Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

ARCHIVÉ - Office national du film


Avertissement Cette page a été archivée.

Information archivée dans le Web

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n’a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s’appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette information dans tout autre format de rechange à la page « Contactez-nous ».

SECTION I – SURVOL

Message du ministre

James Moore À titre de ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles, je suis heureux de présenter le Rapport ministériel sur le rendement de l'Office national du film du Canada pour l'exercice 2007-2008. Ce rapport met en relief les réalisations de cette agence au cours du dernier exercice financier, tout en précisant comment elle continue de remplir son mandat.

En tant que producteur et distributeur public de films, l'Office national du film du Canada (ONF) joue un rôle public essentiel en offrant au Canada et au monde des perspectives canadiennes originales, pertinentes et innovatrices. Reflets de la diversité et de l'excellence de notre culture, les œuvres audiovisuelles de l'Office permettent non seulement de tisser des liens entre les diverses communautés ethnoculturelles, linguistiques et régionales, mais donnent également une voix privilégiée aux créateurs qui en sont issus ainsi qu'aux cinéastes de la relève.

Joyau de notre patrimoine, la collection de l'ONF est plus que jamais accessible à l'ensemble des citoyens d'un bout à l'autre du pays, et ce, tant sur les plateformes traditionnelles que multimédias. Alors que les nouvelles technologies de transmission se multiplient, l'ONF s'assure que les divers points de vue et valeurs des Canadiens sont véhiculés d'un océan à l'autre et à l'échelle internationale, où l'Office est admiré et respecté.

En tant qu'agence du portefeuille de Patrimoine canadien, l'Office national du film du Canada contribue à créer un Canada prospère, où les citoyens de tous les âges et de toutes les origines ont l'occasion de participer à la riche vie sociale, culturelle et économique de notre pays.

L'honorable James Moore
Ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles

 

Message du commissaire

Nouvelle orientation stratégique – même tradition d'excellence

Plus d'un an s'est déjà écoulé depuis mon entrée en fonction au poste de commissaire du gouvernement à la cinématographie et président de l'Office national du film du Canada (ONF). Fort de mon expérience antérieure en tant que directeur général du Programme anglais de l'Office et de mes nombreuses années passées au sein du secteur privé, j'ai entrepris en juin dernier mon mandat de cinq ans à la direction de l'agence culturelle. Au cours des dernières années, j'ai eu de nombreuses discussions avec les créateurs, les producteurs et les autres intervenants de l'industrie de la cinématographie au Canada et à l'étranger, en plus des relations suivies avec les différentes communautés canadiennes et les citoyens ordinaires du pays. Ces échanges m'ont permis de constater que la mission de l'ONF de produire et distribuer des œuvres audiovisuelles distinctives et innovatrices de manière à faire connaître le Canada à sa population et aux autres nations demeure toujours essentielle.

Afin d'assurer que l'ONF continue d'évoluer en utilisant les nouvelles technologies pour repousser les limites, prendre des risques et rejoindre les Canadiens et Canadiennes par des moyens novateurs et passionnants, une nouvelle orientation stratégique a été élaborée par la haute direction de l'Office en consultation avec les employés de l'organisation, les principaux acteurs de l'industrie canadienne de l'audiovisuel et les divers groupes ethnoculturels, linguistiques et communautaires. Le plan quinquennal (2008-2009 à 2012-2013) qui en a résulté a été approuvé par le conseil d'administration en mars dernier. L'esprit de ce plan renvoie aux fondements mêmes de l'ONF : soutenir les créateurs, privilégier l'imagination et la création de médias dans tous les formats technologiques, rendre les résultats accessibles à la population canadienne et assurer un financement stable afin de permettre à l'agence de remplir son mandat.

Conformément à sa stratégie numérique, l'Office a inauguré, en janvier 2008, l'un des premiers réseaux canadiens d'e-cinéma dans un projet pilote reliant cinq communautés francophones de l'Acadie. Ce projet illustre non seulement le rôle pertinent que joue l'institution pour faciliter le passage du Canada à l'ère du numérique, mais également son appui concret à l'épanouissement des communautés linguistiques en situation minoritaire.

Outre l'ajustement considérable qu'a exigé le récent processus de repositionnement stratégique, l'ONF doit également affronter de nombreux défis. L'organisation doit rapidement adapter sa chaîne de production, ses stratégies de distribution et ses méthodes de gestion de la collection si elle veut continuer de remplir son mandat de produire et distribuer des œuvres audiovisuelles distinctives et audacieuses dans un contexte de prolifération des nouveaux médias. En tant qu'agence culturelle publique, l'Office doit non seulement s'assurer de fournir des productions qui reflètent les préoccupations des Canadiens et Canadiennes, mais il a également l'obligation de rendre accessibles ses films et sa collection d'un océan à l'autre.

L'ONF a dû assumer des choix difficiles au cours du dernier exercice. Afin de financer l'achat d'équipements pour adapter sa chaîne de production et ses stratégies de distribution, l'organisme a dû effectuer des compressions dans certains secteurs d'activité et abolir différents postes et bureaux. Cette réorganisation a été réalisée en veillant à minimiser les impacts négatifs sur les activités.

Malgré les divers défis auxquels il a dû faire face au cours de la dernière année, l'ONF a néanmoins réalisé de nombreux accomplissements qui méritent d'être soulignés. La 70e nomination aux Oscars® grâce au film Madame Tutli-Putli, la quatrième en quatre ans, fait de l'ONF la maison de production extérieure à Hollywood ayant reçu le plus de nominations pour ce prix. Ce court-métrage d'animation a remporté le prestigieux prix du Petit Rail d'or au Festival de Cannes et plusieurs autres récompenses nationales et internationales. Je me dois également de souligner les réalisations de deux collaborateurs de longue date de l'Office, Serge Giguère et Alanis Obomsawin, dont les carrières exceptionnelles ont été couronnées respectivement du Prix du Gouverneur général en arts visuels et en arts médiatiques et de celui pour les arts de la scène de la réalisation artistique. Il ne s'agit là que d'un petit éventail des prestigieux prix récoltés par les créateurs de l'ONF au cours de l'année qui vient de se terminer.

J'aimerais également mentionner la participation de l'Office aux festivités du 400e anniversaire de Québec ainsi que son partenariat avec la Commission des champs de bataille nationaux pour la commémoration du 100e anniversaire de sa création. Ces différents projets illustrent bien le rôle que l'ONF joue au sein de l'appareil gouvernemental et sa pertinence dans la réalisation des grands projets fédéraux, si essentiels à la solidité du tissu social canadien.

À l'aube de son 70e anniversaire, l'ONF a su encore une fois démontrer de façon éclatante sa capacité à s'adapter aux nouvelles réalités qui l'entourent tout en préservant cette tradition d'excellence qui lui a permis de se forger une réputation internationale en tant qu'organisme créateur et innovateur.

Tom Perlmutter
Commissaire du gouvernement à la cinématographie
et président de l'Office national du film du Canada

 

Déclaration de la direction

Je soumets, aux fins de dépôt au Parlement, le Rapport ministériel sur le rendement (RMR) de 2007-2008 de l'Office national du film du Canada.

Le présent document a été préparé conformément aux principes de présentation des rapports énoncés dans le Guide de préparation de la Partie III du Budget des dépenses 2007-2008 : Rapports sur les plans et les priorités et Rapports ministériels sur le rendement:

  • Il est conforme aux exigences précises de déclaration figurant dans les lignes directrices du Secrétariat du Conseil du Trésor.
  • Il repose sur le résultat(s) stratégique(s) et sur l'architecture des activités de programme du ministère approuvés par le Conseil du Trésor.
  • Il présente une information cohérente, complète, équilibrée et fiable.
  • Il fournit une base pour la reddition de comptes à l'égard des résultats obtenus avec les ressources et les autorisations qui lui sont confiées.
  • Il rend compte de la situation financière en fonction des montants approuvés des budgets des dépenses et des Comptes publics du Canada.

Nom : Luisa Frate, c.a.
Titre : directrice, Administration

 

Renseignements sommaires de l'ONF

Raison d'être de l'Office national du film

Mandat – À titre d'agence culturelle rendant compte au Parlement, l'Office national du film du Canada est investi d'un mandat clair, défini dans la Loi sur le cinéma de 1985, qui est de « susciter et promouvoir la production et la distribution de films dans l'intérêt national et notamment de :

  • produire et distribuer des films destinés à faire connaître et comprendre le Canada aux Canadiens et aux autres nations, et promouvoir la production et la distribution de tels films;
  • représenter le gouvernement fédéral dans ses relations avec des personnes exerçant une activité cinématographique commerciale liée à des films cinématographiques réalisés pour le gouvernement ou l'un de ses départements
  • faire des recherches sur les activités filmiques et en mettre les résultats à la disposition des personnes faisant de la production de films;
  • conseiller le gouverneur en conseil en matière d'activité filmique;
  • remplir, en matière d'activités filmiques, les autres fonctions que le gouverneur en conseil peut lui assigner. »

MissionProduire et distribuer des œuvres audiovisuelles distinctives, audacieuses et pertinentes qui reflètent la diversité culturelle et qui présentent au Canada et au monde un point de vue authentiquement canadien.

Vision – Lors de son exercice de planification stratégique pour la période 2002-2006, l'Office national du film s'est doté de la vision suivante : De renommée internationale, l'ONF est reconnu comme étant indispensable à tous les Canadiens et Canadiennes en tant que producteur et distributeur d'œuvres audiovisuelles innovatrices et pertinentes sur le plan social. Le nouveau plan stratégique adopté en mars réitère l'engagement profond de l'Office envers les principes de créativité, de service public, d'innovation et d'accessibilité.

Total des ressources financières du ministère (en milliers de $)


Dépenses prévues Total des autorisations Dépenses réelles
67 118 71 965 71 167

Total des ressources humaines du ministère


Prévues Total des autorisations Réelles
500 500 493

Priorités


# Nom Type Évaluation des progrès réalisés à l'égard des priorités
1 Maintenir une programmation globale d'œuvres audiovisuelles distinctives, audacieuses et pertinentes qui encourage l'engagement social en accordant une attention particulière à la production de longs métrages documentaires et une approche cohérente envers la production de courts métrages. Continu Avec ses 155 productions originales, dont 15 longs métrages documentaires, l'ONF a respecté cette priorité.
2 Consolider la capacité de l'ONF à repérer et encourager les talents les plus prometteurs et travailler avec eux – assurant ainsi la promotion des cinéastes de la relève et des talents de communautés d'intérêts (autochtones, linguistiques, ethniques) et encourageant la diversité régionale. Continu Les nombreux concours destinés à la relève ainsi que les 93 films réalisés par de nouveaux cinéastes ont permis à l'ONF de respecter cette priorité.
3 Encourager les partenariats de coproduction avec l'industrie et le développement de coproductions internationales. Obligatoire Un accroissement du nombre de coproductions internationales et un grand nombre de partenariats avec l'industrie privée ont permis de respecter cette priorité.
4 Renforcer l'innovation sur les plans du contenu, de la forme et de la technologie. Obligatoire De nombreux films au contenu innovateur ont été récompensés et l'ONF a accru ses investissements pour acquérir de nouvelles technologies de production et de distribution.
5 Contribuer à l'amélioration de la productivité et de la compétitivité de l'industrie cinématographique canadienne. Obligatoire L'ONF continue de contribuer à l'amélioration de la compétitivité de l'industrie en tant que partenaire de production, distributeur de films dans les marchés du documentaire et de l'animation, dénicheur de talent et investisseur dans de nouvelles technologies de distribution, ainsi qu'en favorisant les occasions de partenariats internationaux, notamment au Brésil et à Singapour.
6 Renforcer les réseaux de distribution de l'ONF et optimiser les revenus de l'ONF. Obligatoire La mise en place d'un réseau d'e-cinéma et le renforcement des liens avec des partenaires de distribution ont permis de renforcer les réseaux de distribution de l'ONF
7 Favoriser la conservation de la collection de l'ONF dans les nouveaux formats numériques émergents et accroitre l'accès équitable de celle-ci à travers le Canada. Obligatoire Plus de 986 films de la collection de l'ONF ont été numérisés en 2007/2008 et sont diffusés sur divers sites Internet.
8 Maintenir, favoriser et accroître les initiatives de recherche et développement afin de confirmer l'ONF dans son rôle de chef de file auprès de ses partenaires et dans le milieu cinématographique canadien. Obligatoire En partenariat avec des acteurs des milieux de la culture, de la recherche universitaire et de la téléphonie sans fil, l'ONF développe une boîte à outils pour la mise en réseau d'équipements audiovisuels et informatiques.
9 Améliorer la responsabilisation, les pratiques commerciales et les systèmes d'information. Obligatoire À la suite des recommandations du cadre de responsabilisation de gestion et d'autres analyses externes, l'ONF a entrepris de mettre en place de nouvelles pratiques dans ces domaines.
10 Renforcer la reddition de comptes, la gestion du risque, la gestion des ressources et la gouvernance. Obligatoire À la suite d'analyses, un plan a été mis en place pour améliorer les pratiques de l'ONF dans ces domaines et de nombreuses mesures ont déjà été instaurées.

 

Résultats par activité de programme


Résultat stratégique
Produire et rendre accessibles des œuvres audiovisuelles pertinentes, ambitieuses et innovatrices qui offrent aux Canadiens et Canadiennes une meilleure compréhension du Canada et du monde.
Activité de programme Résultats prévus État du rendement 2007-2008 Contribue à la priorité suivante
Dépenses prévues (en milliers de $) Dépenses réelles (en milliers de $)
Production d'œuvres audiovisuelles 85% de la programmation de l'ONF touchera des enjeux sociaux Respecté 47 467 46 873 Priorité 1
La programmation se caractérisera par la production de documentaires d'opinion, de films d'animation, de films de fiction innovateurs et de produits nouveaux médias Respecté Priorité 1
Niveau d'accessibilité des films de l'ONF à travers le Canada Respecté Priorités 1, 6 et 7
Les projets produits seront innovateurs par leur contenu, leur forme et leur diffusion; ils feront place à l'expérimentation Respecté Priorités 1 et 4
Le maintien du nombre de coproductions nationales et internationales Respecté Priorité 3
Le maintien du nombre de productions réalisées par la relève Respecté Priorité 2
Le développement et le perfectionnement continus de nouveaux talents Respecté Priorité 2
Activité de programme Résultats prévus État du rendement 2007-2008 Contribue à la priorité suivante
Dépenses prévues (en milliers de $) Dépenses réelles (en milliers de $)
Distribution d'œuvres audiovisuelles Rejoindre l'auditoire canadien et international Respecté 2 398 2 492 Priorités 6 et 7
Optimiser les revenus afin de contribuer au succès de l'industrie canadienne du cinéma et de la télévision Respecté Priorité 6
Acquérir un plus grand nombre de productions complémentaires au catalogue de l'ONF Respecté Priorité 6
Activité de programme Résultats prévus État du rendement 2007-2008 Contribue à la priorité suivante
Dépenses prévues (en milliers de $) Dépenses réelles (en milliers de $)
Accès aux œuvres audiovisuelles et développement des réseaux Améliorer l'accès à la collection de l'ONF par l'entremise de ses différentes activités et outils, notamment ses médiathèques et ses autres ressources Respecté 13 603 13 974 Priorité 7
Continuer la numérisation de la collection de l'ONF Respecté Priorité 7
Favoriser la participation citoyenne par des projections publiques ou d'autres moyens jugés appropriés Respecté Priorités 6 et 7
Améliorer la présence de l'ONF et de ses productions à la télévision, dans les festivals, dans les écoles, lors des activités de l'industrie et auprès du gouvernement fédéral Respecté Priorités 6 et 7
Assurer une présence soutenue des productions de l'ONF dans les divers réseaux communautaires et éducatifs du Canada Respecté Priorités 6 et 7
Activité de programme Résultats prévus État du rendement 2007-2008 Contribue à la priorité suivante
Dépenses prévues (en milliers de $) Dépenses réelles (en milliers de $)
Services de recherche et de conseil Un effort appréciable de recherche et développement des techniques et de la technologie en audiovisuel Respecté 3 650 7 828 Priorité 8
Maintenir l'ONF comme étant un point de référence en cinématographie Respecté Priorité 8

 

Contexte de l'Office national du film du Canada

L'Office national du film du Canada offre une gamme unique de produits et de ressources culturels aux Canadiens et Canadiennes. Son mandat est de produire et de distribuer des œuvres audiovisuelles distinctives, pertinentes, originales et innovatrices qui font connaître et comprendre les questions d'intérêt, les valeurs et les points de vue canadiens aux habitants du Canada et d'autres pays. Ces œuvres constituent un patrimoine national et offrent un accès privilégié à la diversité et à la vitalité de notre culture.

L'ONF joue un rôle unique à titre de producteur d'œuvres audiovisuelles sur toutes les plateformes pour les spectateurs au Canada et à l'étranger. Ainsi, il complémente le rôle d'autres agences culturelles et celui du secteur privé.

Environnement d'affaires interne

Nouveau plan stratégique 2008-2013

Le 11 juin 2007, Tom Perlmutter a assumé les fonctions du 15e commissaire du gouvernement à la cinématographie et président de l'ONF. Plusieurs changements ont en outre été apportés au conseil d'administration.

L'une des premières mesures du mandat du Commissaire a été d'engager l'organisation dans un processus de réflexion et de consultation en vue de définir la nouvelle approche stratégique de l'organisation pour les cinq prochaines années. Le plan stratégique est le fruit d'échanges avec les créateurs, les producteurs et les autres intervenants de l'industrie, ainsi que de relations suivies avec les différentes communautés et les citoyens ordinaires du pays. Les grandes lignes du plan quinquennal ont reçu une approbation générale. Il s'articule autour de cinq objectifs clairement définis : leadership créatif et excellence de la programmation, accessibilité étendue et engagement citoyen, passage au numérique, renouveau organisationnel visant à faire de l'ONF un modèle d'organisme créatif du 21e siècle, et financement stable permettant à l'Office de remplir son mandat.

Risques organisationnels

La gestion de risques est l'un des aspects sur lesquels les différents services de l'ONF concertent leurs efforts. Bien que l'organisation ait déjà mis en œuvre des mesures pour atténuer les risques lors de la prise de décisions relative aux programmes, elle s'est engagée à mettre en place un cadre corporatif de gestion de risques. Lors du processus d'élaboration de son premier profil de risque organisationnel, l'Office a déterminé que les principaux risques externes étaient le passage à la technologie numérique, l'érosion des ressources financières de l'ONF, la perte possible de revenus de distribution nationaux et internationaux en raison de l'impact des nouvelles plateformes de diffusion sur les marchés traditionnels, l'accessibilité de sa collection sur les nouvelles plateformes médiatiques et le maintien des droits d'auteur. Parmi les risques internes pouvant affecter ses activités figurent la nécessité de recruter et de former du personnel qualifié dans les nouvelles technologies de production et distribution ainsi que le maintien de l'effectif et de son expertise, la restructuration nécessaire de l'organisation afin de faire face aux défis que présentent les récentes percées technologiques ainsi que la présence de systèmes opérationnels désuets. L'Office a maintenant recueilli les données sur le risque auprès de ses unités opérationnelles et, dans une prochaine étape, élaborera un plan détaillé de gestion intégré du risque.

Après plusieurs années de compressions budgétaires, l'ONF doit s'assurer de générer plus de revenus afin de maintenir son niveau d'activité cinématographique en raison de la baisse constante, depuis 1996, des crédits accordés par le gouvernement en dollars indexés (un déclin de 41 %). L'ONF absorbe également la non-indexation de ses budgets depuis 1996, ainsi que les réductions continuelles découlant de la réforme de l'approvisionnement et des révisions de programmes.

Environnement d'affaires externe

Attentes du gouvernement

L'ONF est une agence culturelle en vertu de l'annexe I, partie I, de la Loi sur la gestion des finances publiques. En tant que propriété exclusive du gouvernement du Canada, il rend des comptes au Parlement par l'entremise du ministre du Patrimoine canadien. L'ONF est financé principalement par des crédits parlementaires, par les revenus tirés de la vente de ses produits et par des redevances.

En 2007-2008, l'ONF a participé à une évaluation de son cadre de responsabilisation de gestion. Après avoir reçu les commentaires du Conseil du Trésor sur les éléments clés qui définissent les bonnes pratiques de gestion publique, l'ONF a entrepris d'améliorer ses pratiques de gestion en accordant une attention particulière aux domaines de l'évaluation, de la gestion de risques, de la gestion de l'information, de la vérification interne, de la sécurité et de la continuité, et des services axés sur les citoyens1.

Afin de servir réellement les Canadiens et leur procurer de la valeur, l'Office national du film doit disposer d'un large réseau de distribution et maintenir sa présence sur le marché des produits cinématographiques visionnés par les Canadiens et de s'assurer que toutes les régions du pays, même les plus éloignées, ont accès au riche patrimoine que représente sa collection.

Profil de la production cinématographique et télévisuelle au Canada

En 2007, l'industrie de la production cinématographique et télévisuelle canadienne a fait face à une série de défis économiques, dont la forte appréciation du dollar canadien, l'incertitude entourant le financement du Fonds canadien de télévision (FCT) et la concentration de l'industrie de la radiodiffusion. En outre, les nouvelles plateformes ont continué à éroder l'assise traditionnelle de la distribution, sans pour autant être assez bien établies pour que les recettes qu'elles produisent compensent les pertes qu'elles provoquent dans le marché traditionnel. Le documentaire et le film d'animation ont été particulièrement touchés par l'érosion des marchés nationaux et internationaux.

En 2006-2007, l'ensemble de l'industrie audiovisuelle canadienne a connu une augmentation de 3 % du volume de production. Cette légère hausse est en grande partie attribuable à la forte croissance de la production télévisuelle et de la production internet des radiodiffuseurs.

Dans la même période, la production cinématographique a baissé de 14 % par rapport au volume enregistré au cours de l'exercice précédent, pour se chiffrer à 282 millions de dollars. La baisse du volume de production a entraîné une diminution de 15 % de l'emploi au niveau national dans ce secteur2.

Le genre documentaire

Le Canada jouit d'une longue tradition d'excellence dans la production de documentaires sociaux. De nombreuses réalisations canadiennes, dont Le peuple invisible et Up the Yangtze de l'ONF, se sont démarquées sur la scène nationale et internationale. Au Canada anglais, ce genre cinématographique bénéficie de 14 % du budget total de production, mais représente 46 % des projets de production. Les documentaires de langue française, quant à eux, se partagent 16 % du budget total de production pour 35 % du nombre total de films. La production de documentaires canadiens a connu une croissance constante au cours des 11 dernières années, alors que les budgets alloués à ce genre ont triplé, passant de 105 millions de dollars en 1996-1997 à 312 millions en 2005-2006, et que le nombre de projets a doublé, passant de 214 à 482 durant la même période3. Notons que plus de 60 % des budgets alloués au documentaire sont accordés à des séries et miniséries et que le nombre de projets dans les domaines des productions individuelles et du documentaire d'auteur est à la baisse, dans un contexte où les télédiffuseurs privilégient de plus en plus une programmation axée sur les séries et les émissions de téléréalité.

Beaucoup de longs métrages documentaires conviennent mieux à la présentation en salle. Cependant, dans bien des cas, les producteurs canadiens de ce genre de films ne peuvent compter sur une distribution dans les cinémas du pays et doivent s'en remettre aux télédiffuseurs pour le financement et la diffusion de leurs œuvres.

Le déclin des marchés traditionnels dans ce secteur présente un autre défi pour l'ONF ainsi que l'industrie canadienne du documentaire. L'ONF doit explorer de nouvelles formes d'accès tels que les réseaux éducatifs, l'e-cinéma, Internet, etc., afin de mieux rejoindre son auditoire cible.

L'ONF joue un rôle unique et essentiel dans la distribution de documentaires, notamment en distribuant les films qu'il produit, coproduit et acquiert de producteurs privés. L'Office met à la disposition de l'industrie un savoir-faire unique qui allie créativité et innovation technologique, et cherche constamment à développer de nouveaux partenariats avec des distributeurs du secteur privé. L'agence culturelle a fait du documentaire d'opinion l'une de ses priorités organisationnelles, car la population canadienne veut voir des films qui l'aident à mieux comprendre les enjeux qui la touchent. Les documentaires de l'ONF favorisent la réflexion au sein de la population du pays et constituent des outils pour les divers intervenants des milieux politiques, économiques et sociaux.

La transition au numérique

Partout dans le monde, les nouvelles technologies de production numérique s'affirment comme la nouvelle norme de production. Même pour les films tournés sur pellicule, la postproduction se fait en mode numérique. Les radiodiffuseurs du monde entier éliminent progressivement la transmission analogique. Au Canada, le CRTC a établi le 31 août 2011 comme la date butoir à partir de laquelle les titulaires d'une licence de télédiffusion ne devront émettre que des signaux de radiodiffusion numériques. Les États-Unis, deuxième plus important marché de l'ONF après le Canada, cesseront toute radiodiffusion analogique d'ici le 17 février 2009. Au Royaume-Uni, autre marché important pour la télédiffusion, le service analogique a commencé à disparaître en 2008, et sera interrompu d'ici 2012. Afin d'être prêt pour la télédiffusion numérique, l'ONF doit désormais produire tous ses documentaires et ses films d'animation en format numérique. Sans ressources de production numérique adéquates pour de nombreuses plateformes, les activités de distribution de l'ONF pourraient être compromises dans les marchés cibles télévision, institutionnel, cinéma en salle et consommateur au Canada et ailleurs dans le monde, en particulier aux États-Unis et en Europe. Dans une telle situation, le déclin des ventes pourrait provoquer une diminution des revenus d'au moins quatre millions de dollars au cours des trois prochaines années.

De nouvelles plateformes de diffusion

Grâce à la numérisation, les Canadiens et Canadiennes peuvent, où qu'ils se trouvent, regarder films et émissions de télévision sur le support et la plateforme de leur choix : DVD, baladeur numérique, lecteur vidéo mobile, diffusion Web, etc. Même si la révolution numérique offre des possibilités extraordinaires aux maisons de production et aux distributeurs, elle pose aussi d'énormes défis. L'ONF se prépare à cette révolution depuis quelques années déjà en créant des partenariats et en menant des recherches sur la qualité de l'image, les modes de transfert innovateurs, l'accessibilité et la diffusion. L'institution est un chef de file mondial de la production pour la téléphonie cellulaire et de la production de longs métrages interactifs, de la création de réseaux communautaires d'e-cinéma et est reconnu pour son expertise dans la technologie stéréoscopique.

 

Résultats des priorités de l'Office national du film

1. Maintenir une programmation globale d'œuvres audiovisuelles distinctives, audacieuses et pertinentes qui encourage l'engagement social, en accordant une attention particulière à la production de longs métrages documentaires et une approche cohérente envers la production de courts métrages

Depuis sa création en 1939, l'ONF, en tant producteur et distributeur public, a acquis une expertise reconnue internationalement dans le documentaire, le film d'animation et la fiction alternative et a contribué à faire du Canada un chef de fil mondial dans ces domaines, permettant ainsi de faire connaître les perspectives et points de vue des Canadiens et Canadiennes partout dans le monde. Ses œuvres audiovisuelles originales, innovatrices et créatives constituent un patrimoine national et offrent un accès privilégié à la diversité et à la vitalité de notre culture. Les productions de l'Office invitent les citoyens à participer activement à la société canadienne en suscitant la réflexion, le dialogue, l'action citoyenne et une meilleure compréhension des réalités vécues par l'ensemble des habitants du pays.

Au cours de l'exercice 2007-2008, l'ONF a ainsi offert une programmation abordant les préoccupations et les intérêts des Canadiens et Canadiennes des diverses collectivités qui forment le tissu social du pays. Depuis ses débuts, l'ONF a été un pionnier du long métrage documentaire et continue de jouer un rôle déterminant dans l'évolution de ce genre. En offrant un soutien nécessaire dans le secteur du long métrage documentaire, au chapitre du contenu et du financement non offert par d'autres sources dans le système actuel, l'ONF permet d'assurer que la production canadienne soit constante et soutenue, ce qui est l'une des clés du succès dans ce domaine.

2. Consolider la capacité de l'ONF à repérer et encourager les talents les plus prometteurs et travailler avec eux, assurant ainsi la promotion des cinéastes de la relève et des talents de communautés d'intérêts (autochtones, linguistiques, ethniques) et encourageant la diversité régionale

L'ONF est déterminé à promouvoir le talent des cinéastes de la relève issus de toutes les régions du pays, à refléter la diversité culturelle canadienne et à donner aux diverses communautés du Canada les moyens de transmettre leurs valeurs et leurs histoires. L'ONF mise sur son expérience unique de production, sur les compétences de ses professionnels, sur la disponibilité d'équipements de pointe et sur sa capacité à s'adjoindre des cinéastes de talent et à rallier des partenaires partout au pays. Il en résulte des programmes conçus en fonction des besoins de groupes particuliers et qui contribuent à la mise en place d'une société diversifiée qui favorise la dualité linguistique, la participation des communautés autochtones et l'inclusion sociale. De plus, le travail de l'ONF auprès des créateurs émergents a attiré attention et éloges sur la scène internationale : des pays comme le Brésil envoient des représentants de leur relève participer à divers programmes destinés à l'épanouissement de nouveaux talents.

Cette année, une quinzaine de programmes de formation pour les nouveaux talents ont été offerts afin de permettre à des cinéastes de la relève de réaliser leur première œuvre professionnelle. À ces programmes s'ajoutent de nombreuses classes de maître, données dans plusieurs villes du pays. Plusieurs autres programmes et concours sont spécifiquement destinés aux communautés autochtones, aux communautés ethnoculturelles et aux collectivités de langues officielles en situation minoritaire. Bien que la plupart de ces initiatives soient récurrentes, un certain nombre d'entre elles ont été lancées en 2007-2008, notamment le concours « Présente-moi tes grands-parents », qui invite les jeunes cinéastes amateurs francophones de tout le pays à soumettre en ligne un mobimétrage, un court métrage réalisé au moyen d'un portable.

3. Encourager les partenariats de coproduction avec l'industrie et le développement de coproductions internationales.

L'ONF continue d'être un partenaire indispensable de la croissance et de l'essor de l'industrie cinématographique canadienne. En tant que coproducteur national, l'ONF offre à ses partenaires la possibilité de prendre des risques sur le plan artistique et commercial qu'ils ne pourraient faire seuls. La crédibilité de l'ONF facilite également la participation de télédiffuseurs et de partenaires nationaux et internationaux. Les ressources que l'Office met à leur disposition prennent plusieurs formes et répondent aux besoins particuliers de chaque projet. Le développement de partenariats internationaux est tout aussi important car une forte présence sur la scène internationale se traduit par une plus grande visibilité pour les producteurs canadiens tant au pays qu'à l'étranger. Lorsque l'ONF prend part à des projets de production internationaux, il s'assure que les valeurs chères aux Canadiens et Canadiennes sont véhiculées partout dans le monde.

L'an dernier, l'ONF a poursuivi ses efforts afin d'approfondir les relations entamées il y a quelques années et créer de nouveaux liens internationaux. Le troisième Forum en matière de coproduction Brésil-Canada a permis d'établir des liens et des alliances solides pour un secteur public dynamique au sein d'une industrie audiovisuelle qui se mondialise de plus en plus. L'accord de coopération Canada-Brésil a continué à favoriser les échanges entre artistes et artisans des deux pays et favorisé l'exportation du savoir-faire canadien. Au cours de la dernière année, l'ONF et ses partenaires brésiliens ont engagé des discussions dans le but de prolonger et d'améliorer l'entente de coopération entre les deux pays. Le développement des projets entrepris l'an dernier à la faveur de rencontres organisées par l'ONF entre des producteurs privés des deux pays se poursuit. En mai 2007, l'ONF a signé une nouvelle entente de coopération culturelle avec Haïti, pays qui figure parmi les priorités de la politique étrangère du gouvernement canadien. Cette entente s'est notamment concrétisée par le don au gouvernement haïtien de 212 films de la collection de l'ONF, pour diffusion à la télévision – nationale et privée – et dans les réseaux éducatifs.

4. Renforcer l'innovation sur les plans du contenu, de la forme et de la technologie

En tant que creuset de créativité pour la production de contenu média original et innovateur, l'ONF est profondément interpellé par les changements technologiques et culturels qui bouleversent le secteur cinématographique. Depuis sa création, il a justement le mandat de tester et d'explorer ces nouvelles frontières. C'est ainsi qu'il peut appuyer une industrie qui demeure vulnérable face aux risques artistiques, financiers et technologiques et, de cette manière, contribuer à une économie culturelle axée sur l'innovation et la compétitivité.

L'ONF continue d'être à l'avant-scène en matière d'innovation créative. Que ce soit au niveau de la création de contenu stéréoscopique ou de la production du premier film interactif en Amérique du Nord, l'ONF est une référence en matière d'innovation dans le milieu cinématographique. D'ailleurs, l'ONF a été honoré cette année, au Canada et à l'étranger, pour son travail innovateur dans des domaines aussi différents que l'utilisation du Web, la pertinence sociale et la gestion du patrimoine audiovisuel canadien.

5. Contribuer à l'amélioration de la productivité et de la compétitivité de l'industrie cinématographique canadienne

La productivité est intrinsèquement liée à l'économie du savoir d'un pays. En 2007-2008, l'ONF a contribué à la compétitivité globale de l'industrie du cinéma canadien en offrant des programmes de développement et de perfectionnement aux cinéastes de la relève et aux artisans de l'industrie. L'ONF a collaboré avec les jeunes cinéastes et leur a enseigné les nouvelles formes d'expression numériques. Ces initiatives améliorent les compétences des nouveaux cinéastes, permettent de découvrir de nouveaux talents, contribuent à la création d'une production cinématographique et télévisuelle canadienne authentique et encouragent l'expérimentation et l'innovation dans la production numérique. En aidant la relève à acquérir les compétences requises pour œuvrer dans l'univers cinématographique numérique, l'ONF contribue à ce que la main-d'œuvre canadienne reste compétitive à l'échelle mondiale.

À titre de partenaire de l'industrie canadienne de l'audiovisuel et de la radiodiffusion, l'ONF crée du contenu numérique de qualité professionnelle en anglais et en français pour les nouvelles plateformes. L'ONF est pionnier en ce qui a trait aux techniques de récit et de projets multiplateformes, tant du point de vue de la forme et de la technologie que du contenu, favorisant l'avancement du secteur privé.

6. Renforcer les réseaux de distribution de l'ONF et optimiser les revenus de l'ONF

L'accessibilité de ses oeuvres à l'ensemble des Canadiens et Canadiennes de toutes les régions du pays est une priorité de l'ONF. En 2007-2008, il a rejoint un auditoire de quelque 26 millions au Canada. L'ONF mise de plus en plus sur les nouvelles technologies, lesquelles assurent la diffusion de productions qui, autrement, resteraient inaccessibles aux régions éloignées. Ces nouvelles options s'ajoutent à un vaste réseau de distribution national qui regroupe de nombreux partenaires publics (bibliothèques publiques et scolaires), privés (entreprises de distribution, maisons de vente par catalogue, chaînes de cinéma, clubs vidéo, etc.) et milieux associatifs (groupes culturels, organisations non gouvernementales). Les productions de l'ONF sont présentées régulièrement par les réseaux de télévision traditionnels et spécialisés, et ses médiathèques modernes de Montréal et Toronto donnent accès à des milliers de titres de sa collection. Le public canadien peut également se procurer les œuvres de l'ONF en tout temps par Internet, en furetant dans le catalogue virtuel du site de l'Office, ou par téléphone.

En 2007-2008, le chiffre d'affaires de l'ONF a dépassé les 6,8 millions de dollars, en légère augmentation par rapport à l'année précédente, et ce, malgré la hausse fulgurante du dollar canadien qui a exercé une pression à la baisse sur ses résultats, en particulier sur les différents marchés américains (États-Unis et Amérique latine). Les marchés institutionnel et éducatif canadiens ont généré des revenus de plus de 1,8 million de dollars au cours des douze derniers mois. Ses activités de distribution ont aussi permis à l'ONF de générer plus de 802 000 $ pour ses partenaires du secteur privé canadien. Toujours à l'affût des nouvelles tendances, l'ONF procède régulièrement à une analyse détaillée de ses différents marchés au Canada et à l'étranger, afin de mieux comprendre les besoins de ses principaux clients, bien ciblés ses efforts de vente et tirer parti de toutes les opportunités.

7. Favoriser la conservation de la collection de l'ONF dans les nouveaux formats numériques émergents et accroitre l'accès équitable de celle-ci à travers le Canada

L'ONF est riche d'une collection qui compte au-delà de 13 000 titres et représente l'un des principaux trésors culturels du Canada. L'Office est résolu à préserver cette collection et à la faire connaître à toute la population canadienne. L'ONF adapte de nouvelles technologies dans sa voûte numérique de manière à préserver pour les générations futures ce patrimoine audiovisuel inestimable ainsi qu'à générer des revenus provenant de sources nouvelles. Comme la conservation de la collection de l'ONF fait partie intégrale du mandat que lui confère la Loi sur le cinéma, l'institution se doit de sélectionner avec soin la méthode qui convient le mieux à la préservation de ce patrimoine mondial parmi les divers procédés de numérisation existants. De plus, en raison de ses responsabilités diversifiées de producteur, de distributeur et de conservateur national et public, l'Office a des besoins uniques, et doit donc faire preuve d'initiative dans la mise au point de méthodes et procédés. Les recherches effectuées par l'ONF dans ce domaine ont suscité l'intérêt d'autres organisations internationales. Le Brésil, notamment, a envoyé des techniciens afin d'étudier plus attentivement l'approche de conservation numérique développée par l'ONF. Dans le but d'harmoniser les activités des divers intervenants des secteurs privé et public œuvrant dans le domaine des nouveaux médias et du numérique, la mise en place d'une stratégie nationale par le gouvernement fédéral permettrait d'assurer que le Canada demeure un chef de file dans ce domaine.

En 2007-2008, l'ONF a poursuivi l'élaboration de son projet institutionnel de diffusion en continu. Ce projet vise à rendre la riche collection de l'ONF encore plus accessible à la population canadienne par la conception et la mise au point d'un système de visionnement en ligne à la fois convivial et robuste. L'ONF s'appuiera sur ce projet pour concrétiser d'autres activités numériques et Web, afin d'accroître les revenus en ligne et atteindre mieux les communautés isolées.

8. Maintenir, favoriser et accroître les initiatives de recherche et développement afin de confirmer l'ONF dan son rôle de chef de file auprès de ses partenaires et dans le milieu cinématographique canadien

Bien que l'ONF dispose d'un budget limité pour entreprendre des initiatives majeures de recherche par rapport à d'autres organisations internationales, il possède un laboratoire de conservation à la fine pointe de la technologie et bénéficie de services de postproduction et de recherche et développement reconnus pour leur capacité d'innover et de fournir des solutions d'avenir à ses partenaires du secteur privé.

En 2007-2008, l'ONF est devenu l'un des seuls organismes cinématographiques à offrir un catalogue de films numériques en exploitant la technologie e-cinéma, et ce défi a été relevé avec brio. Ce projet audacieux et ambitieux a donné accès à une expérience cinéma de grande qualité (haute définition et son 5.1) à l'extérieur des grands centres urbains.

9. Améliorer la responsabilisation, les pratiques commerciales et les systèmes d'information

En tant qu'agence culturelle fédérale, l'ONF adhère aux efforts du gouvernement du Canada en vue de favoriser l'adoption d'un mode de gestion efficace et d'une responsabilisation plus grande par les organismes publics. Ces efforts visent à préserver la confiance du public en veillant à ce que les activités du gouvernement soient menées conformément à des normes rigoureuses de responsabilisation, de transparence, de prudence, de probité, de cohérence et d'équité. Au cours de l'exercice 2007-2008, l'ONF a continué d'investir dans l'amélioration de ses systèmes de gestion et d'information.

10. Renforcer la reddition de comptes, la gestion du risque, la gestion des ressources et la gouvernance

Afin d'accroître continuellement le rendement global de l'ONF, entre autres au niveau de la gestion du risque, de la gérance, des services axés sur les citoyens et de la responsabilisation, l'organisation s'est assurée que les 10 énoncés contenus dans le Cadre de responsabilisation de gestion servent de piliers à ses efforts. L'Office a mis en œuvre diverses mesures afin de mettre en application les diverses recommandations du Conseil du Trésor figurant dans le cadre de responsabilisation. Au cours de la période de planification couverte par ce rapport 2007-2008, l'ONF a notamment entrepris l'établissement d'un profil de risque pour l'institution. Ce processus mènera non seulement à une évaluation de référence, mais aussi à l'élaboration d'un outil de gestion permettant chaque année d'évaluer le risque et de préparer des stratégies d'atténuation. L'ONF a également mis au point un nouveau rapport de gestion en vue d'uniformiser ses informations financières dans tous les secteurs.