en œuvre de plans de consultation relatifs à l’établissement et au déplacement de bureaux de libération conditionnelle. La participation efficace d’intervenants et d’organisations partenaires a renforcé la capacité du SCC de tenir compte de l’expertise, des préoccupations et des propositions de solutions des intervenants dans le processus décisionnel.
  • Le Comité consultatif sur la sécurité du personnel travaillant dans la collectivité a continué d’aborder les domaines prioritaires en lien avec la sécurité des employés.

2.3.2 Leçons retenues

De nombreux délinquants retourneront dans la collectivité selon l’un des types de mise en liberté. Les efforts déployés dans le domaine de la surveillance dans la collectivité ont clairement eu des répercussions positives, comme le montre la diminution du nombre de suspensions et de nouvelles déclarations de culpabilité des délinquants sous surveillance dans la collectivité.

En 2010‑2011, le SCC a obtenu des ressources supplémentaires pour que davantage de mesures puissent être prises et pour accroître le nombre d’interventions visant à gérer les délinquants présentant un risque élevé qui vivent dans des établissements résidentiels communautaires. La mise en œuvre de ces mesures commencera en 2011‑2012 et augmentera pendant les deux prochaines années. Le SCC continue de collaborer avec ses partenaires pour que les meilleures stratégies et un soutien optimal soient en place pour une réinsertion sociale réussie. Le SCC a notamment rencontré des représentants de l’Association régionale des maisons de transition pour renforcer la relation de travail.

En 2010‑2011, le financement de l’Initiative sur la santé mentale dans la collectivité a été renouvelé pour cinq ans (2010 à 2015). Une évaluation récente a démontré que l’Initiative sur la santé mentale dans la collectivité a amélioré de façon importante la capacité du SCC de répondre aux besoins en santé mentale des délinquants en réduisant de 34 pour cent et 59 pour cent, respectivement, le risque de suspension et de révocation pour les délinquants qui reçoivent des services en santé mentale dans la collectivité, par rapport à un groupe témoin. Avec un meilleur accès à des services en santé mentale, l’Initiative sur la santé mentale dans la collectivité a permis d’améliorer la sécurité publique, tout en faisant la promotion des principes de la responsabilité des délinquants, de la continuité des soins et des partenariats communautaires.

Les réponses et réactions futures du SCC au document intitulé Examen des établissements résidentiels communautaires seront intégrées à une Stratégie de logement dans la collectivité et au plan d’action subséquent qui devraient être achevés en 2011. La Stratégie de logement dans la collectivité s’appuie sur les résultats de la participation des intervenants entre septembre 2010 et avril 2011 relativement à la Stratégie des services correctionnels communautaires.

2.4 Services internes

L’activité de programme comprend les services organisationnels et administratifs qui soutiennent la prestation efficace et efficiente d’activités et de programmes opérationnels dans l’ensemble de l’organisation, et contribue concrètement aux initiatives horizontales et/ou pangouvernementales.

Résultat stratégique
La garde, les interventions correctionnelles et la surveillance des délinquants dans la collectivité et dans les établissements contribuent à la sécurité publique
Activités de programmes
Garde Interventions correctionnelles Surveillance dans la collectivité Services internes

2.4.1 Résumé du rendement et analyse de l’activité de programme42



Ressources financières pour 2010-2011 (en millions de dollars)
Dépenses prévues43 Autorisations totales Dépenses réelles44
212,9 244,1 383,7


Ressources humaines pour 2009-2010 (ETP)
Ressources prévues Ressources réelles Différence
2 818 3 027  209

Résultat attendu

Fonctionnement efficient de l’organisation et soutien de notre Programme de transformation.

Résultat

Le SCC a atteint en majeure partie les cibles fixées pour cette activité de programme.


Indicateurs de rendement Cibles État des résultats

Une culture organisationnelle et des activités conformes aux valeurs et aux principes éthiques de la fonction publique

Maintien de bonnes notes au regard de l’évaluation du Cadre de responsabilisation de gestion dans ce domaine et augmentation du taux de réponses positives dans les sondages auprès du personnel

Pendant la plus récente évaluation de son Cadre de responsabilisation de gestion, le SCC a obtenu la note « Acceptable », comparativement à « Possibilité d’amélioration » au cours de l’évaluation précédente.

Des relations organisationnelles efficaces permettant une bonne gestion des différends

Diminution sur cinq ans des griefs présentés par le personnel à ce sujet. Augmentation sur cinq ans du taux de réponses positives dans les sondages auprès du personnel

Des comités des griefs du Syndicat des agents correctionnels du Canada sont en place dans chaque établissement.

En 2010‑2011, le nombre de griefs déposés par des employés du SCC a diminué de 3,9 %, soit 2 847 griefs par rapport à 2 963 griefs déposés en 2009‑2010.

Des ressources publiques bien gérées grâce à des mécanismes de contrôle internes efficaces et à une surveillance effectuée en temps opportun

Tout écart financier, s’il y a lieu, mentionné à temps et corrigé immédiatement

Le SCC continuera de maintenir des processus efficaces pour surveiller, déclarer et analyser régulièrement l’utilisation des ressources.

En outre, le SCC continuera à améliorer son système de contrôles internes.

Une liaison efficace avec les partenaires communautaires et des services pertinents d’information pour les victimes

Augmentation sur cinq ans du taux de satisfaction

Pour faire fond sur la satisfaction accrue des victimes dont on a fait état en 2009, le SCC a mis en œuvre des initiatives visant à améliorer la liaison avec les victimes, les partenaires et les intervenants autochtones.

Le Service a également élaboré un cadre, de concert avec d’autres organismes et administrations, afin de simplifier la prestation des services aux victimes; ce cadre est mis à l’essai dans deux régions.

Des stratégies de recrutement et de maintien en poste visant les professionnels de la santé, les gens de métier et d’autres groupes professionnels ayant une faible disponibilité au sein de la population active

Réduction du nombre de postes vacants, au sein du SCC, en ce qui concerne les professionnels de la santé, les gens de métier et d’autres groupes professionnels

On a réduit le nombre de postes vacants pour le personnel infirmier, les travailleurs sociaux et les psychologues, et une Stratégie de recrutement et de maintien en poste des professionnels de la santé a été mise en œuvre dans toutes les régions afin de réduire le nombre de postes vacants des autres professionnels de la santé.

La mise en œuvre d’un processus administratif commun en matière de ressources humaines, en collaboration avec l’Agence de la fonction publique du Canada

Réduction des délais dans les processus de dotation

Dans toutes les régions, le SCC a mis en œuvre des processus administratifs communs pour la dotation, l’apprentissage et le perfectionnement, afin de simplifier et de normaliser les processus administratifs dans le but de les rendre plus efficaces. Des normes de service relatives à la rémunération ont aussi été mises en œuvre.

Un système et des équipes de Dotation par voie express ont été mis en place dans toutes les régions, ce qui simplifie le processus et réduit les délais des mesures de dotation de faible risque, qui comptent pour plus de 60 % des mesures de dotation.

Capacités des ressources humaines dans tous les secteurs

Renforcer les capacités des ressources humaines dans tous les secteurs

Le SCC a mis en place des programmes de perfectionnement visant à renforcer les compétences dans des domaines exigeant une expertise précise.

Le SCC a mis en œuvre de nombreux outils auxquels les gestionnaires de toutes les régions ont accès, ce qui leur permet d’assurer la planification, la surveillance et la gestion de leur effectif.

Le Portail de services de ressources humaines en ligne a été mis en œuvre dans toutes les régions, ce qui procure aux gestionnaires un guichet unique pour accéder à tous les renseignements en lien avec les ressources humaines. Il y a également une série d’outils en ligne destinée aux professionnels des ressources humaines.

Avec le Système de gestion des ressources humaines, les employés, les gestionnaires et les professionnels des ressources humaines ont une plus grande capacité de libre‑service, ainsi que de la formation en ligne et des outils de consultation rapide.

Le SCC a collaboré avec la Gendarmerie royale du Canada, aux fins de la prestation de programmes de formation correctionnelle (organisés dans le cadre de stratégies de recrutement nationales) dans un endroit centralisé. Il y a également une entente de services avec l’Agence des services frontaliers du Canada visant l’utilisation de sa formation sur l’intervention de base.

Relations avec les partenaires

Améliorer les relations avec les partenaires

Le SCC continue de renforcer ses relations avec ses partenaires, par le truchement d’activités d’engagement des citoyens, comme la Journée des partenaires du SCC, le Portail des ressources pédagogiques, l’Association régionale des maisons de transition, les comités consultatifs de citoyens, l’Association nationale des bénévoles, les comités consultatifs sur les victimes, le Programme de forums communautaires, la Fédération canadienne des municipalités, les Associations nationales intéressées à la justice criminelle, le Comité interconfessionnel d’aumônerie et les initiatives de consultation.

Stratégies de renouvellement de l’infrastructure et de logement

Réviser les stratégies de renouvellement de l’infrastructure et de logement

La Stratégie de logement à long terme a fait l’objet d’un examen et a été mise à jour en raison de l’entrée en vigueur de la Loi sur l’adéquation de la peine et du crime, en 2010.


Pendant la période visée par le présent rapport, les domaines liés aux services internes dans toute l’organisation se sont concentrés sur le renforcement des pratiques de gestion :

  • Le Bureau des valeurs et de l’éthique a tenu 61 ateliers sur l’éthique couronnés de succès dans cinq régions, avec un total de 704 participants;
  • On est en train de mettre à jour un instrument de délégation de pouvoirs du SCC dans le domaine de la gestion des ressources humaines, mettant notamment l’accent sur les valeurs et l’éthique, afin de sensibiliser les gestionnaires délégués à la nécessité d’appliquer les valeurs et l’éthique dans leur prise de décisions;
  • Le Bureau de la divulgation interne a présenté des exposés sur des sujets précis pendant toutes les réunions du Comité régional de gestion et a visité plusieurs unités opérationnelles;
  • Le SCC a continué de s’efforcer de garantir un milieu de travail respectueux de l’éthique en incluant les valeurs et l’éthique dans ses processus relatifs aux ressources humaines et a fourni une formation obligatoire intitulée « Dotation à l’intention des gestionnaires », qui comprend une section sur l’application des valeurs et des principes dans la dotation;
  • Les énoncés des valeurs du SCC ont été renouvelés pour qu’ils soient plus en accord avec le Code de valeurs et d’éthique de la fonction publique;
  • Les efforts déployés pour gérer et réduire le nombre d’allégations de harcèlement se sont poursuivis, et des cours de formation des employés concernant le Programme d’apprentissage mixte sur le harcèlement ont été offerts;
  • Le SCC a continué de mettre en place des contrôles financiers rigoureux;
  • Le SCC a continué d’améliorer ses relations avec ses partenaires et il a tenu cinq conférences régionales sur les relations communautaires en 2010‑2011. Des réunions du Comité consultatif de citoyens, de l’Association nationale des bénévoles et d’Option-Vie ont permis de tenir un dialogue continu avec les partenaires et les intervenants. On a entrepris plus de 195 activités d’engagement concernant la Stratégie fédérale des services correctionnels dans la collectivité, et on a élaboré et mis en œuvre des plans de communication et des activités;
  • Le SCC a continué d’améliorer la liaison avec les victimes autochtones et a engagé des discussions avec le Cercle national autochtone pour la lutte contre la violence familiale en vue d’établir un partenariat pour une liaison par une tierce partie. En outre, l’organisation a passé un marché avec Aboriginal Link pour que cet organisme assure une liaison avec des collectivités autochtones, des organisations gouvernementales et non gouvernementales et des centres d’amitié;
  • Le SCC a continué de mettre en œuvre des initiatives qui contribuent à la santé de son effectif. Dans un communiqué général, on a demandé aux employés de fournir leurs commentaires et leurs avis sur le mieux-être en milieu de travail. Les commentaires seront pris en considération au moment où le plan d’action sera élaboré;
  • Le SCC a élaboré et mis en œuvre des plans et des calendriers régionaux de liaison pour garantir que les lacunes relatives à l’effectif sont comblées de manière efficace. Les régions ont participé à plus de 200 événements de liaison, et un financement leur a été versé pour le renforcement de la capacité de leurs équipes de recrutement de cibler certains postes de première ligne;
  • Le Comité national sur l’équité en matière d’emploi et la diversité a mis sur pied un Plan d’action stratégique triennal qui décrit clairement sa raison d’être et ce qu’il prévoit faire pour atteindre son objectif de faire du SCC un employeur de choix qui représente non seulement le milieu dans lequel il œuvre, mais également les collectivités dans lesquelles nous vivons. De plus, on a rédigé un mandat révisé, qui a été communiqué aux comités national, régionaux et locaux sur l’équité en matière d’emploi et la diversité;
  • Le Comité national sur l’équité en matière d’emploi et la diversité a fourni des conseils sur plusieurs initiatives, dont un projet pilote pour l’enseignement des langues secondes. En 2010‑2011, le Comité national sur l’équité en matière d’emploi et la diversité a tenu des symposiums pour mettre ces deux domaines en valeur;
  • Le profil de représentation au titre de l’équité en matière d’emploi du SCC, qui dépasse les estimations relatives à la disponibilité sur le marché du travail (à l’exception des femmes, qui sont légèrement sous-représentées), est le suivant : 47,8 pour cent de femmes; 4,4 pour cent de personnes handicapées; 7,8 pour cent d’Autochtones et 5,8 pour cent de membres d’une minorité visible;
  • Le recrutement d’Autochtones demeure une priorité pour le SCC. L’une des initiatives entreprises en vue de combler les lacunes est l’adoption d’approches de dotation collective pour le recrutement externe de membres de groupes sous-représentés;
  • La deuxième cohorte du Programme de perfectionnement en leadership du SCC était entièrement composée de membres d’une minorité visible, de personnes handicapées et d’Autochtones; dix participants se sont inscrits au Programme;
  • Le SCC continue de promouvoir les programmes d’embauche d’étudiants et d’établir des mécanismes de transition menant à des emplois à temps plein, garantissant que les membres des comités de sélection représentent leur collectivité et créant des possibilités de dotation accélérée;
  • Le SCC a également mis en œuvre des stratégies visant à renforcer les capacités des ressources humaines dans tous les domaines et à soutenir le recrutement, le perfectionnement professionnel, la planification de la relève et la gestion informelle des conflits;
  • Le Service a parachevé et communiqué les normes de service à la clientèle pour la rémunération et les avantages sociaux. Afin de rationaliser les processus et de réduire les coûts, le SCC a mis en œuvre un modèle d’examen de la rémunération dans toutes les régions;
  • Tel que le visaient les consultations sur le Modèle de partenariat renforcé, on a permis à plus de 130 entrepreneurs provenant de différents groupes religieux de jouer un rôle plus important dans le processus de sélection, le soutien et la résolution des problèmes de plus de 170 aumôniers et de plus de 3 000 bénévoles associés aux services religieux dans les lieux de culte des établissements et des collectivités;
  • Un dépliant a été créé en collaboration avec le Conseil des Églises pour la justice et la criminologie. Il sera distribué au cours de l’exercice financier 2011‑2012;
  • Le SCC a terminé le projet des Programmes de ressources familiales, qui comprenait la diffusion de renseignements sur les Services aux victimes dans 550 centres de ressources familiales dans tout le Canada, des ateliers de formation en personne, un webinaire et un rapport final. On collabore actuellement avec des intervenants clés pour mettre en œuvre un Programme intégré de mieux-être qui répondra aux besoins uniques des employés du SCC;
  • Le SCC a procédé à un examen des stratégies de renouvellement de l’infrastructure et de logement, et la Stratégie de logement à long terme a évolué. Le SCC en est actuellement à l’augmentation et à la prolongation des mesures temporaires de logement, comme la double occupation de cellules et l’application d’une stratégie nationale pour maximiser l’utilisation des places en plus de la construction de nouvelles unités d’habitation dans les établissements existants, ce qui donnera lieu à l’ajout de plus de 2 700 places dans les établissements pour hommes et pour femmes dans tout le pays au cours des années à venir.

2.4.2 Leçons retenues

L’utilisation par le SCC d’un Tableau de bord interne de la gestion des ressources humaines, selon la directive du Secrétariat du Conseil du Trésor, est une pratique exemplaire, puisqu’elle facilite la planification des effectifs pour les gestionnaires opérationnels.

Les plans d’action de la gestion découlant de diverses vérifications internes réalisées en 2010‑2011 renforcent la structure de gestion et de gouvernance générale du SCC en améliorant le cadre stratégique, les communications, la formation (gestion des talents), la surveillance et l’établissement de rapports et la gestion des ressources.

La région de l’Ontario entreprend un Programme officiel de stages enregistré auprès de l’Association of Psychology, Postdoctoral and Internship Centres et du Conseil canadien des programmes de psychologie professionnelle. Les stagiaires choisis entreront en poste à l’automne 2011, et cette initiative facilitera le recrutement de professionnels des soins en santé mentale.