Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

ARCHIVÉ - Service correctionnel Canada


Avertissement Cette page a été archivée.

Information archivée dans le Web

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n’a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s’appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette information dans tout autre format de rechange à la page « Contactez-nous ».

SECTION 4 AUTRES SUJETS D’INTÉRÊT

4.1 Données supplémentaires sur les résultats correctionnels

Délinquants autochtones et non autochtones : données comparatives

Les tableaux suivants présentent les résultats en matière de réinsertion des délinquants autochtones et non autochtones durant leur période de surveillance dans la collectivité et après la fin de leur peine (date d’expiration du mandat). Des versions sommaires de ces tableaux montrant l’écart en matière de résultats entre les délinquants autochtones et non autochtones figurent à la section 1.6 : Rendement ministériel.

Réincarcération pour tout type de condamnation durant la période de surveillance


Autochtones

 

01-02

02-03

03-04

04-05

05-06

Toutes les condamnations

année

237

240

228

220

228

moyenne sur trois ans

250

245

235

229

225

Mises en liberté
(roulement)

année

2 516

2 429

2 471

2 564

2 631

moyenne sur trois ans

2 529

2 502

2 472

2 488

2 555

Taux

année

9,4 %

9,9 %

9,2 %

8,6 %

8,7 %

moyenne sur trois ans

9,9 %

9,8 %

9,5 %

9,2 %

8,8 %


Source : Système d’établissement de rapports (8 avril 2007). Mises en liberté (roulement) en date du 8 avril 2007.



Non Autochtones

 

01-02

02-03

03-04

04-05

05-06

Toutes les condamnations

année

937

916

860

874

830

moyenne sur trois ans

978

980

904

883

855

Mises en liberté
(roulement)

année

14 095

13 953

13 697

13 592

13 737

moyenne sur trois ans

14 341

14 154

13 915

13 747

13 675

Taux

année

6,6 %

6,6 %

6,3 %

6,4 %

6,0 %

moyenne sur trois ans

6,8 %

6,9 %

6,5 %

6,4 %

6,2 %


Source : Système d’établissement de rapports (8 avril 2007). Mises en liberté (roulement) en date du 8 avril 2007.

Réincarcération à la suite d’une condamnation pour infractions avec violence durant la période de surveillance


Autochtones

 

01-02

02-03

03-04

04-05

05-06

Condamnations pour infractions avec violence

année

61

48

59

60

49

moyenne sur trois ans

57

56

56

56

56

Mises en liberté
(roulement)

année

2 516

2 429

2 471

2 564

2 631

moyenne sur trois ans

2 529

2 502

2 472

2 488

2 555

Taux

année

2,4 %

2,0 %

2,4 %

2,3 %

1,9 %

moyenne sur trois ans

2,3 %

2,2 %

2,3 %

2,2 %

2,2 %


Source : Système d’établissement de rapports (8 avril 2007). Mises en liberté (roulement) en date du 8 avril 2007.



Non Autochtones

 

01-02

02-03

03-04

04-05

05-06

Condamnations pour infractions avec violence

année

188

202

187

172

143

moyenne sur trois ans

209

206

192

187

167

Mises en liberté
(roulement)

année

14 095

13 953

13 697

13 592

13 737

moyenne sur trois ans

14 341

14 154

13 915

13 747

13 675

Taux

année

1,3 %

1,4 %

1,4 %

1,3 %

1,0 %

moyenne sur trois ans

1,5 %

1,5 %

1,4 %

1,4 %

1,2 %


Source : Système d’établissement de rapports (8 avril 2007). Mises en liberté (roulement) en date du 8 avril 2007.

Récidive - Condamnation pour infraction sans violence durant la période de surveillance


Autochtones

 

01-02

02-03

03-04

04-05

05-06

Condamnations pour infractions sans violence

année

176

192

169

160

179

moyenne sur trois ans

193

189

179

174

169

Mises en liberté
(roulement)

année

2 516

2 429

2 471

2 564

2 631

moyenne sur trois ans

2 529

2 502

2 472

2 488

2 555

Taux

année

7,0 %

7,9 %

6,8 %

6,2 %

6,8 %

moyenne sur trois ans

7,6 %

7,6 %

7,2 %

7,0 %

6,6 %


Source : Système d’établissement de rapports (8 avril 2007). Mises en liberté (roulement) en date du 8 avril 2007.



Non Autochtones

 

01-02

02-03

03-04

04-05

05-06

Condamnations pour infractions avec violence

année

749

714

673

702

687

moyenne sur trois ans

769

773

712

696

687

Mises en liberté
(roulement)

année

14 095

13 953

13 697

13 592

13 737

moyenne sur trois ans

14 341

14 154

13 915

13 747

13 675

Taux

année

5,3 %

5,1 %

4,9 %

5,2 %

5,0 %

moyenne sur trois ans

5,4 %

5,5 %

5,1 %

5,1 %

5,0 %

moyenne sur trois ans

7,6 %

7,6 %

7,2 %

7,0 %

6,6 %


Source : Système d’établissement de rapports (8 avril 2007). Mises en liberté (roulement) en date du 8 avril 2007.

Réincarcération dans un établissement fédéral pour toute condamnation dans les deux ans suivant la Date de l’expiration du mandat (DEM)


Autochtones

 

00-01

01-02

02-03

03-04

04-05

Réincarcération pour tout type d’infraction

année

95

70

96

100

113

moyenne sur trois ans

87

86

87

89

103

Délinquants atteignant la DEM pour tout type d’infraction

année

805

776

754

730

794

moyenne sur trois ans

751

766

778

753

759

Taux

année

11,8 %

9,0 %

12,7 %

13,7 %

14,2 %

moyenne sur trois ans

11,6 %

11,2 %

11,2 %

11,8 %

13,6 %


Source : Système d’établissement de rapports (8 avril 2007).


Non Autochtones

 

00-01

01-02

02-03

03-04

04-05

Réincarcération pour tout type d’infraction

année

342

357

389

379

381

moyenne sur trois ans

336

336

363

375

383

Délinquants atteignant la DEM pour tout type d’infraction

année

3 831

3 914

3 880

3 793

3 749

moyenne sur trois ans

3 778

3 809

3 875

3 862

3 807

Taux

année

8,9 %

9,1 %

10,0 %

10,0 %

10,2 %

moyenne sur trois ans

8,9 %

8,8 %

9,4 %

9,7 %

10,1 %


Source : Système d’établissement de rapports (8 avril 2007).

Réincarcération dans un établissement fédéral pour une infraction avec violence dans les deux ans suivant l’expiration du mandat


Autochtones

 

00-01

01-02

02-03

03-04

04-05

Réincarcération pour une infraction avec violence

année

62

41

54

59

67

moyenne sur trois ans

54

51

52

51

60

Délinquants atteignant la DEM pour tout type d’infraction

année

805

776

754

730

794

moyenne sur trois ans

751

766

778

753

759

Taux

année

7,7 %

5,3 %

7,2 %

8,1 %

8,4 %

moyenne sur trois ans

7,1 %

6,7 %

6,7 %

6,8 %

7,9 %


Source : Système d’établissement de rapports (8 avril 2007).


Non Autochtones

 

00-01

01-02

02-03

03-04

04-05

Réincarcération pour une infraction avec violence

année

171

181

188

174

204

moyenne sur trois ans

174

170

180

181

189

Délinquants atteignant la DEM pour tout type d’infraction

année

3 831

3 914

3 880

3 793

3 749

moyenne sur trois ans

3 778

3 809

3 875

3 862

3 807

Taux

année

4,5 %

4,6 %

4,8 %

4,6 %

5,4 %

moyenne sur trois ans

4,6 %

4,5 %

4,6 %

4,7 %

5,0 %


Source : Système d’établissement de rapports (8 avril 2007).

Réincarcération dans un établissement fédéral pour une infraction sans violence dans les deux ans suivant l’expiration du mandat


Autochtones

 

00-01

01-02

02-03

03-04

04-05

Réincarcération pour une infraction sans violence

année

33

29

42

41

46

moyenne sur trois ans

34

34

35

37

43

Délinquants atteignant la DEM pour tout type d’infraction

année

805

776

754

730

794

moyenne sur trois ans

751

766

778

753

759

Taux

année

4,1 %

3,7 %

5,6 %

5,6 %

5,8 %

moyenne sur trois ans

4,5 %

4,5 %

4,5 %

5,0 %

5,7 %


Source : Système d’établissement de rapports (8 avril 2007).


Non Autochtones

 

00-01

01-02

02-03

03-04

04-05

Réincarcération pour une infraction sans violence

année

171

176

201

205

177

moyenne sur trois ans

161

166

183

194

194

Délinquants atteignant la DEM pour tout type d’infraction

année

3 831

3 914

3 880

3 793

3 749

moyenne sur trois ans

3 778

3 809

3 875

3 862

3 807

Taux

année

4,5 %

4,5 %

5,2 %

5,4 %

4,7 %

moyenne sur trois ans

4,3 %

4,4 %

4,7 %

5,0 %

5,1 %


Source : Système d’établissement de rapports (8 avril 2007).

Réincarcération dans un établissement fédéral pour toute condamnation dans les cinq ans suivant l’expiration du mandat


Autochtones

 

97-98

98-99

99-00

00-01

01-02

Réincarcération pour tout type d’infraction

année

142

165

147

171

159

moyenne sur trois ans

147

153

151

161

159

Délinquants atteignant la DEM pour tout type d’infraction

année

607

730

718

805

776

moyenne sur trois ans

611

654

685

751

766

Taux

année

23,4 %

22,6 %

20,5 %

21,2 %

20,5 %

moyenne sur trois ans

24,0 %

23,4 %

22,1 %

21,4 %

20,7 %


Source : Système d’établissement de rapports (8 avril 2007).


Non Autochtones

 

97-98

98-99

99-00

00-01

01-02

Réincarcération pour tout type d’infraction

année

675

641

577

640

644

moyenne sur trois ans

693

673

631

619

620

Délinquants atteignant la DEM pour tout type d’infraction

année

4 043

3 820

3 683

3 831

3 914

moyenne sur trois ans

4 122

3 993

3 849

3 778

3 809

Taux

année

16,7 %

16,8 %

15,7 %

16,7 %

16,5 %

moyenne sur trois ans

16,8 %

16,8 %

16,4 %

16,4 %

16,3 %


Source : Système d’établissement de rapports (8 avril 2007).

Réincarcération dans un établissement fédéral pour une condamnation pour infraction avec violence dans les cinq ans suivant l’expiration du mandat


Autochtones

 

97-98

98-99

99-00

00-01

01-02

Réincarcération pour une infraction avec violence

année

92

108

85

121

98

moyenne sur trois ans

96

101

95

105

101

Délinquants atteignant la DEM pour tout type d’infraction

année

607

730

718

805

776

moyenne sur trois ans

611

654

685

751

766

Taux

année

15,2 %

14,8 %

11,8 %

15,0 %

12,6 %

moyenne sur trois ans

15,8 %

15,5 %

13,9 %

13,9 %

13,2 %


Source : Système d’établissement de rapports (8 avril 2007).


Non Autochtones

 

97-98

98-99

99-00

00-01

01-02

Réincarcération pour une infraction avec violence

année

370

348

292

317

314

moyenne sur trois ans

373

361

337

319

308

Délinquants atteignant la DEM pour tout type d’infraction

année

4 043

3 820

3 683

3 831

3 914

moyenne sur trois ans

4 122

3 993

3 849

3 778

3 809

Taux

année

9,2 %

9,1 %

7,9 %

8,3 %

8,0 %

moyenne sur trois ans

9,0 %

9,0 %

8,7 %

8,4 %

8,1 %


Source : Système d’établissement de rapports (8 avril 2007).

Réincarcération dans un établissement fédéral pour une condamnation pour infraction sans violence dans les cinq ans suivant l’expiration du mandat


Autochtones

 

97-98

98-99

99-00

00-01

01-02

Réincarcération pour une infraction sans violence

année

50

57

62

50

61

moyenne sur trois ans

50

52

56

56

58

Délinquants atteignant la DEM pour tout type d’infraction

année

607

730

718

805

776

moyenne sur trois ans

611

654

685

751

766

Taux

année

8,2 %

7,8 %

8,6 %

6,2 %

7,9 %

moyenne sur trois ans

8,2 %

7,9 %

8,2 %

7,5 %

7,5 %


Source : Système d’établissement de rapports (8 avril 2007).


Non Autochtones

 

97-98

98-99

99-00

00-01

01-02

Réincarcération pour une infraction sans violence

année

305

293

285

323

330

moyenne sur trois ans

320

312

294

300

313

Délinquants atteignant la DEM pour tout type d’infraction

année

4 043

3 820

3 683

3 831

3 914

moyenne sur trois ans

4 122

3 993

3 849

3 778

3 809

Taux

année

7,5 %

7,7 %

7,7 %

8,4 %

8,4 %

moyenne sur trois ans

7,8 %

7,8 %

7,6 %

7,9 %

8,2 %


Source : Système d’établissement de rapports (8 avril 2007).

Délinquants et délinquantes : données comparatives

Les tableaux suivants présentent les résultats en matière de réinsertion des délinquants et des délinquantes durant la période de surveillance dans la collectivité et après la fin de la peine (après la date d’expiration du mandat).

Récidive : condamnations pour infractions avec violence durant la période de surveillance


Hommes

 

01-02

02-03

03-04

04-05

05-06

Condamnations pour infractions avec violence

année

245

245

242

229

187

moyenne sur trois ans

260

258

244

239

219

Mises en liberté (roulement)

année

15 756

15 539

15 344

15 307

15 453

moyenne sur trois ans

16 020

15 801

15 546

15 397

15 368

Taux

année

1,6 %

1,6 %

1,6 %

1,5 %

1,2 %

moyenne sur trois ans

1,6 %

1,6 %

1,6 %

1,6 %

1,4 %


Source : Système d’établissement de rapports (8 avril 2007). Mises en liberté (roulement) en date du 8 avril 2007.


Femmes

 

01-02

02-03

03-04

04-05

05-06

Condamnations pour infractions avec violence

année

4

5

4

3

5

moyenne sur trois ans

6

4

4

4

4

Mises en liberté  (roulement)

année

855

843

824

849

915

moyenne sur trois ans

850

855

841

839

863

Taux

année

0,5 %

0,6 %

0,5 %

0,4 %

0,5 %

moyenne sur trois ans

0,7 %

0,5 %

0,5 %

0,5 %

0,5 %


Source : Système d’établissement de rapports (8 avril 2007). Mises en liberté (roulement) en date du 8 avril 2007.

Réincarcération dans un établissement fédéral pour une infraction avec violence dans les deux années suivant l’expiration du mandat


Hommes

 

00-01

01-02

02-03

03-04

04-05

Réincarcération pour une infraction avec violence

année

229

218

236

231

265

moyenne sur trois ans

224

217

228

228

244

Délinquants atteignant la DEM pour tout type d’infraction

année

4 408

4 444

4 386

4 279

4 351

moyenne sur trois ans

4 329

4 349

4 413

4 370

4 339

Taux

année

5,2 %

4,9 %

5,4 %

5,4 %

6,1 %

moyenne sur trois ans

5,2 %

5,0 %

5,2 %

5,2 %

5,6 %


Source : Système d’établissement de rapports (8 avril 2007).


Femmes

 

00-01

01-02

02-03

03-04

04-05

Réincarcération pour une infraction avec violence

année

4

4

6

2

6

moyenne sur trois ans

4

4

5

4

5

Délinquants atteignant la DEM pour tout type d’infraction

année

228

246

248

244

192

moyenne sur trois ans

200

227

241

246

228

Taux

année

1,8 %

1,6 %

2,4 %

0,8 %

3,1 %

moyenne sur trois ans

1,8 %

1,8 %

1,9 %

1,6 %

2,0 %


Source : Système d’établissement de rapports (8 avril 2007).

Santé mentale
Révocation de la libération conditionnelle durant la période de surveillance


Hommes

 

02-03

03-04

04-05

05-06

06-07

Révocations

année

259

372

424

453

547

moyenne sur trois ans

166

269

352

416

475

Mises en liberté (roulement)

année

469

640

725

825

949

moyenne sur trois ans

320

482

611

730

833

Taux

année

55,2 %

58,1 %

58,5 %

54,9 %

57,6 %

moyenne sur trois ans

51,9 %

55,8 %

57,5 %

57,0 %

57,0 %


Source : Système d’établissement de rapports (8 avril 2007). Mises en liberté (roulement) en date du 8 avril 2007.



Femmes

 

02-03

03-04

04-05

05-06

06-07

Révocations

année

27

26

40

45

69

moyenne sur trois ans

20

25

31

37

51

Mises en liberté (roulement)

année

48

55

81

111

123

moyenne sur trois ans

38

46

61

82

105

Taux

année

56,3 %

47,3 %

49,4 %

40,5 %

56,1 %

moyenne sur trois ans

54,0 %

54,7 %

50,5 %

44,9 %

48,9 %


Source : Système d’établissement de rapports (8 avril 2007). Mises en liberté (roulement) en date du 8 avril 2007.

Santé mentale
Réincarcération dans un établissement fédéral pour une nouvelle infraction dans les deux ans suivant l’expiration du mandat


Hommes

 

20-01

01-02

02-03

03-04

04-05

Réincarcération

année

4

7

17

32

31

moyenne sur trois ans

1

4

9

19

27

Délinquants atteignant la DEM

année

16

101

170

215

249

moyenne sur trois ans

6

40

96

162

211

Taux

année

25,0 %

6,9 %

10,0 %

14,9 %

12,4 %

moyenne sur trois ans

22,2 %

9,2 %

9,8 %

11,5 %

12,6 %


Source : Système d’établissement de rapports (8 avril 2007).


Femmes

 

00-01

01-02

02-03

03-04

04-05

Réincarcération

année

0

0

3

0

2

moyenne sur trois ans

0

0

1

1

2

Délinquants atteignant la DEM

année

5

12

19

16

18

moyenne sur trois ans

2

6

12

16

18

Taux

année

0,0 %

0,0 %

15,8 %

0,0 %

11,1 %

moyenne sur trois ans

0,0 %

0,0 %

8,3 %

6,4 %

9,4 %


Source : Système d’établissement de rapports (8 avril 2007).

Données sur la récidive

Les tableaux de la section 1 montrent des statistiques sur les taux de récidive dans le cas d’une infraction avec violence durant la période de surveillance dans la collectivité et après la fin de la peine. Les tableaux suivants montrent les taux correspondants pour les infractions sans violence durant la même période.

Récidive - Condamnation pour infraction sans violence durant la période de surveillance


 

 

01-02

02-03

03-04

04-05

05-06

Condamnations pour infraction sans violence

année

925

906

842

862

866

moyenne sur trois ans

962

962

891

870

857

Mises en liberté
(roulement)

année

16 611

16 382

16 168

16 156

16 368

moyenne sur trois ans

16 870

16 656

16 387

16 235

16 231

Taux

année

5,6 %

5,5 %

5,2 %

5,3 %

5,3 %

moyenne sur trois ans

5,7 %

5,8 %

5,4 %

5,4 %

5,3 %


Source : Système d’établissement de rapports (8 avril 2007). Mises en liberté (roulement) en date du 8 avril 2007.

Réincarcération dans un établissement fédéral pour une infraction sans violence dans les deux ans suivant l’expiration du mandat


 

 

00-01

01-02

02-03

03-04

04-05

Réincarcération pour une infraction sans violence

année

204

205

243

246

223

moyenne sur trois ans

195

200

217

231

237

Délinquants atteignant la DEM pour tout type d’infraction

année

4 636

4 690

4 634

4 523

4 543

moyenne sur trois ans

4 529

4 576

4 653

4 616

4 567

Taux

année

4,4 %

4,4 %

5,2 %

5,4 %

4,9 %

moyenne sur trois ans

4,3 %

4,4 %

4,7 %

5,0 %

5,2 %


Source : Système d’établissement de rapports (8 avril 2007).

Réincarcération dans un établissement fédéral pour une infraction sans violence dans les cinq ans suivant l’expiration du mandat


 

 

97-98

98-99

99-00

00-01

01-02

Réincarcération pour une infraction sans violence

année

355

350

347

373

391

moyenne sur trois ans

371

363

351

357

370

Délinquants atteignant la DEM pour tout type d’infraction

année

4 650

4 550

4 401

4 636

4 690

moyenne sur trois ans

4 734

4 648

4 534

4 529

4 576

Taux

année

7,6 %

7,7 %

7,9 %

8,0 %

8,3 %

moyenne sur trois ans

7,8 %

7,8 %

7,7 %

7,9 %

8,1 %


Source : Système d’établissement de rapports (8 avril 2007).

4.2 Enquêtes sur les incidents

Le processus d'enquêtes du SCC comporte des enquêtes nationales et locales sur les incidents et les questions qui influent sur les opérations du Service. Les enquêtes sur les décès de détenus ou sur les blessures graves sont menées à l'échelle nationale ou locale en vertu de l'article 19 de la LSCMLC. Le commissaire du SCC peut aussi ordonner, aux termes de l'article 20 de la LSCMLC, la tenue d'une enquête visant à rendre compte de toute question ayant trait aux opérations du SCC.

Outre les enquêtes effectuées en vertu des articles 19 et 20 de la LSCMLC, le directeur général, Enquêtes sur les incidents, et les responsables des unités opérationnelles peuvent aussi ordonner, en vertu de la Directive du commissaire 041 (Rapport sur les incidents), des enquêtes visant à rendre compte des incidents et des questions qui touchent les opérations du Service.

Au cours de l'exercice 2006-2007, le SCC a mené 126 enquêtes nationales, dont 32 en vertu de l’article 20 de la LSCMLC et 94 enquêtes de niveau II en vertu de l’article 19 de la LSCMLC (mort ou blessures graves) ou en vertu de l’article 9 de la Directive du commissaire 041. Comme le montrent les tableaux suivants, 72 enquêtes portaient sur des incidents survenus en établissement, 49, sur des incidents survenus dans la collectivité, et quatre, sur des incidents survenus dans un CCC, ainsi qu’une enquête sur un incident dans un établissement résidentiel communautaire (ERC).

Enquêtes sur des incidents en vertu de l’article 20


Type d'incident examiné

Collectivité

Établissement

Total

Complice d’un meurtre après le fait

1

0

1

Voies de fait contre un détenu

0

1

1

Décès - causes inconnues

0

1

1

Décès - cause naturelle

0

2

2

Troubles majeurs

0

1

1

Meurtre

5

3

8

Meurtre et tentative de meurtre

1

0

1

Activité sexuelle entre patients

0

1

1

Agression sexuelle causant des préjudices corporels

1

0

1

Agression sexuelle contre une personne mineure

1

0

1

Suicide

0

11

11

Tentative de meurtre

0

1

1

Mort par suicide ou surdose

0

1

1

Arme et munitions manquantes et suicide d’un agent

0

1

1

Total

9

23

32



Enquêtes de niveau II


Type d’incident

Col-lectivité

Établis-sement

Établis-sement/
CCC

Établis-sement/
ERC

Total

Accident/tentative d’évasion

0

1

0

0

1

Accusations de voies de fait graves

1

0

0

0

1

Agression grave, agression armée, etc.

1

0

0

0

1

Voies de fait graves, vol qualifié, séquestration, etc.

1

0

0

0

1

Agression contre un détenu

0

9

0

0

9

Agression contre un membre du personnel

0

4

0

0

4

Tentative de meurtre / voies de fait graves

1

0

0

0

1

Tentative de meurtre / agression armée / vol qualifié avec violence

1

0

0

0

1

Tentative de meurtre, vol à main armée, etc.

1

0

0

0

1

Tentative de suicide

0

4

0

0

4

Tentative de suicide/blessures infligées par la personne elle-même

0

1

0

0

1

Accusations de production de marijuana aux fins de revente

1

0

0

0

1

Accusations de possession en vue de la revente

1

0

0

0

1

Mort par surdose

1

1

1

0

3

Mort par surdose présumée

2

0

0

1

3

Mort de cause naturelle

3

14

2

0

19

Décès de causes inconnues

0

4

0

0

4

Évasion (un seul délinquant)

0

2

0

0

2

Évasion et vols qualifiés subséquents

0

1

0

0

1

Évasion (plus d’un délinquant)

0

2

0

0

2

Bataille entre détenus

0

1

0

0

1

Blessure d’un détenu

0

2

0

0

2

Agressions multiples et agressions armées

1

0

0

0

1

Collision de véhicules

1

0

0

0

1

Suicide d'un délinquant

4

0

0

0

4

Vol qualifié

1

0

0

0

1

Automutilation

0

2

0

0

2

Infraction sexuelle

15

0

0

0

15

Suicide

2

0

0

0

2

Tireur présumé

1

0

0

0

1

Détenu illégalement en liberté (DIL)

0

0

1

0

1

DIL en semi-liberté et nouvelles accusations

1

0

0

0

1

Recours à la force

0

1

0

0

1

Total

40

49

4

1

94



4.3 Glossaire

Accord conclu aux termes des articles 81 et 84

Accord conclu avec une collectivité autochtone aux fins de la prestation de services correctionnels aux délinquants autochtones. Ces accords permettent au SCC, avec le consentement du délinquant et de la collectivité autochtone, de confier la garde et la surveillance d'un délinquant à une collectivité autochtone. En vertu de l’article 84 de la LSCMLC, le SCC offre à la collectivité autochtone de proposer un plan visant la mise en liberté du détenu et sa réinsertion dans la collectivité autochtone.

Autochtone

Membre d'une Première Nation, Inuit ou Métis.

Centre correctionnel communautaire (CCC)

Les centres correctionnels communautaires (CCC) hébergent principalement des détenus en semi-liberté et sont désignés comme établissements à sécurité minimale. Le directeur, les agents de libération conditionnelle et le personnel de soutien y travaillent en équipe, souvent en coopération avec des partenaires communautaires, afin de surveiller les délinquants et de leur offrir des programmes, les préparant ainsi à la libération conditionnelle totale.

Cercle de soutien et de responsabilité

Les cercles de soutien et de responsabilité (CSR) sont des groupes surtout confessionnels composés de bénévoles de la collectivité soutenus par des professionnels. Ils ont pour tâche d'aider les délinquants qui ont été condamnés pour une infraction sexuelle et mis en liberté jusqu'à l'expiration de leur peine à réintégrer la société. L'objectif de ces groupes est d'améliorer la sécurité publique dans les cas où le délinquant constitue un risque élevé.

Classement des détenus selon le niveau de sécurité

Tous les délinquants font l'objet d'une évaluation initiale au moment de leur admission et d'une réévaluation à des intervalles réguliers pendant toute la durée de leur peine; ils reçoivent la cote de sécurité maximale, moyenne ou minimale et sont habituellement incarcérés dans un établissement ayant un niveau de sécurité correspondant. Le niveau de risque est fondé sur une évaluation des facteurs relatifs à la sécurité publique, au risque d'évasion et à l'adaptation à l'établissement.

Collectivité autochtone

Nation autochtone, conseil tribal, bande, collectivité, organisation ou autre groupe dont la majorité des dirigeants est autochtone.
CORCAN

Organisme de service spécial (OSS) dont l'effectif est composé de délinquants sous responsabilité fédérale qui ont ainsi l'occasion d'apprendre les compétences et les pratiques professionnelles nécessaires pour être concurrentiel sur le marché du travail.

Date d'expiration du mandat (DEM)

Date à laquelle la peine imposée par le tribunal prend officiellement fin.

Détecteur ionique

Le détecteur ionique est un appareil électronique qui détecte les quantités résiduelles de certaines drogues sur les vêtements ou des objets personnels tels que l'argent ou les cartes de crédit.

Double occupation

Placement de deux délinquants dans une cellule conçue pour un seul.

Établissements à sécurité maximale

Ces établissements abritent les délinquants qui présentent un risque grave pour le personnel, pour les autres détenus et pour la collectivité. Le périmètre de ces établissements est bien défini, très sûr et hautement contrôlé. Les déplacements et les possibilités d'association des détenus sont soumis à des règles rigoureuses et à une surveillance directe.

Établissements à sécurité minimale

Ces établissements sont destinés aux délinquants présentant un risque limité pour la sécurité du public. Le périmètre de ces établissements est défini, mais il n'est pas directement contrôlé. Les déplacements et les possibilités d'association des détenus à l'intérieur de l'établissement sont soumis à une surveillance minimale.

Établissements à sécurité moyenne

Ces établissements accueillent les délinquants qui présentent un risque pour la sécurité du public. Le périmètre de ces établissements est bien défini, protégé et contrôlé. Les déplacements et les possibilités d'association des détenus sont soumis à des règles et à une surveillance générale.

Établissements multisécuritaires

Établissements qui abritent des délinquants à qui on a attribué des cotes de sécurité différentes dans des zones de sécurité distinctes.

Établissements résidentiels communautaires (ERC)

Installations où des délinquants sous responsabilité fédérale sont hébergés dans la collectivité en vertu d'un accord conclu avec un organisme externe.

Isolement préventif

Mesure visant à isoler un détenu pour l'empêcher d'entretenir des rapports avec les autres détenus dans le but d'assurer le maintien de l'ordre dans l'établissement. Un détenu peut faire l'objet d'un isolement non sollicité ou d'un isolement sollicité.

Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition (LSCMLC)

Le cadre législatif qui régit le Service correctionnel du Canada.

Méthadone

La méthadone est un produit synthétique toxicomanogène à effet prolongé, qui bloque les effets euphorisants de l'héroïne. Selon de nombreuses études scientifiques, la méthadone réduit les effets négatifs liés à la dépendance à l'héroïne sur les plans physique, psychologique, social et criminel. Elle ne peut être prescrite que par un médecin qualifié.

Mise en liberté sous condition

La mise en liberté sous condition aide les délinquants à réintégrer la société de façon graduelle en leur permettant de finir de purger leur peine sous surveillance dans la collectivité. Peu importe le type de mise en liberté sous condition, tous les délinquants sont supervisés jusqu’à la date d’expiration de leur mandat.

  • Permission de sortir (PS)

Une permission de sortir peut être accordée au délinquant pour des raisons médicales ou administratives, pour un service à la collectivité ou un perfectionnement personnel lié à la réadaptation, ou pour lui permettre d'établir ou d'entretenir des rapports familiaux.

  • Une permission de sortir avec escorte (PSAE) peut être accordée à n'importe quel moment au cours de la peine.
  • Une permission de sortir sans escorte (PSSE) peut être accordée à un délinquant qui a purgé un sixième de sa peine ou six mois, selon la période la plus longue.
  • Placement à l'extérieur (PE)

Un placement à l'extérieur permet à un délinquant à sécurité minimale ou moyenne qui ne présente pas un risque inacceptable pour la société, de travailler, moyennant rémunération ou à titre bénévole, dans la collectivité, sous surveillance.

  • Semi-liberté (SL)

La semi-liberté permet au délinquant de participer à des activités dans la collectivité afin de se préparer à la libération conditionnelle totale ou à la libération d'office.

  • Libération conditionnelle totale (LCT)

Les détenus sont normalement admissibles à la libération conditionnelle totale, accordée par la CNLC, après avoir purgé un tiers de leur peine jusqu'à concurrence de sept ans.

  • Libération d'office (LO)

Suivant la Loi, les délinquants purgeant une peine d'emprisonnement d'une durée déterminée à qui la libération conditionnelle n'a pas été accordée, ou dont la liberté a été révoquée, sont libérés d'office après avoir purgé les deux tiers de leur peine.

Ordonnance de surveillance de longue durée (OSLD)

Ordonnance imposée par le tribunal. Le délinquant visé est surveillé conformément à la LSCMLC. L'ordonnance de surveillance de longue durée entre en vigueur après que le délinquant a fini de purger toutes les peines imposées pour les infractions dont il a été reconnu coupable. La période de surveillance à laquelle le délinquant est assujetti ne doit pas dépasser 10 ans.

Pavillon de ressourcement

Ces types d'installations peuvent être situés ou non dans les réserves des Premières Nations. Il existe deux types distincts de pavillons de ressourcement pour les délinquants sous la garde ou la surveillance du SCC.

Un pavillon de ressourcement établi aux termes de l'article 81 est une unité correctionnelle communautaire autochtone située dans une collectivité ayant conclu un accord avec le Service de la Sécurité publique et de la Protection civile aux fins de la prestation de services de garde et de surveillance de délinquants autochtones et non autochtones. Le deuxième type est un établissement situé sur les terres du SCC et administré par le SCC avec l'aide d'une collectivité autochtone.

Programmes correctionnels

Les programmes correctionnels sont conçus pour améliorer le niveau de connaissances et de compétences des délinquants afin d’accroître leurs chances de réussir leur réinsertion sociale après leur mise en liberté.
Révocation
Si un libéré conditionnel ne respecte pas les conditions de sa mise en liberté ou est accusé d'une infraction criminelle, sa liberté sous condition (semi-liberté, liberté conditionnelle totale) est suspendue, et le délinquant est réincarcéré. La CNLC tient ensuite une audience officielle où elle examine le cas en vue de décider s'il faut révoquer la liberté sous condition et maintenir le délinquant en incarcération. Dans le cas contraire, la liberté conditionnelle du délinquant est rétablie.

Système de gestion des délinquants (SGD)

Principale base de données informatisée utilisée par le SCC pour conserver les renseignements relatifs aux délinquants.

4.4 Renseignements supplémentaires

Site Internet du Service correctionnel du Canada : www.csc-scc.gc.ca

Personnes-ressources du SCC

Bill Staubi
Directeur général
Évaluation du rendement
340, avenue Laurier Ouest
Ottawa (Ontario)
K1A 0P9
Téléphone :       613-992-8723
Télécopieur :     613-995-5064
Courriel :          StaubiBH@csc-scc.gc.ca

Jennifer Wheatley
Commissaire adjointe par intérim
Évaluation du rendement
340, avenue Laurier Ouest
Ottawa (Ontario)
K1A 0P9
Téléphone :       613-996-1710
Télécopieur :     613-943-9292
Courriel :          WheatleyJM@csc-scc.gc.ca


1 Il s’agit du résultat stratégique relatif à l’AAP qui figure dans le Rapport sur les plans et les priorités (RPP) de 2006-2007. Dans le plus récent RPP (2007-2008), la formulation a été modifiée comme suit : « Les délinquants sont logés et réintégrés de façon sûre et efficace dans les collectivités canadiennes de façon à ce que la sécurité du public soit maintenue. »

2 Il est possible d’obtenir plus de renseignements sur le SCC dans le RPP 2007-2008, à l’adresse suivante : www.tbs-sct.gc.ca/rpp/0708/csc-scc/csc-scc_f.pdf

3 Pour obtenir plus de renseignements, consulter le glossaire à la fin du présent rapport.

4 Source : Système de gestion des délinquants du SCC. Veuillez prendre note que, durant une année donnée, de nombreux délinquants passent de l’incarcération à la libération sous condition. Dans de tels cas, les délinquants sont comptés une seule fois dans chaque catégorie.

5 Le niveau de référence est le solde actuel, en dollars, des fonds auxquels a accès un organisme chaque année, tel qu’approuvé par le Conseil du Trésor et dans le budget législatif lié aux lois canadiennes.

6 Les coûts administratifs de surveillance sont pris en considération dans la répartition 72-28% ci-dessus.

7 Le SCC a modifié sa définition du terme « employé » pour l’harmoniser avec celle de l’Agence de gestion des ressources humaines de la fonction publique du Canada. Auparavant, les employés occasionnels, les employés en congé sans solde et les employés suspendus étaient comptés. Source : Système de gestion des ressources humaines du SCC (31 mars 2007).

8 Source : Système de gestion des ressources humaines du SCC (données du 31 mars 2007 sur l’équité en matière d’emploi).

9 Selon les dernières données de Statistique Canada (données du recensement de 2001).

10 Source : Direction générale de la recherche du SCC. Pour obtenir plus de renseignements, consultez L’évolution de la population carcérale fédérale (août 2006), disponible au : www.csc-scc.gc.ca/text/rsrch/special_reports/highlights-2006_f.shtml

11 Ibid.

12 Ibid.

13 Le coût annuel moyen par délinquant a augmenté de 4,1 % entre 2004-2005 (68 216 $) et 2005-2006 (71 004 $). Source : Direction générale du contrôleur du SCC.

14 Puisque les bureaux de libération conditionnelle sont pour la plupart situés dans des locaux loués, les questions d’entretien diffèrent de celles des établissements correctionnels.

15 Les « Dépenses prévues » comprennent le Budget principal des dépenses en plus des modifications déjà approuvées par le SCT. Le « Total des autorisations » tient compte des dépenses prévues ainsi que du budget supplémentaire et du crédit pour éventualités 5 du CT. Pour en savoir plus, veuillez consulter la section 3.2 - Renseignements financiers.

16 Le SCC élabore actuellement des mesures de rendement pour tous les niveaux de son architecture d’activités de programmes. Ces mesures seront utilisées dans le cadre des rapports de 2008-2009.

17 Puisqu’elles fournissent un indicateur plus fiable, les moyennes mobiles (des taux) sur trois ans constitueront la principale méthode utilisée par le SCC pour mesurer les améliorations à long terme à l’égard du rendement. Par ailleurs, les objectifs annuels ont été établis et les résultats annuels sont surveillés étroitement afin de fournir des indications claires des changements potentiels en matière de tendances. Le SCC s’est engagé à améliorer ses résultats, comme le montrent les résultats annuels et les moyennes mobiles sur trois ans.

18 Les engagements à l’égard des résultats n’ont pas été établis pour 2006-2007.

19 CORCAN est exploité à l’aide d’un fonds renouvelable, et les coûts d’exploitation sont compensés par les recettes

20 Bien que ce ne soit pas une activité de programme, la Gestion organisationnelle soutient toutes les activités de programme, et les coûts connexes sont répartis dans l’ensemble de l’AAP, dans d’autres tableaux financiers, comme le montre le budget principal.

21 Compte tenu des mesures de réduction des dépenses présentées en novembre 2006, le SCC a modifié ses attentes en matière de rendement en vue d’atteindre les résultats liés à la sécurité publique énoncés dans le RPP 2007-2008.

22 Des résultats plus détaillés figurent à la section 2.1.1. Les incidents graves en établissement comprennent le meurtre d’un employé, le meurtre d'un détenu, la prise d’otages et la séquestration, les évasions à partir d’un établissement ou lors d’un déplacement avec escorte, les suicides ainsi que toute voie de faits contre un employé ou un détenu ou toute bagarre entre détenus qui cause une blessure grave.

23 « Population carcérale (roulement) » désigne le nombre de délinquants ayant passé au moins une journée dans un établissement au cours de l’exercice.

24 Les données comprennent ce qui suit : « Acte commis », « Tentative », « Menace », « Soupçonné », « Acte planifié », et ainsi de suite.

25 Le « Personnel des établissements » désigne le nombre d’employés du SCC dans les établissements à un moment donné au cours de l’année. Le nombre représente davantage un instantané plutôt qu’un roulement (voir note de bas de page 24).

26 Les données des deux tableaux ci-dessous comprennent les blessures « mineures » et « graves ».

27 Le Rapport sur les plans et les priorités de 2006-2007 fait état d’une stratégie qui comporte six volets, mais un d’entre eux (assurer une coordination et un leadership dans l’exécution et l’élaboration de services de santé mentale) a été intégré aux autres éléments de la stratégie. Les cinq éléments sont : mettre en oeuvre un processus de dépistage et d’évaluation cliniques à l’admission; offrir des soins de santé mentale primaires dans tous les établissements du SCC; créer des unités de soins de santé mentale intermédiaires dans certains établissements pour hommes; assurer l’uniformité des normes et des approches dans les centres de traitement de la santé mentale du SCC; et mettre en oeuvre l’initiative de santé mentale dans la collectivité.

28 La création d’unités de soins de santé mentale intermédiaires dans certains établissements pour hommes est le seul élément de la Stratégie de santé mentale du SCC qui demeure non financé.

29 Un financement sur cinq ans, à partir de 2005-2006, a été reçu dans le cadre de l’Initiative sur la santé mentale dans la collectivité.

30 Compte tenu des mesures de réduction des dépenses présentées en novembre 2006, le SCC a modifié ses attentes en matière de rendement en vue d’atteindre les résultats liés à la sécurité publique énoncés dans le RPP 2007-2008. À court terme, le SCC peut seulement rendre compte des résultats fondés sur l’état de santé mentale des délinquants au moment de l’admission. À long terme, le SCC vise à améliorer sa capacité de rendre compte des résultats correctionnels fondés sur l’état de santé mentale des délinquants avant leur libération dans la collectivité.

31 On doit analyser au cas par cas les statistiques concernant les révocations afin de déterminer la pertinence d’un cas donné. Par conséquent, même si l’on continuera de les surveiller attentivement, les données sur les révocations ne serviront pas d’indicateur de résultat au cours des prochaines années.

32 Cet indicateur de santé mentale n’était pas disponible à l’admission en ce qui concerne la plupart des délinquants ayant atteint la fin de leur peine il y a cinq à dix ans. Les quelques délinquants ayant subi une évaluation de santé mentale à l’admission ne représentent pas la population des délinquants au cours des dix dernières années. Pour cette raison, le SCC ne peut rendre compte pour l’instant du taux de récidive des délinquants souffrant de troubles de santé mentale dans les cinq ans suivant la date d’expiration de leur mandat.

33 Le rapport et les recommandations sont accessible à l’adresse suivante : www.parl.gc.ca/39/1/parlbus/commbus/senate/com-f/soci-f/rep-f/pdf/rep02may06high-f.pdf

34 Il n’y a eu aucune réaction officielle du gouvernement au rapport du comité sénatorial.

35 Source : Rapport sur le rendement du SCC de 2004-2005.

36 Compte tenu des mesures de réduction des dépenses présentées en novembre 2006, le SCC a modifié ses attentes en matière de rendement en vue d’atteindre les résultats liés à la sécurité publique énoncés dans le RPP 2007-2008.

37 Il est important de mentionner que, bien que le SCC contribue à réduire le taux à long terme des délinquants réincarcérés dans un établissement fédéral, plusieurs facteurs externes influent sur ce résultat, y compris le profil des délinquants, les lois, les tendances en matière de peines, les capacités d’application des lois et les événements qui surviennent dans la vie des délinquants après la fin de leur peine, lorsqu’ils ne relèvent plus du SCC.

38 Le RPP 2006-2007 du SCC présente aussi le pourcentage de délinquants accusés d’une nouvelle infraction. Cependant, après une analyse approfondie, les données liées aux condamnations sont considérées comme un meilleur indicateur du risque de récidive fondé sur les résultats. On continuera aussi de surveiller les données sur les chefs d’accusation.

39 Le SCC a établi un délai d’attente d’un an pour la communication de données sur les nouvelles condamnations des délinquants afin de permettre au processus judiciaire de suivre son cours. La communication de ces résultats à la fin de chaque exercice ne serait pas représentative des résultats actuels puisque les tribunaux n’auraient pas encore eu la possibilité de traiter les accusations.

40 Pour obtenir plus de renseignements, consulter le rapport de recherche intitulé Le retour en toute sécurité des délinquants dans la communauté (SCC : avril 2005), accessible à l’adresse suivante : www.csc-scc.gc.ca/text/rsrch/safe_return2005/safe_return2005_f.pdf

41 Des renseignements sur le modèle de continuum des soins offerts aux délinquants autochtones sont accessibles à l’adresse suivante : www.csc-scc.gc.ca/text/prgrm/correctional/abissues/plan06_f.shtml#6

42 La source des données dans les tableaux suivants est le Système de gestion des délinquants (8 avril 2007).

43 Compte tenu des mesures de réduction des dépenses présentées en novembre 2006, le SCC a modifié ses attentes en matière de rendement en vue d’atteindre les résultats liés à la sécurité publique énoncés dans le RPP 2007-2008.

44 Accessible à l’adresse suivante : www.csc-scc.gc.ca/text/prgrm/correctional/abissues/documents/spac06_f.pdf

45 Accessible à l’adresse suivante : www.statcan.ca/francais/freepub/85-002-XIF/85-002-XIF2006003.pdf

46 Il n’y a eu aucune enquête auprès des employés à l’échelle des ministères en 2006-2007.

47 Pour obtenir plus de renseignements sur le CRG, visiter le site : www.tbs-sct.gc.ca/maf-crg/index_f.asp

48 Le cadre pangouvernemental est utilisé pour les rapports de l’ensemble du gouvernement, comme en témoignent des documents comme Le rendement du Canada. www.tbs-sct.gc.ca/report/govrev/06/cp-rc_f.pdf

49 Le programme d’amélioration de la gestion du SCC n’est pas une sous-activité, mais il est compris dans cette colonne.

50 Les services en établissement constituent une autre sous-activité. Toutefois, aucun RPP n’y est associé.

51 Renseignements de nature très délicate et personnelle.

52 Accessible à l’adresse suivante : www.csc-scc.gc.ca/text/PA/audit_druginterdiction2006/druginterdiction2006_f.pdf

53 Aérosol à base de capsicine oléorésineuse (poivre de cayenne).

54 Les voies de fait contre le personnel et les détenus et les bagarres entre détenus sont incluses seulement s’il en résulte des blessures graves.

55 Les données présentées portent, entre autres, sur les incidents qui entraînent des accusations ou des condamnations.

56 Les révocations peuvent être motivées par de nouvelles infractions ou pour autres raisons, telle la non- conformité aux conditions de mise en liberté.

57 Outil de surveillance de la gestion du SCC : Services de santé (30 novembre 2006).

58 Voir le plan budgétaire 2007, disponible à l’adresse suivante : www.budget.gc.ca/2007/pdf/bp2007f.pdf

59 Selon l’AAP, la rémunération des détenus constitue elle aussi une sous-activité. Il n’y a ni plan ni priorité dans le RPP qui soit associé à la rémunération des détenus.

60 La définition et l’analyse des facteurs dynamiques orientent l’agent de libération conditionnelle ou l’intervenant de première ligne vers des domaines de préoccupation propres aux délinquants.

61 En vertu de l’article 84 de la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition (LSCMLC), le SCC permet aux collectivités autochtones de présenter un plan relatif à la libération d’un délinquant et à sa réinsertion dans une collectivité autochtone.

62 Accessible à l’adresse suivante : www.csc-scc.gc.ca/text/rsrch/reports/r130/r130_f.pdf

63 L’unité Sentiers autochtones a ouvert de nouveau ses portes le 1er juin 2007.

64 Les résultats concernant la réinsertion des délinquants figurent à la section 1.6 : Rendement ministériel, sous la priorité Transition dans la collectivité. Des données supplémentaires sur les résultats correctionnels sont présentés à la section 4.1.

65 En raison des mesures de réduction des dépenses, la formation a dû être restreinte, et certains agents de libération conditionnelle ne l’ont pas reçue. Par conséquent, cette initiative a été reportée dans l’exercice suivant, comme le montre le Rapport sur les plans et les priorités de 2007-2008.

66 Les résultats tiennent compte de toutes les inscriptions aux programmes qui se sont terminés au cours de l’exercice; cela comprend les programmes achevés, les abandons, les transfèrements de délinquants vers un autre établissement, etc.

67 Il est possible d’obtenir plus d’information sur CORCAN sur le site Web du SCC, à l’adresse suivante : www.csc-scc.gc.ca/text/prgrm/corcan/home_f.shtml

68 Selon l’architecture d’activités de programmes.

69 Un délinquant peut obtenir plus d’un certificat.

70 Données sur les employés : Système de gestion des ressources humaines, 31 mars 2007.

71 Accessible à l’adresse suivante : www.csc-scc.gc.ca/text/pblct/sphrm07_10/StrPlaHRMn_f.pdf

72 Le Système de gestion des délinquants est utilisé pour recueillir, stocker et récupérer des renseignements sur les délinquants sous responsabilité fédérale.

73 Accessible à l'adresse suivante : www.csc-scc.gc.ca/text/pblct/sphrm07_10/StrPlaHRMn_f.pdf

74 Source : Système de gestion des ressources humaines du SCC, 31 mars 2007.

75 Accessible à l’adresse suivante : www.psagency-agencefp.gc.ca/survey-sondage/2005/index_f.asp

76 Quatre groupes sont visés par l’équité en emploi, selon la Loi sur l’équité en matière d’emploi : les femmes, les Autochtones, les membres des minorités visibles et les personnes handicapées.

77 Un cadre de gestion et de responsabilisation axé sur les risques fournit aux gestionnaires de programme un énoncé concis qui les aide à prévoir, à surveiller et à évaluer les résultats tout au long du cycle de vie d’un programme, d’une politique ou d’un projet et à préparer des rapports à cet égard.

78 Accessible à l’adresse suivante : www.tbs-sct.gc.ca/pol/doc-fra.aspx?id=12340

79 Même s’il ne fait pas partie du comité de direction, le vérificateur en chef relève directement du commissaire. De plus, à l’été 2007, un nouveau secteur des services de santé, dirigé par un commissaire adjoint, a été ajouté à la structure organisationnelle du SCC.

80 Tel que mentionné, en 2007-2008, un nouveau secteur des services de santé a été ajouté à la structure organisationnelle du SCC et est désormais responsable des services de santé au lieu du Secteur des opérations et des programmes correctionnels. Le nouveau secteur, qui comprend de nouvelles directions générales à l’AC et dans les régions, contribuera au soutien et à l’amélioration continue de la qualité des services de santé fournis aux détenus, tout en garantissant l’application uniforme des politiques. Le secteur garantira également l’application de pratiques normalisées et assurera une meilleure intégration des services de santé physique et mentale.

81 Comprend les 58 établissements ainsi que les centres correctionnels communautaires, qui figurent en italique.

82 Comprend l’unité spéciale de détention.